Francis Poézévara

Conseiller municipal à Puteaux

Auteur : Francis Poézévara (Page 1 sur 28)

Mon analyse des résultats des européennes 2019

Victoire du Rassemblement National ? Défaite de Macron ? Victoire d’EELV ? Défaite de LFI ? On lit beaucoup de choses sur les résultats des élections européennes de dimanche dernier. Voici mon analyse des résultats nationaux et à Puteaux.

Les européennes au niveau national

Les résultats aux européennes 2019 en France (source : Liberation.fr)

Les résultats aux européennes 2019 en France (source : Liberation.fr)

Le premier constat, évident, est que le score du Rassemblement National est beaucoup trop important. Jamais nous ne devrons nous y résigner, ce parti est l’ennemi de la République, et chaque voix obtenue est un échec de l’ensemble de la classe politique démocrate et républicaine. Quel que soit notre bord politique, le résultat de dimanche soir est donc obligatoirement, et avant tout, inquiétant.

Néanmoins, peut-on réellement parler de défaite de LREM et d’Emmanuel Macron ? Certes, comme le dit très justement Boris Vallaud, en essayant de faire de Macron une digue anti-RN, LREM n’a réussi qu’à faire du RN une digue anti-Macron.  Mais je suis convaincu que cela reste l’objectif premier du Président de la République : finir d’installer le clivage libéraux contre populistes comme seul clivage de la politique française (voire européenne). En cela, le résultat de dimanche soir constitue un succès pour LREM. Après avoir dynamité la gauche en 2017, voici qu’ils ont dynamité (ou plus exactement, phagocyté) la droite. Et installé un peu plus le match Macron vs. Le Pen qu’ils espèrent tant voir se reproduire en 2022, s’agissant du meilleur scénario pour une réélection.

Je n’aurai pas de mot suffisamment dur pour qualifier cette stratégie. Cette vision électoraliste à court terme est mortifère. Nous ne répéterons jamais assez qu’en installant l’extrême droite en seul opposant politique, en seule alternative, Emmanuel Macron programme son arrivée au pouvoir.

Pour contrer cette stratégie à vocation hégémonique de duo LREM / RN, le scrutin de dimanche a montré une voie. Le bon score des écologistes (même s’il faut savoir raison garder, il ne s’agit que de 13,5% à une élection européenne) vient en écho de la teinte verte qu’ont pris les différents programmes de gauche, Génération·s bien sûr, LFI, mais également des partis historiquement plus réservés sur ce sujets tels que le PS et le PCF.

La voie qui doit s’imposer, face aux libéraux et populistes, est celle de l’écologie et de la justice sociale. On en est loin, notamment parce qu’aujourd’hui les forces sont divisées entre de nombreuses chapelles, qui pour diverses raisons n’ont pas été conciliables dimanche. Mais ce n’est pas une fatalité. Nous voyons, chacun doit voir, le potentiel que cachent ces scores éclatés.

Il y a énormément de points communs entre les EELV qui refusent la vision ni-de-gauche-ni-de-gauche portée par certains, les Génération·s, les PS-PP qui se reconnaissent plus en Glucksman qu’en le social-libéralisme, les PCF qui ont dépassé une vision productiviste historique, les LFI qui reviennent d’un positionnement populiste voué à l’échec… Et tant de sympathisants, qui n’attendent que cela.

Il est temps de construire enfin cette maison commune, que l’on évoque chacun dans son coin depuis des années sans vraiment s’y atteler. Cette construction ne peut se faire derrière personne, autour de personne, mais bien ensemble. Bien sûr, la responsabilité de lancer cette dynamique incombe en premier lieu à EELV. Chacun devra faire preuve d’humilité, ce qui est souvent une gageure en politique. Mais notre responsabilité est là, et ne pas l’assumer serait condamner notre pays à voir se succéder les politiques injustes et dépassées des libéraux et les politiques fascisantes de l’extrême droite.

Au travail.

Les européennes à Puteaux

Résultats des élections européennes 2019 à Puteaux

Résultats des élections européennes 2019 à Puteaux

A Puteaux, les résultats sont également porteurs de messages intéressants. Tout d’abord, ils sont la confirmation que le Rassemblement National ne parvient pas à s’implanter dans notre ville. Absente du Conseil municipal, l’extrême droite ne perce pas plus aux scrutins nationaux. Je m’en réjouis !

Le grand enseignement est avant tout l’effondrement du parti de Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Les Républicains ne rassemblent que 13,8% des voix, sans doute le score le plus bas réalisé par le parti depuis plus de 20 ans. Alors que l’on estimait que la “machine électorale ceccaldiste” assurait 5 000 voix à chaque élection, seules 2 340 personnes ont glissé le bulletin de la majorité municipale dans l’urne. En y ajoutant les voix de l’UDI et de Debout la France, on atteint péniblement 19%.

Joëlle Ceccaldi-Raynaud ne s’y est pas trompée : ce résultat est un très mauvais présage pour elle. Oubliée l’annonce traditionnelle des résultats au micro devant un parterre conquis à la Mairie le soir des élections. Seuls les nombres de voix, sans aucun pourcentage, ont été annoncés, sans micro, dans l’entrebâillement d’une porte.

Ce résultat s’explique avant tout par le fait que LREM est désormais la première force de droite à Puteaux. L’étude des résultats détaillés le montre effectivement : c’est désormais l’électorat de droite qui constitue le socle du parti présidentiel, en résonance avec sa politique nationale. Avec 30,4% des voix, LREM est largement devant LR, même renforcé par l’UDI et DLF/CNIP. De quoi provoquer quelques nuits blanches à la mairie.

Le résultat de la gauche et des écologistes est l’autre surprise de ces élections européennes à Puteaux. Avec EELV frôlant les 15%, dépassant son score national, les forces de la gauche et de l’écologie totalisent plus de 35% des voix. Bien sûr, cela ne doit pas éclipser le fait que la ville est toujours majoritairement à droite, mais il faut y voir un signe d’espoir pour les années à venir.

Comme au niveau national, l’enjeu principal sera l’union ou la désunion de ces différentes forces. Mais l’avenir est prometteur !

Au travail (à nouveau).

Elections européennes : Résultats à Puteaux

Voici les résultats officiels des élections européennes de 2019 sur la commune de Puteaux :

Inscrits : 29 881
Votants : 17 764, soit 59,45% de participation
Blancs : 2,37%, nuls : 1,86%

Listes Voix % Inscrits % Exprimés
RENAISSANCE SOUTENUE PAR LA RÉPUBLIQUE EN MARCHE, LE MODEM ET SES PARTENAIRES 5 164 17,28 30,36
EUROPE ÉCOLOGIE 2 527 8,46 14,85
UNION DE LA DROITE ET DU CENTRE 2 340 7,83 13,75
PRENEZ LE POUVOIR, LISTE SOUTENUE PAR MARINE LE PEN 1 928 6,45 11,33
ENVIE D’EUROPE ÉCOLOGIQUE ET SOCIALE 915 3,06 5,38
LA FRANCE INSOUMISE 741 2,48 4,36
LISTE CITOYENNE DU PRINTEMPS EUROPÉEN AVEC BENOÎT HAMON SOUTENUE PAR GÉNÉRATION.S ET DÈME-DIEM 25 552 1,85 3,24
PARTI ANIMALISTE 548 1,83 3,22
URGENCE ÉCOLOGIE 546 1,83 3,21
LES EUROPÉENS 528 1,77 3,1
LE COURAGE DE DÉFENDRE LES FRANÇAIS AVEC NICOLAS DUPONT-AIGNAN. DEBOUT LA FRANCE ! – CNIP 358 1,2 2,1
ENSEMBLE POUR LE FREXIT 277 0,93 1,63
POUR L’EUROPE DES GENS CONTRE L’EUROPE DE L’ARGENT 226 0,76 1,33
LUTTE OUVRIÈRE – CONTRE LE GRAND CAPITAL, LE CAMP DES TRAVAILLEURS 62 0,21 0,36
ENSEMBLE PATRIOTES ET GILETS JAUNES : POUR LA FRANCE, SORTONS DE L’UNION EUROPÉENNE ! 58 0,19 0,34
ALLIANCE JAUNE, LA RÉVOLTE PAR LE VOTE 55 0,18 0,32
LES OUBLIÉS DE L’EUROPE – ARTISANS, COMMERÇANTS, PROFESSIONS LIBÉRALES ET INDÉPENDANTS – ACPLI – 35 0,12 0,21
UDLEF (UNION DÉMOCRATIQUE POUR LA LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ) 32 0,11 0,19
PARTI FÉDÉRALISTE EUROPÉEN – POUR UNE EUROPE QUI PROTÈGE SES CITOYENS 28 0,09 0,16
PARTI PIRATE 21 0,07 0,12
PACE – PARTI DES CITOYENS EUROPÉENS 15 0,05 0,09
UNE EUROPE AU SERVICE DES PEUPLES 13 0,04 0,08
ESPÉRANTO – LANGUE COMMUNE ÉQUITABLE POUR L’EUROPE 12 0,04 0,07
MOUVEMENT POUR L’INITIATIVE CITOYENNE 9 0,03 0,05
DÉCROISSANCE 2019 8 0,03 0,05
ALLONS ENFANTS 4 0,01 0,02
LISTE DE LA RECONQUÊTE 4 0,01 0,02
À VOIX ÉGALES 4 0,01 0,02
NEUTRE ET ACTIF 2 0,01 0,01
DÉMOCRATIE REPRÉSENTATIVE 0 0 0
LA LIGNE CLAIRE 0 0 0
PARTI RÉVOLUTIONNAIRE COMMUNISTES 0 0 0
UNE FRANCE ROYALE AU COEUR DE L’EUROPE 0 0 0
ÉVOLUTION CITOYENNE 0 0 0

[Vidéo] La ville de Puteaux est-elle vraiment si riche ?

Le budget de la ville de Puteaux est voté chaque année au printemps. L’occasion pour Joëlle Ceccaldi-Raynaud de se plaindre d’un Etat qui “asphyxierait” notre ville, et pour l’opposition de rappeler que la ville de Puteaux est extrêmement riche. Alors qui a raison ? Puteaux, ville riche ou non ? La réponse dans la nouvelle vidéo de ma série Francis décode.

Abonnez-vous à ma chaîne Youtube Francis décode pour rester au courant de mes nouvelles publications !

Lien : Les données de la DGFiP concernant les budgets des communes de France

Bilan de l’Agenda 21 à Puteaux

Nous avons eu, lors du Conseil municipal du 4 avril 2019, une présentation du bilan de l’Agenda 21 à Puteaux. Un exercice compliqué pour la municipalité, puisque la ville de Puteaux est un (très) mauvais élève en matière d’écologie et de développement durable. Voici la vidéo et la retranscription de mon intervention sur le sujet.

Je suis assez impressionné par le rapport que vous nous avez transmis. Un document de 135 pages, relié, plastifié, est très beau, très bien conçu… Vraiment en termes marketing je pense que c’est une grande réussite. Est-ce que vous connaissez le terme d’écoblanchiment ? Ou peut-être sa traduction anglaise, “greenwashing” ? C’est exactement ce que vous faites avec ce document. L’écoblanchiment, c’est mettre beaucoup d’argent dans la communication pour se donner une image verte, écolo, pour masquer le manque de réalité de l’engagement écologique.

A quel point ne faut-il avoir aucun souci écologique pour sortir un document comme ça, certes sur papier recyclé, mais qui contrevient à tout bon sens ? J’espère que c’est au moins imprimé avec des encres végétales, mais quoi qu’il en soit cela reste une aberration anti-écologique. Plus que paradoxal puisque c’est le document qui est censé “greenwasher” votre politique, nous faire croire que vous vous souciez de l’environnement.

Remarque rapide sur votre éditorial, vous indiquez que Puteaux est un “territoire à énergie positive”, j’aurais aimé en savoir plus sur cet engagement, parce que sur le site des Territoires à énergie positive” bizarrement Puteaux n’apparaît pas. J’imagine qu’il s’agit d’un oubli de leur part, parce que je n’imagine pas que vous puissiez mentir en vous prévalant de cette appellation.

Concernant le fond du document, je pense que ce qui résume le mieux votre action, c’est encore les citations tarte-à-la-crème que vous avez étalées sur des doubles pages tout au long du document. En particulier celle de Confucius, “Celui qui déplace une montagne commence par déplacer de petites pierres”. Ou encore celle de Théodore Monod “Le peu qu’on peut faire, le très peu qu’on peut faire, il faut le faire”. A vrai dire c’est même plutôt “le très très peu que vous pouvez faire”, visiblement. On parle là de déplacer de tous petits cailloux plutôt que de petites pierres.

Sur la lutte contre le changement climatique : il y a contradiction. D’un côté, il y a le concret, les actions de la collectivité comme pour la piscine. Vous remarquerez au passage que l’action que vous mettez le plus en avant est celle pour laquelle nous avons milité au sein de cette assemblée pendant des années. De l’autre il y a le flou comme la “prise en compte d’une grille développement durable dans les constructions neuves” : ça pose beaucoup de questions. On sait que les promoteurs immobiliers et les investisseurs ont tout à gagner à vendre du rêve dans leur projet sans pour autant être concret en terme de développement durable. Ex : sur le nombre de stationnement prévus par logement… Or, en quoi une grille influence-t-elle quoi que ce soit ? Quels résultats donnent cette grille concrètement ? Cela dit j’aime beaucoup la dénomination “grille développement durable”. On connaît votre passion pour les grilles, je suis surpris que vous n’ayez pas encore inventé les “grilles solidarité”, “grilles dynamisme économique”, “grilles pour l’emploi”, “grilles culturelles et associatives”… Ca viendra peut-être.

1 390 tonnes de déchets collectés : on peut féliciter les agents municipaux pour leur investissement au quotidien à rendre notre ville plus belle. En particulier en ramassant ce dont nous ne voulons plus. Mais il faut une véritable politique de diminution des déchets. Cela passe évidemment par l’instauration d’une redevance incitative basée sur le poids des conteneurs. Il faut également améliorer la pédagogie autour du tri sélectif, si besoin en instaurant des sanctions lorsque le tri est mal réalisé, en particulier celui du verre. A l’inverse, proposer un enlèvement général des encombrants trois fois par semaine est une incitation à l’augmentation du volume des déchets. Globalement, il y a beaucoup à faire en termes de carotte sans pour autant s’interdire, à terme, d’utiliser le bâton.

Vous parlez d’améliorer la qualité de l’air. Effectivement cela doit être une de nos priorités, comme le démontre l’étude parue la semaine dernière sur la qualité de l’air aux abords des écoles et dont les conclusions sont assez mauvaises pour Puteaux. On peut au passage regretter que les sondes AirParif aient été retirées, avec des dernières données disponibles datant de 2014… Il ne saurait de toute façon être question d’une quelconque amélioration de la qualité de l’air tant que notre ville sera traversée par deux autoroutes ! Je pense au quai de Seine dans le bas de Puteaux et à l’avenue de Gaulle dans le haut de Puteaux. Ces voies sont de très fortes sources de pollution, en premier lieu parce qu’on y roule trop vite. Or, le rythme des feux fait qu’on s’y arrête aussi souvent. Résultat : un niveau élevé de particules fines issues des coups de freins. Ces voies doivent absolument être apaisées. Vous nous direz que ce sont des départementales. Mais je suis certain que vous pourriez trouver les mots pour convaincre votre fils de défendre le bien être des Putéoliennes et des Putéoliens.

Vous évoquez dans le rapport les pistes cyclables. Il faut du courage pour oser parler de piste cyclable à Puteaux, je le reconnais. Le vélo étant officiellement votre ennemi, en faire à Puteaux relève souvent du calvaire. Une unique station vélib dans toute la ville, aucun aménagement pour les vélos dans la ville à tel point que votre fierté est d’avoir mis en place deux “arbres à vélo” pour un total de 20 places, sur une ville de 46000 habitants, aucune action sérieuse pour améliorer l’accessibilité de la Défense… Une bonne illustration de votre politique est la piste qui s’arrêt subitement au milieu de nulle-part Quai Dion-Bouton. Pourtant tout le quai est devenu un axe très fréquenté par les vélos et piétons. La Ville peut financer des comptages comme le fait le département si elle veut en avoir le cœur net ! Il faudrait initier une grande réflexion pour rendre cet itinéraire agréable.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur votre politique en termes d’Agenda 21, et je regrette que vous ayez intégré ce sujet à un Conseil municipal déjà très dense avec l’étude du budget. Je ne ferai donc qu’évoquer le ridicule du montant du budget participatif, qui n’est d’ailleurs pas reconduit cette année, le nombre d’arbres dans Puteaux indiqué de manière biaisée sans tenir compte des arbres coupés, l’absurdité de se vanter de réduire l’intensité lumineuse des panneaux publicitaires anti-écolo que vous avez installés il y a plusieurs années, le quartier des Bergères qui est en contradiction totale avec les principes écologiques dont il se prévaut…

En conclusion, comme souvent, ce document indique une série d’initiatives mais ne présente aucune vue globale. On parle d’actions ponctuelles, dont certaines sont intéressantes, mais restent limitées. Aucun bilan des émissions/consommations qui permettrait d’évaluer l’impact réel des initiatives municipales. En l’état, on ne mesure pas l’efficacité de ce qui est annoncé. En un mot, il manque à votre politique une vision.

La politique culturelle à Puteaux

Lors du Conseil municipal du 4 avril 2019 à Puteaux, la municipalité nous a présenté le bilan de sa politique culturelle. Un exercice demandé par la Cour Régionale des Comptes, sur lequel je suis intervenu. Voici la vidéo et la retranscription de mon intervention.

En préambule, et comme nous allons discuter de l’agenda 21 dans quelques minutes, je souhaite revenir sur le format du bilan que vous nous fournissez ici. Je tire mon chapeau à l’équipe communication qui a conçu le document, parce qu’il n’y a presque pas de contenu et pourtant ils ont réussi à en faire sur 32 pages, à force de photos et de gestion des espaces vides. Mais avoir un support comme celui-là, ce n’est pas possible quand on a un souci ne serait-ce que léger du développement durable ! A vrai dire, le papier est d’un tel grammage et tellement laqué qu’au début j’ai cru qu’il s’agissait d’un faire-part. En plus le premier texte était cosigné Vincent Franchi et Michèle Rocchia, je m’attendais à une grande annonce.

Evidemment, point de tout cela. Le bilan débute par une flopée de chiffres vraiment forts et marquants… UN cinéma, UN conservatoire, UN palais de la culture… Vraiment très impressionnant ! Au passage, le lecteur attentif aura remarqué que vous n’êtes pas très à l’aise avec les chiffres, et c’est peut-être là la marque de fabrique de M. Franchi. Il suffit de comparer votre bilan de politique culturelle sur 2018 et le rapport d’activité 2018 dans le secteur culturel. On y retrouve le même genre d’encart, avec des chiffres un peu différents… On passe ainsi de trois salles de spectacles à deux salles de spectacle. Des 9 sites associés au palais de la culture à 10 sites associés, de trois sites muséaux à un site muséal, de 5 842 adhérents aux “pratiques culturelles et de loisirs” (sans que l’on sache vraiment ce que cela recouvre) à 2 864 adhérents à ces mêmes pratiques, ce qui fait presque 3000 adhérents supprimés d’un document à l’autre. De 37 spectacles en diffusion à 29 spectacles en diffusion. A vrai dire, le seul chiffre sur lequel vous semblez vous accorder est sur le nombre de personnes accueillies dans le cadre des manifestations culturelles, à savoir 82000, ce qui s’explique sans doute par le fait qu’il s’agit d’une estimation complètement grossière faite au doigt mouillé et qui n’a pas beaucoup plus de pertinence qu’un comptage du nombre de manifestants sur le Trocadéro par François Fillon. Cela peut vous sembler anecdotique, mais c’est un véritable indicateur de l’importance et du sérieux que vous attribuez à la culture.

Vous nous indiquez « Avec comme ambition d’être accessible à tous, nous avons le devoir de favoriser à tous l’accès aux richesses culturelles de notre ville. » C’est vrai, c’est votre devoir.

Mais aujourd’hui où est la diversité ? Sans doute pas dans la programmation ni dans le public. Prenez les tarifs du théâtre : ils restent élevés pour une scène municipale, et notamment les tarifs réduits, avec des réductions de 4€ environ, ne permettent pas aux gens qui n’en ont pas les moyens de s’initier à l’art du spectacle.
En ce qui concerne les pratiques sportives et aux loisirs, il n’y a tout simplement pas de tarif réduit applicable aux personnes en difficulté. Sans parler de la politique tarifaire discriminatoire du Conservatoire, “l’accès à tous” devient “l’accès aux Putéoliens uniquement”, et la “richesse culturelle” “richesse” tout court.
Quant à la programmation culturelle, c’est véritablement l’un des plus gros gâchis à Puteaux. Vous avez du personnel qui est qualifié, compétent, qui pourrait apporter une véritable vision culturelle à la programmation de la ville. Mais en imposant, activement ou passivement, vos goûts personnels au choix des spectacles programmés, vous étriquez l’offre culturelle.

Vous dites également « La ville encourage également les pratiques amateurs ».
Nous en avions déjà discuté le mois dernier, mais il n’y a absolument aucune politique d’encouragement des groupes et compagnies locaux. Aucun prêt de salle récurrent en dehors des élèves du Conservatoire, et même l’accès aux salles pour ces élèves reste compliqué. Comme vous l’indiquez dans le rapport, vous ne permettez en fait que d’intervenir en milieu scolaire. C’est bien, il faut le faire, mais favoriser la création va bien au-delà de ça ! Vous me permettrez de relever une coquille qui me semble être un lapsus assez révélateur de votre engagement, puisque vous annoncez “participer au développement de la création contemporaire”… Vous êtes simplement dans la juxtaposition de slogans, qui parfois même ne veulent rien dire (“La culture au coeur de la création” !!?), sans aucune volonté politique derrière.

Un mot sur le Théâtre de Puteaux, dont vous vantez la réhabilitation. Depuis son inauguration en novembre 2018, il vient de se dérouler une saison entière sans signalisation au théâtre de Puteaux. Pas d’indications de placement, d’orchestre, de balcon, de côté pair ou impair. Une grande partie du public attend à la mauvaise porte, ce qui demande une redirection après coup, fait perdre beaucoup de temps, et les spectacles commencent en retard de manière systématique. On regrettera aussi que l’ascenseur ne permettent pas d’atteindre le balcon, il y a à chaque spectacle des personnes âgées, non PMR mais se déplaçant difficilement, qui doivent monter des escaliers et dont le changement de place n’est pas possible.

En conclusion, comme toujours, vous devriez sans doute en faire moins en matière de communication, et laisser plus d’autonomie à vos personnels compétents. Cela permettrait à Puteaux d’avoir une véritable offre culturelle de qualité.

Page 1 sur 28

Francis Poézévara 2015 - Tous droits réservés