Francis Poézévara

Conseiller municipal à Puteaux

Primaire de gauche : les bureaux à Puteaux

Les dimanches 22 et 29 janvier 2017, tous les électeurs de gauche sont invités à participer à la deuxième Primaire citoyenne, afin de déterminer quel candidat représentera la gauche au premier tour de l’élection présidentielle. A Puteaux, comme en 2011, trois bureaux de vote seront mis en place : deux à l’école Jean Jaurès pour le bas de Puteaux, un à l’espace Jules Verne pour le haut de Puteaux.

L’élection est ouverte à tous, il suffit d’être inscrit comme électeur/électrice. Vous pourrez voter dans le bureau auquel est rattachée votre adresse sur la liste électorale pour les élections républicaines (voir carte ci-dessous). Celui-ci est indiqué sur votre carte d’électeur.

  • Bureau A – Ecole Elémentaire Jean Jaurès – 128, rue Jean Jaures 92800 Puteaux
    Votent au bureau A tous les électeurs des bureaux 1 à 8 pour les élections “classiques”.
  • Bureau B – Ecole Elémentaire Jean Jaurès – 128, rue Jean Jaures 92800 Puteaux
    Votent au bureau B tous les électeurs des bureaux 9 à 19 pour les élections “classiques”.
  • Bureau C – Espace Jules Verne – 4, rue Marcelin Berthelot 92800 Puteaux
    Votent au bureau C tous les électeurs des bureaux 20 à 32 pour les élections “classiques”.

Pour plus de clarté, voici une carte vous permettant de définir le bureau de vote dans lequel vous devrez vous rendre, dimanches 22 et 29 janvier, pour pouvoir voter pour la Primaire de gauche :

Par ailleurs, si vous souhaitez aider à tenir les bureaux de vote, n’hésitez pas à me contacter, soit en laissant un commentaire ci-dessous, soit en utilisant le formulaire présent sur ce blog, soit en m’envoyant un mail à francis – arobase – poezevara.com.

Pour une meilleure gestion de l’OPH de Puteaux

Ancols - Auteurs d'un rapport accablant sur l'OPH de Puteaux

Vendredi 14 octobre, à 19h30, aura lieu le premier Conseil municipal postérieur à la publication du rapport accablant de l’ANCOLS sur la gestion de l’OPH*. Je déposerai donc, au nom du groupe d’opposition Le Rassemblement, le vœu ci-dessous, qui sera soumis au vote :

Vu le rapport de l’ANCOLS sur l’Office Public de l’Habitat de Puteaux publié le 11 juillet 2016,

Considérant que ledit rapport met en lumière des manquements particulièrement graves dans la gestion de l’OPH, dont la conséquence a été une amende record d’un montant de 1 081 822€,

Considérant la responsabilité particulière de sa présidente, Mme Ceccaldi-Raynaud, également maire de Puteaux, ainsi que des conseillers municipaux représentant le conseil municipal au sein du Conseil d’Administration de l’OPH quant à cette gestion,

Considérant qu’aucune action publique d’importance n’a été menée depuis la parution dudit rapport visant à rétablir une gestion saine de l’OPH, avec au contraire le basculement de sa direction dans une grande instabilité,

Considérant que, comme l’a souligné la fédération nationale des OPH dans un communiqué, la très grande majorité des offices en France fonctionnent à l’inverse correctement, administrés par la gauche comme par la droite, dans le respect la législation,

Le Conseil municipal de Puteaux enjoint le Conseil d’Administration de l’OPH à mettre en place avec la plus grande diligence des mesures fortes permettant de répondre aux irrégularités soulevées par le rapport de l’ANCOLS, et notamment :
– Respect des accords collectifs départementaux et ceux des DALO
– Etablissement de procédures d’attribution des logements sociaux transparentes, basés sur des critères chiffrés et publics,
– Revue des contrats de location pour en faire disparaître les clauses abusives,
– Concertation régulière des locataires sur les problèmes locaux,
– Mise en place d’une gouvernance de l’OPH favorisant les compétences au détriment des copinages.

* Le rapport de l’ANCOLS est disponible au téléchargement sur cette page.

Brexit : et maintenant, quitte ou double

C’est désormais officiel, le Royaume-Uni va entamer une procédure de sortie de l’Union Européenne. Le résultat final est sans appel, l’écart entre le Brexit et le Bremain étant de presque quatre points.

Résultat Brexit

Source : Bloomberg

Brexit : une décision regrettable mais pas surprenante

Dans l’absolu, on ne peut que regretter ce Brexit. Il s’agit d’un nouveau constat d’échec du projet européen. Par ailleurs, ses conséquences à court terme risquent d’être pénibles : les économies britannique et européenne vont être chahutées, risquant en particulier de mettre à mal la timide reprise esquissée ces derniers mois en France.

Mais il est difficile de dire que ce résultat est surprenant. Le Royaume-Uni n’a jamais souhaité s’intégrer à l’Union Européenne, hormis du point de vue marché unique. Ses responsables n’ont cessé de freiner des quatre fers devant toute progression de l’intégration européenne, laissant entendre aux Britanniques que le principe même d’UE politique était un fardeau. Cette situation a abouti à la position très particulière du Royaume-Uni, bénéficiant d’une adhésion à l’UE “à la carte”. Sans compter sa non-adhésion à la zone Euro.

La menace populiste d’extrême droite

Le Brexit est donc relativement logique. Quelles vont être les conséquences ? Pour l’Europe et pour la France, c’est à quitte ou double. Dans un premier temps, les populistes, nationalistes, extrémistes vont s’en donner à coeur joie pour essayer de dynamiter la construction européenne. Déjà, on les entend réclamer des référendums pour des “Frexit” (Le Pen), des “Nexit” (Wilders, Pays-Bas), etc. Le danger est important, nous devons en avoir conscience et ne pas laisser ces irresponsables néo-fascisants occuper le devant de la scène. Nous devons donc reprendre la main.

Pour une nouvelle union, intégrée, autour de la France, de l’Allemagne, de l’Italie et de l’Espagne

Reprendre la main, cela passe tout d’abord par prendre acte de l’échec de l’Union Européenne telle qu’elle a été construite. L’Europe de la finance a échoué, parce qu’elle n’est jamais devenue une Europe des peuples.

Reprendre la main, cela passe aussi, avant tout, par la réaffirmation de l’idéal européen d’origine. Nous devons reconstruire une autre Union Européenne. Une UE véritablement intégrée, une UE démocratique, une UE qui préfigure les Etats-Unis d’Europe.

Cette construction doit avoir lieu dans un premier temps autour de quatre pays : la France, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne. L’avenir de l’Europe est donc entre les mains de quatre dirigeants : Hollande, Merkel, Renzi, Rajoy. La tâche est donc particulièrement difficile, puisque chacun de ces dirigeants remettra son mandat en jeu sous un an (Rajoy n’étant déjà plus majoritaire au parlement espagnol, et Renzi ayant prévu un référendum à l’automne qui pourrait provoquer sa chute).

Et pourtant, ils doivent dès à présent prendre leurs responsabilités, et assumer leur rôle dans l’Histoire. C’est l’urgence absolue, et elle doit prendre le pas sur toutes les réformes actuellement engagées dans les quatre pays. Tout simplement parce que de cette construction européenne dépend tout le reste, les réformes économiques, la politique d’immigration, sociale, etc.

François Hollande doit agir en leader européen

En France, François Hollande n’est pas particulièrement en position de force (et c’est un euphémisme) pour s’engager dans un tel combat. Et pourtant, je suis convaincu qu’il peut encore le faire ; cela sauverait d’ailleurs peut-être le quinquennat. Concrètement, cela signifie abandonner la loi Travail, qui prend tant d’énergie au gouvernement et aux Français pour peu de choses. Cela signifie également remaniement ministériel pour mettre en place un gouvernement de combat tourné tout entier vers ce même objectif d’ “Union Européenne 2.0”. Le sacrifice du Premier Ministre me semble important afin de regagner quelques points favorables d’opinion et asseoir la légitimité du nouveau gouvernement. François Hollande ne doit pas hésiter à dépeindre ce moment, ce choix, comme historique : c’est bien un important chapitre de l’Histoire que nous sommes en train de vivre, et nous devons en prendre la mesure.

Le temps européen est compté. Le surplace, pratiqué depuis longtemps dans l’UE, n’est plus envisageable ; soit nous sommes capables de faire un nouveau pas en avant, soit il s’agira d’un saut en arrière, populiste, extrêmement dangereux. A François Hollande, à Angela Merkel, à Matteo Renzi de jouer. Et aux députés espagnols de se mettre d’accord sur le nom de celui qui engager leur pays sur cette voie.

Subventions aux associations : quoi de neuf à Puteaux en 2016 ?

Ce week-end a eu lieu la fête des sports et des associations sur l’île de Puteaux. A cette occasion, je suis allé, accompagné d’élus et de membres de l’équipe Le Rassemblement, à la rencontre des bénévoles pour les informer sur les subventions distribuées par la ville.

Photo Twitter

Photo Twitter

L’accueil a été très bon : les associations sont très demandeuse de ce genre de communications, malheureusement inexistantes de la part de la mairie de Puteaux. Il s’agit pourtant d’informations publiques, puisqu’elles figurent sur le budget de la ville. Il est vrai que celui-ci est difficilement consultable, puisque seuls les sites de l’opposition publient les dossiers des conseils municipaux.

Et il existe une bonne raison pour laquelle Joëlle Ceccaldi-Raynaud refuse de communiquer : les subventions sont en chute libre, particulièrement cette année !

– 97 000 euros

de subventions pour les clubs de sport*.

– 210 000 euros

de subventions pour les associations non sportives.

Où obtenir des subventions ?

Devant la baisse importante des subventions accordées par la mairie de Puteaux les années sans élection, il reste trois possibilités d’obtenir des aides financières :

  • Le Conseil Départemental
    www.hauts-de-seine.fr
    Demande à déposer avant le 19 septembre 2016
  • Le Conseil Régional
    http://par.iledefrance.fr
  • La réserve parlementaire
    Le député de Puteaux, J.C. Fromantin, peut choisir des associations auxquelles l’Etat versera une subvention. Il préfère la plupart du temps donner aux associations neuilléennes, mais les associations putéoliennes peuvent néanmoins tenter leur chance :
    jcfromantin@assemblee-nationale.fr

Continuer la lecture

[Mise à jour 16 juin] Motion de soutien aux forces de l’ordre : pour un consensus

[Mise à jour jeudi 16 juin] Mon appel au consensus est loin d’être entendu par l’équipe de Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Pour preuve : les élus de l’opposition ont été exclus de l’hommage des conseillers municipaux aux forces de l’ordre mercredi 15 juin ! Une honte républicaine.

Puteaux votera une motion de soutien aux forces de l’ordre“, titre Le Parisien du jour. En tant que représentant de l’opposition au Conseil municipal, j’appelle Mme Ceccaldi-Raynaud à associer l’ensemble des élus de Puteaux à la rédaction de cette motion de soutien.

L’odieux assassinat terroriste de Magnanville appelle à une réaction républicaine transpartisane. Afin d’éviter toute récupération politique de cette attaque abjecte, récupération que l’on sent poindre dans le communiqué de Mme Ceccaldi-Raynaud indiquant que les policiers et militaires sont des cibles privilégiées “depuis 2012”, il est important que nous puissions voter une motion de soutien aux forces de l’ordre à l’unanimité.

Sur cette question d’intérêt national, le consensus sera facile à créer. Ne nous en privons pas par calcul politicien.

Page 1 de 20

Francis Poézévara 2015 - Tous droits réservés