Francis Poézévara

Conseiller municipal à Puteaux

Étiquette : Puteaux (Page 1 sur 22)

Conseil municipal du 17 décembre 2020 : carte scolaire et soutien à la culture

Ce matin, jeudi 17 décembre, s’est donc déroulé le dernier conseil municipal de l’année 2020. Pas moins de 44 points à l’ordre du jour, représentant plus de 660 pages de documents à analyser en cinq jours… Résultat de la volonté de Joëlle Ceccaldi-Raynaud de restreindre le nombre de conseils municipaux au minimum légal (un par trimestre).

Beaucoup de sujets au programme donc, parmi lesquels je retiens notamment la modification de la carte scolaire de Puteaux pour la rentrée 2020. Retrouvez mon intervention en séance sur le sujet :

D’autres sujets ont été abordés, notamment concernant les crèches en délégation de service public, la fusion des offices HLM de Puteaux, Courbevoie et Levallois, ou encore des décisions budgétaires modificatives.

J’ai également présenté deux voeux, rejetés l’un comme l’autre par la Mairie. Dans le premier, j’appelais Mme Ceccaldi-Raynaud à apporter son soutien au secteur culturel en général, et au conservatoire en particulier. Voir la vidéo ci-dessous :

Mon second voeu appelait la Maire de Puteaux à la vigilance face au financement de la future mosquée de Puteaux par le royaume du Maroc, à l’heure où les ingérences étatiques étrangères sont pointées du doigt.

J’avais également transmis cinq questions sur des problématiques importantes, notamment le futur square rue Colin ou l’avancement du projet de la FFT sur l’île de Puteaux, mais la Maire de Puteaux a refusé de les prendre en compte, préférant consacrer les 30 minutes de discussion aux questions du groupe Puteaux La Transition.

La carte scolaire 2021-2022 à Puteaux

Il y a bientôt deux ans, je vous avais présenté la carte scolaire version 2020, suite à l’ouverture des écoles Voltaire et Bergères. Comme je le pointais à l’époque, de grosses incohérences subsistaient, que vous pouvez retrouver dans cette vidéo.

Deux ans plus tard, les problèmes que j’avais soulevés à l’époque sont bien connus, et la mairie de Puteaux a donc décidé de revoir une nouvelle fois les secteurs des différentes écoles. En corrigeant les défauts ? La réponse en carte !

Ecoles maternelles

Pour les secteurs de maternelle, mes propositions de 2019 sont reprises entièrement : le secteur centre-ville situé au sud du boulevard Wallace (à gauche du boulevard sur la carte ci-dessus) sont affectés à l’école Marius Jacotot et plus à l’école Voltaire. Le secteur Défense 2000 est quant à lui agrandi, ce que j’avais réclamé en vain il y a un an pour éviter la fermeture d’une classe dans cette petite école. Je regrette amèrement que cet élargissement du secteur se fasse avec une année de retard : la classe ayant fermé, il faudrait désormais que les effectifs dépassent à nouveau un seuil minimal d’élèves par classe pour qu’une classe rouvre.

Ecoles élémentaires

Là encore, il y a des progrès ! Le centre-ville est désormais rattaché à l’école Jean Jaurès, et non plus à l’école Voltaire (une aberration introduite en 2019 à l’ouverture de cette nouvelle école), et l’une des incohérences historiques majeures est également corrigée : le quartier Boieldieu sera dorénavant sur le secteur de République. Il était précédemment rattaché à l’école Petitot, puis aux Bergères, alors que toutes les résidences alentours (Défense 2000, Tour Eve…) étaient rattachées à l’école République…

Changement dans le haut de Puteaux : les enseignants et les parents d’élèves de l’école des Bergères étaient très inquiets sur les perspectives pour l’école. En effet, celle-ci est déjà saturée, et de nombreuses constructions sont en train de sortir de terre, amenant potentiellement le nombre d’enfants sur le secteur à exploser. La solution proposée concerne donc l’école Félix Pyat, qui n’accueillait que les maternelles jusqu’ici et qui ouvrira un niveau CP l’année prochaine. Bonne nouvelle, qui permettra de soulager les Bergères, en attendant la réouverture de l’école Petitot prévue pour… 2023 !

Voir le détail des secteurs dans le fichier ci-dessous :

Modification carte scolaire

Conseil municipal du 30 septembre : où l’on revient sur la richesse de Puteaux et où l’on attaque (toujours) la démocratie

Mercredi 30 septembre, le premier conseil municipal de retour de l’été se déroulera à la mairie de Puteaux. L’ordre du jour, moins riche que lors des conseils précédents, comporte néanmoins des points importants.

La Chambre Régionale des Comptes adresse les mêmes reproches à Joëlle Ceccaldi-Raynaud que celles que je faisais lors du vote du budget.

La Chambre Régionale des Comptes a réalisé un audit de la gestion de la ville de Puteaux. Ses conclusions sont tout sauf étonnantes, et reprennent l’essentiel des reproches effectuées année après année par Evelyne Hardy puis désormais par moi-même :

  • La ville de Puteaux est incapable de réaliser la moindre analyse prospective, et ne se projette absolument pas à plusieurs années. Elle se repose sur son pactole, sans se donner la peine d’affiner ses budgets.
  • Les rapports d’orientation budgétaire sont trop succincts, même si une progression a eu lieu ces dernières années.
  • La ville est trop riche et ne dépense pas son budget. De ce fait, la trésorerie atteint désormais l’équivalent de 252 jours de charges courantes : la ville pourrait financer deux tiers de son fonctionnement en se reposant sur l’argent qu’elle a mis de côté !
  • Des contrats à durée déterminée ont été enchaîné largement au-delà de ce qui est autorisé par la loi, avec certaines reconductions durant 12 années ! La ville fait vivre son personnel dans la précarité, et écope d’un rappel à la loi.
  • Le Conservatoire a perdu près de 400 adhérents suite à l’augmentation des tarifs punitive décidée par la mairie de Puteaux. Une catastrophe pour un équipement qui devrait pourtant avoir un rayonnement départemental.

Mon commentaire : “Ce rapport de la CRC confirme tout à fait ce que nous reprochons à la mairie de Puteaux. L’argent des impôts des Putéoliennes et des Putéoliens se retrouve en grande partie à dormir sur un compte en banque, alors qu’il devrait être utilisé de manière efficace pour apporter des solutions aux habitants, particulièrement dans cette période de crises sanitaire, humaine et économique.”

Attaques contre la démocratie : Joëlle Ceccaldi-Raynaud revient sur sa décision de tirer au sort la composition des commissions citoyennes, et demande aux associations de faire sa publicité !

En juin, nous nous étions étonné d’avoir pu faire avancer la démocratie à Puteaux. En effet, la composition de plusieurs instances citoyennes, telles que le Conseil des sages ou le Conseil des Jeunes, avait été modifiée en séance pour y faire figurer des citoyennes et citoyens tirés au sort. Joëlle Ceccaldi-Raynaud avait même accepté la présence de l’opposition lors du tirage au sort ! Las, trois mois après, une nouvelle délibération du Conseil municipal revient sur ces dispositions, annulant le tirage au sort pour partir sur “une sélection de candidatures sur profil et motivation”. Pourquoi ? Parce que “certains membres actifs voulaient continuer leur action et que le tirage au sort ne leur permet pas”.

Mon commentaire : “Peut-on être plus claire sur la volonté de confisquer les instances citoyennes pour les confier toujours aux mêmes personnes, sélectionnés avec soin par la mairie ? A titre personnel, je prends cela comme une leçon : j’ai un instant cru que Puteaux pouvait bouger dans le bon sens. On peut donc faire preuve de naïveté même après 6 ans de mandat !”.

Par ailleurs, la mairie de Puteaux va désormais soumettre une “charte de la vie associative” aux associations de la ville. Sous couvert de vouloir “dynamiser les associations de Puteaux”, la charte ne prévoit rien de moins que… d’organiser la propagande de la majorité par les associations directement ! En effet, un article de ladite charte stipule : “Les associations subventionnées par la mairie doivent valoriser sur leurs flyers, affiches et discours les aides financières et les prestations en nature dont elles bénéficient de la part de la mairie, et y faire figurer le logo de la ville”.

Mon commentaire : “A travers cette charte, on comprend que le résultat des dernières municipales a été vécu comme une carte blanche par la famille Ceccaldi-Raynaud. Désormais, plus de limite, plus de honte, ils ne se cachent plus pour mettre en place ces pratiques ahurissantes. Et ce, alors que dans la même charte la ville s’engage à respecter l’indépendance des associations ! Quelle autre ville aujourd’hui en France se permet les mêmes comportements ?”.

En bonus, la Maire nous Puteaux nous demande d’autoriser la ville (et donc les Putéoliennes et les Putéoliens) à prendre en charge ses frais de justice contre Christophe Grébert, qui l’attaque pour diffamation. J’ai bien sûr voté contre cette délibération absurde !

L’écologie à la sauce Puteaux

Petite pause entre deux articles sur les conseils municipaux de début de mandat pour parler de l’écologie telle qu’elle est vue par la mairie de Puteaux, à travers une anecdote très révélatrice.

J’ai eu l’occasion de l’évoquer à plusieurs reprises : la politique de la ville de Puteaux est l’essence même de l’anti-écologie. Le constat est simple : Puteaux a de l’argent, donc la ville peut acheter, “consommer”, sans se soucier d’être durable.

Vous connaissez sans doute les innombrables “arbres en pot” de la ville. C’est une spécificité Putéolienne : de nombreux arbres de la ville, plutôt qu’être plantés en pleine terre, sont disposés dans de grands pots ornementaux, avec un gros logo de la ville.

Evidemment, les arbres ne sont pas faits pour vivre en pot. Résultat, régulièrement, les arbres de la ville meurent. C’est ce qui est arrivé il y a quelques semaines à côté de la place du théâtre : toute une rangée d’arbres en pot a été rasée. Photo prise le 9 juin 2020 :

Qu’à cela ne tienne : Puteaux a les moyens de les remplacer ! Aussitôt dit, aussitôt fait, de nouveaux arbres remplacent les anciens. Photo prise les 24 juin 2020 :

Je le dénonce régulièrement en Conseil municipal depuis 2014 : à Puteaux, parce qu’on a l’argent et qu’on peut consommer, on consomme. Peu importe que cela n’ait aucun sens écologique, que l’on s’essuie les pieds sur le développement durable : il faut consommer. C’est par exemple pour cela qu’il y a un an et demi, la ville de Puteaux distribuait des bâtons de LED et de polystyrène à tous ses habitants pour l’inauguration de ses illuminations de Noël. Ou qu’en janvier, elle envoyait aux habitant·e·s 80 000 piles boutons pour allumer… des cartes de voeux.

Autre exemple récent : la récupération par la Mairie de Puteaux du happening du Printemps Putéolien réalisé au mois de mars dernier. Pour dénoncer la bitumisation de Puteaux, nous avions reverdi des places de parking du centre-ville de Puteaux, avec du gazon en rouleau.

Une idée qui a visiblement inspiré la mairie de Puteaux, qui a voulu faire pareil sur le pont de la rue Sadi Carnot, au dessus des voies de chemin de fer. Mais cette fois, point de volonté d’embellir ou verdir la ville : il s’agit simplement de bloquer une rue pour permettre au restaurant l’Escargot de développer son nouveau concept de bistro. Et, bien sûr, le tout sur du gazon synthétique !

Bien sûr, parfois, se battre pour plus d’écologie, plus de solidarité et plus de démocratie à Puteaux est désespérant. Mais il faut bien que certain·e·s le fassent : c’est pourquoi, avec le Printemps Putéolien, nous continuons encore et toujours à défendre ces valeurs.

Un budget fragile, des mensonges… La suite du conseil municipal fleuve – Partie 2 [4 juin 2020]

Deuxième partie du Conseil municipal marathon du jeudi 4 juin 2020, consacré notamment à l’adoption du compte administratif 2019 et du budget primitif 2020 de Puteaux.

Compte administratif 2019 : Puteaux gagne toujours trop d’argent

Le Compte administratif correspond à l’étude des comptes de la commune pour l’année passée. Il s’agit de contrôler la gestion de la ville, notamment en le comparant au budget prévisionnel adopté l’année d’avant. A Puteaux, en 2019, comme tous les ans, la ville a gagné plus d’argent que prévu, et n’a pas réussi à dépenser tout ce qu’elle avait prévu.

Pour une entreprise, gagner plus d’argent ou dépenser moins est loin d’être un problème. C’est cela qui permet de faire du bénéfice. Pour une commune, le raisonnement n’est pas le même. Les communes n’ont en effet pas le droit de faire de profit, puisqu’elles se financent grâce à l’argent des contribuables. Chaque année, elles doivent donc présenter un budget équilibré : les dépenses doivent correspondre au centime près aux recettes.

Pour la majorité des communes de France, c’est un problème : les recettes ne couvrent souvent pas toutes les dépenses, et elles sont obligés de s’endetter pour se financer. A Puteaux aussi, c’est un problème, mais à l’envers : grâce à l’argent de la Défense, la mairie n’arrive pas à dépenser suffisamment vite son argent (et donc l’argent des contribuables). Résultat, chaque année, on s’aperçoit après coup que les recettes courantes ont été sous-évaluées (en 2019, on gagne 6 millions de plus que prévu), et que les dépenses courantes ont été gonflées (en 2019, on dépense 6 millions de moins que prévu).

Cette manière de tricher pose un problème de fond : cela signifie que Puteaux pourrait augmenter son niveau de service (par exemple en mettant en place un Revenu Minimum Social Garanti !), ou, si la majorité actuelle manque d’idées, à tout le moins baisser les impôts.

Mon intervention sur le compte administratif 2019 : 

Budget Primitif 2020 : la crise sanitaire fragilise les comptes de Puteaux

Le budget primitif correspond au budget prévisionnel de l’année à venir. Vous remarquerez que nous sommes en juin, et qu’il serait donc temps de s’intéresser au budget prévisionnel de 2020 !

Effectivement, contrairement à de nombreuses communes, Puteaux refuse chaque année de faire un budget prévisionnel en décembre de l’année précédente. D’habitude, nous nous retrouvons donc à examiner le budget prévisionnel en mars, alors qu’un quart de l’année est déjà écoulée. Cette année, en raison de la crise sanitaire, c’est en juin, après presque la moitié de l’année, que le budget prévisionnel est adopté ! C’est un problème récurrent à Puteaux, que l’on constate à chaque conseil municipal, et que l’on retrouve dans les rapports d’audit extérieurs du fonctionnement de la ville : nous sommes incapables de faire des prévisions. Un exemple : lorsque le Conservatoire a été construit, pour environ 40 millions d’euros, nous avons demandé à Joëlle Ceccaldi-Raynaud combien il nous coûterait en fonctionnement à l’année. Elle nous avait alors répondu : “comment voulez-vous qu’on le sache, il n’a pas encore ouvert !”.

Aucune vue prospective, aucune anticipation. Pour celles et ceux qui viennent d’autres communes, ou qui travaillent dans le secteur privé, c’est aberrant. D’autant que le budget de Puteaux est énorme, 400 millions pour 2020, plus de trois fois la moyenne des autres villes de 45 000 habitants. Mais profitant des larges revenus issus de la Défense, la mairie de Puteaux préfère se “laisser porter”, en se disant que de toute façon nous avons trop d’argent.

En 2020, ce sera un peu moins vrai. En effet, en raison notamment de la crise sanitaire, le budget ne trouve son équilibre que grâce aux excédents de l’année précédente. C’est d’autant plus inquiétant qu’en parallèle, le budget compte sur 48 millions d’euros de recettes grâce à la vente de terrains dans le quartier des Bergères, et que les années passées ces ventes ont régulièrement pris du retard. J’ai alerté Joëlle Ceccaldi-Raynaud sur ce sujet. Il faudra être particulièrement vigilant cette année sur l’exécution du budget : pour la première fois, Puteaux peut finir l’année dans le rouge.

Mon intervention sur le budget primitif 2020 :

Indemnisations des élu·e·s :

Début de mandat oblige, nous avons voté les indemnités que recevraient chaque élu·e·s. La maire de Puteaux s’est attribué le maximum prévu par la loi (4025€), rognant sur les indemnités des adjoints (1309€). Aucune indemnité n’a été attribuée aux conseillers municipaux sans délégation. A savoir : le mandat d’élu d’opposition est bénévole, et en raison des conseils municipaux placés en journée et des différents frais, il me coûte à titre d’exemple environ 1500€ par an. Une indemnité de 100€ par mois aurait donc été logique et juste ; elle a été rejetée par Joëlle Ceccaldi-Raynaud.

Commission d’appel d’offres : les mensonges de LREM

Souvenez-vous : le 25 mai, les élu·e·s LREM avaient souhaité bénéficier d’un élu au conseil de territoire (= communauté d’agglomération). Pour cela, ils avaient besoin du vote unanime des 7 conseillers de l’opposition, y compris du mien. Par solidarité, j’avais accepté de leur donner mon vote, afin d’éviter qu’un élu LR / Ceccaldi n’ait un conseiller supplémentaire (ils en possèdent déjà 6). En contrepartie, le groupe LREM avait proposé que chaque groupe ait un représentant dans une instance importante : Puteaux La Transition s’est ainsi retrouvé au Conseil d’Administration du CCAS, et je devais siéger à la Commission d’Appel d’Offres.

Las ! Quelques heures avant le conseil municipal, LREM change d’avis, et décide de m’écarter de cette commission pour y placer l’une de ses élu·e·s. Réalisant une alliance de circonstance avec EELV, le parti de la majorité gouvernementale est ainsi pris en flagrant délit de mensonge. Ce n’était malheureusement pas entièrement une surprise, mais cela constitue une entaille importante à la solidarité et la confiance qui auraient dû animer l’opposition pendant 6 ans.

Détail amusant : en apprenant cela, la majorité LR a tenté de m’instrumentaliser en me poussant à présenter ma candidature, vraisemblablement pour empêcher LREM d’obtenir cette place en commission. Parce que je pense que l’opposition doit être éthiquement irréprochable, contrairement aux agissements de certains de mes collègues, j’ai bien sûr refusé de me prêter à ce jeu.

Ma proposition de soutenir les restaurateurs rejetée

En fin de conseil, j’ai proposé à Joëlle Ceccaldi-Raynaud de soutenir les restaurateurs en les exonérant de taxes sur leurs terrasses, comme c’est le cas dans de nombreuses autres villes en France, y compris à Paris. Ma proposition a été refusée, la maire de Puteaux préférant les exonérer uniquement sur l’extension de leurs terrasses. En clair : leurs terrasses habituelles donnent lieu à des taxes, en revanche leurs extensions (autorisées en raison du Covid) sont exonérées.

Un cadeau très modeste pour la plupart des restaurateurs, qui n’ont pu étendre leur terrasse que des quelques mètres carrés. En revanche, un énorme cadeau au Saperlipopette!, qui a étendu sa terrasse sur l’ensemble du passage Mars et Roty, et pour l’Escargot, qui a bénéficié de la piétonnisation d’un bout de rue entier pour installer sa terrasse (le pont de la rue Sadi Carnot).

Dommage d’avoir refusé d’aider l’ensemble des commerçants et d’avoir préféré une aide ponctuelle à ces deux établissements uniquement !

Les enfants bientôt accueillis toute la semaine

J’ai répété en conseil ma demande d’accueillir l’ensemble des enfants volontaires en semaine entière, grâce à la mobilisation des équipements municipaux. Pour l’instant en effet, la plupart des enfants sont accueillis par moitié de semaines à l’école, obligeant les parents à se mettre en congé de leur travail la moitié de la semaine. J’ai proposé que la ville mobilise ses animateurs pour proposer à tous les enfants des ateliers culturels, sportifs ou de soutien scolaire sur le reste de la semaine. Cette demande a été entendue, et un large plan d’accueil est en préparation.

Page 1 sur 22

Francis Poézévara 2015 - Tous droits réservés