Francis Poézévara

Conseiller municipal à Puteaux

Auteur : Francis Poézévara (Page 3 sur 32)

Un budget fragile, des mensonges… La suite du conseil municipal fleuve – Partie 2 [4 juin 2020]

Deuxième partie du Conseil municipal marathon du jeudi 4 juin 2020, consacré notamment à l’adoption du compte administratif 2019 et du budget primitif 2020 de Puteaux.

Compte administratif 2019 : Puteaux gagne toujours trop d’argent

Le Compte administratif correspond à l’étude des comptes de la commune pour l’année passée. Il s’agit de contrôler la gestion de la ville, notamment en le comparant au budget prévisionnel adopté l’année d’avant. A Puteaux, en 2019, comme tous les ans, la ville a gagné plus d’argent que prévu, et n’a pas réussi à dépenser tout ce qu’elle avait prévu.

Pour une entreprise, gagner plus d’argent ou dépenser moins est loin d’être un problème. C’est cela qui permet de faire du bénéfice. Pour une commune, le raisonnement n’est pas le même. Les communes n’ont en effet pas le droit de faire de profit, puisqu’elles se financent grâce à l’argent des contribuables. Chaque année, elles doivent donc présenter un budget équilibré : les dépenses doivent correspondre au centime près aux recettes.

Pour la majorité des communes de France, c’est un problème : les recettes ne couvrent souvent pas toutes les dépenses, et elles sont obligés de s’endetter pour se financer. A Puteaux aussi, c’est un problème, mais à l’envers : grâce à l’argent de la Défense, la mairie n’arrive pas à dépenser suffisamment vite son argent (et donc l’argent des contribuables). Résultat, chaque année, on s’aperçoit après coup que les recettes courantes ont été sous-évaluées (en 2019, on gagne 6 millions de plus que prévu), et que les dépenses courantes ont été gonflées (en 2019, on dépense 6 millions de moins que prévu).

Cette manière de tricher pose un problème de fond : cela signifie que Puteaux pourrait augmenter son niveau de service (par exemple en mettant en place un Revenu Minimum Social Garanti !), ou, si la majorité actuelle manque d’idées, à tout le moins baisser les impôts.

Mon intervention sur le compte administratif 2019 : 

Budget Primitif 2020 : la crise sanitaire fragilise les comptes de Puteaux

Le budget primitif correspond au budget prévisionnel de l’année à venir. Vous remarquerez que nous sommes en juin, et qu’il serait donc temps de s’intéresser au budget prévisionnel de 2020 !

Effectivement, contrairement à de nombreuses communes, Puteaux refuse chaque année de faire un budget prévisionnel en décembre de l’année précédente. D’habitude, nous nous retrouvons donc à examiner le budget prévisionnel en mars, alors qu’un quart de l’année est déjà écoulée. Cette année, en raison de la crise sanitaire, c’est en juin, après presque la moitié de l’année, que le budget prévisionnel est adopté ! C’est un problème récurrent à Puteaux, que l’on constate à chaque conseil municipal, et que l’on retrouve dans les rapports d’audit extérieurs du fonctionnement de la ville : nous sommes incapables de faire des prévisions. Un exemple : lorsque le Conservatoire a été construit, pour environ 40 millions d’euros, nous avons demandé à Joëlle Ceccaldi-Raynaud combien il nous coûterait en fonctionnement à l’année. Elle nous avait alors répondu : “comment voulez-vous qu’on le sache, il n’a pas encore ouvert !”.

Aucune vue prospective, aucune anticipation. Pour celles et ceux qui viennent d’autres communes, ou qui travaillent dans le secteur privé, c’est aberrant. D’autant que le budget de Puteaux est énorme, 400 millions pour 2020, plus de trois fois la moyenne des autres villes de 45 000 habitants. Mais profitant des larges revenus issus de la Défense, la mairie de Puteaux préfère se “laisser porter”, en se disant que de toute façon nous avons trop d’argent.

En 2020, ce sera un peu moins vrai. En effet, en raison notamment de la crise sanitaire, le budget ne trouve son équilibre que grâce aux excédents de l’année précédente. C’est d’autant plus inquiétant qu’en parallèle, le budget compte sur 48 millions d’euros de recettes grâce à la vente de terrains dans le quartier des Bergères, et que les années passées ces ventes ont régulièrement pris du retard. J’ai alerté Joëlle Ceccaldi-Raynaud sur ce sujet. Il faudra être particulièrement vigilant cette année sur l’exécution du budget : pour la première fois, Puteaux peut finir l’année dans le rouge.

Mon intervention sur le budget primitif 2020 :

Indemnisations des élu·e·s :

Début de mandat oblige, nous avons voté les indemnités que recevraient chaque élu·e·s. La maire de Puteaux s’est attribué le maximum prévu par la loi (4025€), rognant sur les indemnités des adjoints (1309€). Aucune indemnité n’a été attribuée aux conseillers municipaux sans délégation. A savoir : le mandat d’élu d’opposition est bénévole, et en raison des conseils municipaux placés en journée et des différents frais, il me coûte à titre d’exemple environ 1500€ par an. Une indemnité de 100€ par mois aurait donc été logique et juste ; elle a été rejetée par Joëlle Ceccaldi-Raynaud.

Commission d’appel d’offres : les mensonges de LREM

Souvenez-vous : le 25 mai, les élu·e·s LREM avaient souhaité bénéficier d’un élu au conseil de territoire (= communauté d’agglomération). Pour cela, ils avaient besoin du vote unanime des 7 conseillers de l’opposition, y compris du mien. Par solidarité, j’avais accepté de leur donner mon vote, afin d’éviter qu’un élu LR / Ceccaldi n’ait un conseiller supplémentaire (ils en possèdent déjà 6). En contrepartie, le groupe LREM avait proposé que chaque groupe ait un représentant dans une instance importante : Puteaux La Transition s’est ainsi retrouvé au Conseil d’Administration du CCAS, et je devais siéger à la Commission d’Appel d’Offres.

Las ! Quelques heures avant le conseil municipal, LREM change d’avis, et décide de m’écarter de cette commission pour y placer l’une de ses élu·e·s. Réalisant une alliance de circonstance avec EELV, le parti de la majorité gouvernementale est ainsi pris en flagrant délit de mensonge. Ce n’était malheureusement pas entièrement une surprise, mais cela constitue une entaille importante à la solidarité et la confiance qui auraient dû animer l’opposition pendant 6 ans.

Détail amusant : en apprenant cela, la majorité LR a tenté de m’instrumentaliser en me poussant à présenter ma candidature, vraisemblablement pour empêcher LREM d’obtenir cette place en commission. Parce que je pense que l’opposition doit être éthiquement irréprochable, contrairement aux agissements de certains de mes collègues, j’ai bien sûr refusé de me prêter à ce jeu.

Ma proposition de soutenir les restaurateurs rejetée

En fin de conseil, j’ai proposé à Joëlle Ceccaldi-Raynaud de soutenir les restaurateurs en les exonérant de taxes sur leurs terrasses, comme c’est le cas dans de nombreuses autres villes en France, y compris à Paris. Ma proposition a été refusée, la maire de Puteaux préférant les exonérer uniquement sur l’extension de leurs terrasses. En clair : leurs terrasses habituelles donnent lieu à des taxes, en revanche leurs extensions (autorisées en raison du Covid) sont exonérées.

Un cadeau très modeste pour la plupart des restaurateurs, qui n’ont pu étendre leur terrasse que des quelques mètres carrés. En revanche, un énorme cadeau au Saperlipopette!, qui a étendu sa terrasse sur l’ensemble du passage Mars et Roty, et pour l’Escargot, qui a bénéficié de la piétonnisation d’un bout de rue entier pour installer sa terrasse (le pont de la rue Sadi Carnot).

Dommage d’avoir refusé d’aider l’ensemble des commerçants et d’avoir préféré une aide ponctuelle à ces deux établissements uniquement !

Les enfants bientôt accueillis toute la semaine

J’ai répété en conseil ma demande d’accueillir l’ensemble des enfants volontaires en semaine entière, grâce à la mobilisation des équipements municipaux. Pour l’instant en effet, la plupart des enfants sont accueillis par moitié de semaines à l’école, obligeant les parents à se mettre en congé de leur travail la moitié de la semaine. J’ai proposé que la ville mobilise ses animateurs pour proposer à tous les enfants des ateliers culturels, sportifs ou de soutien scolaire sur le reste de la semaine. Cette demande a été entendue, et un large plan d’accueil est en préparation.

Un conseil municipal fleuve pour adopter le budget de Puteaux – Partie 1 [4 juin 2020]

Deuxième conseil municipal de la mandature après celui d’installation le 25 mai, les élu·e·s ont été réunis à nouveau jeudi 4 juin 2020, pour un conseil municipal marathon : démarrées à 9h30, les discussions ont duré jusqu’à 18h30 ! Le programme était particulièrement chargé, avec une quarantaine de questions à l’ordre du jour, et notamment des points très importants tels que le rapport d’orientation budgétaire et le budget. Résumé des débats.

Rapport d’égalité Femmes-Hommes : Puteaux, la ville genrée par excellence

Le premier point ayant donné lieu à des échanges importants est le rapport d’égalité Femmes-Hommes 2019. Vous le savez, Puteaux est une ville ultra-genrée, avec ses distributions de cartables roses et bleus ou autres parcs mi-chevaliers mi-princesses.

Cela n’a pas empêché l’équipe de Joëlle Ceccaldi-Raynaud de produire un rapport en papier glacé de plus de 60 pages sur l’égalité femmes-hommes. Beaucoup de communications pour peu d’actions véritables : on notera par exemple que la mairie met à son actif le fait que les “super-héroïnes ont eu le vent en poupe en 2019”, notamment grâce à Captain Marvel et Brie Larson (page 46) !

Vous pouvez consulter ce rapport ici

Retrouvez mon intervention sur le rapport d’égalite femmes-hommes dans la vidéo ci-dessous :

Rapport d’orientation budgétaire : un vide étonnant

Le Rapport d’orientation budgétaire est un passage obligé avant l’étude du budget. En temps normal, il est examiné 15 jours avant le vote du budget, mais, crise sanitaire oblige, nous avons examiné les deux lors de la même séance. Ce rapport est normalement l’occasion pour la majorité de présenter ses projets pour l’année à venir. L’étude du budget relève de la technique financière ; à l’inverse, les orientations budgétaires sont les lignes politiques fixées par une municipalité.

C’est donc normalement dans ce cadre que la Maire de Puteaux aurait dû nous présenter ses grands projets pour 2020, et que nous aurions dû défendre notre vision alternative de l’avenir de la ville. Or, et malgré le fait qu’il s’agisse d’une année électorale durant laquelle la mairie n’a donc qu’à piocher dans son programme pour faire son rapport d’orientation budgétaire, celui-ci est absolument vide cette année ! Il s’agit simplement d’une explication techniques des chiffres du budget, passant donc totalement à côté de son objectif. Seule, une page en fin de rapport (page 43) cite quelques projets de manière laconique :

Largement insuffisant donc pour permettre un débat de fond. C’est inquiétant, et pourrait bien être le signe d’une équipe municipale à bout de souffle. Le mandat de trop ?

Le rapport d’orientation budgétaire est disponible ici

Mon intervention sur le rapport d’orientation budgétaire en vidéo : 

Rapport d’activité 2019 : beaucoup de bruit pour rien

Le rapport d’activité correspond à un retour sur ce qui a été fait l’année écoulée, en termes de projets. L’équivalent technique / financier s’appelle le Compte administratif (cf. partie 2).

A Puteaux, il donne lieu chaque année lieu à un gros document (114 pages en 2020) très illustré, qui ressemble beaucoup au Puteaux Infos. Beaucoup de communication, beaucoup d’images, des pages vides… Un bon exemple est la double page consacrée aux “repères”, qui rappelle le nombre d’habitant·e·s et qu’on les appelle les… Putéoliennes et les Putéoliens ! Pas très utile. Mais tout est fait pour donner la sensation d’un bilan épais. Il résiste évidemment beaucoup moins à l’analyse du contenu.

On y apprend néanmoins beaucoup de choses sur la gestion de la ville, je vous encourage donc à en prendre connaissance si vous voulez avoir une bonne vision de la politique menée par la majorité de Joëlle Ceccaldi-Raynaud. On y découvre par exemple qu’une personne est en charge à la mairie de faire de “l’optimisation fiscale”. Donc à faire gagner de l’argent à la ville en en faisant perdre à l’Etat. Le principe même est contestable, mais sachant que cela a permis de faire économiser à la ville… 41 000€ en 2020, les économies ne couvrent sans doute même pas le salaire de cette personne !

On apprend également que 7 postes de policiers municipaux ont disparu en 2019, et qu’ils ont été remplacés par 13 opérateures de télésurveillance. Déconnecter la police municipale du terrain pour les mettre derrière les écrans, l’exact inverse de ce qui est recommandé par tous les spécialistes de la sécurité (et par le bon sens !).

On a également confirmation dans le rapport que le bilan en terme de “cadre de vie” et d’environnement est très maigre, malgré le fait qu’il s’agisse pour notre Maire – d’après ses dires – de la première de ses priorités. Est citée par exemple “l’actualisation de la maquette 3D de la ville” ; je ne suis pas certain que ça ait un grand impact sur notre cadre de vie ! Rien bien sûr sur le vélo, très peu de choses sur le développement durable…

La politique culturelle est également l’un de nos gros désaccords avec la majorité. Alors qu’un “musée virtuel” a été créé, j’ai rappelé la nécessité d’en installer un bien réel, qui remplacerait les micro-musées qui se multiplient dans notre ville, qui n’ouvrent que sur réservation et qui ne sont au final visités que par les écoles.

Un constat similaire au sujet des événements organisés par la mairie de Puteaux : en multipliant les petits événements, les petits rendez-vous, elle dilue l’intérêt des visiteurs, au point où par exemple les stands du marché des créateurs font perdre de l’argent aux commerçants qui s’y installent !

Bref, ce n’est pas une surprise, mais beaucoup est à revoir dans la gestion de Puteaux.

Accédez au rapport d’activité 2019 ici (attention, 28Mo) 

Mon intervention sur le rapport d’activité 2019 en vidéo :

Voici pour la première partie de ce conseil municipal fleuve. Dans la seconde, j’aborderai le vote du compte administratif 2019, du budget primitif 2020, ainsi que du représentant de l’opposition à la Commission d’Appel d’Offre. Restez connecté·e !

Joëlle Ceccaldi-Raynaud élue Maire de Puteaux [conseil municipal du 25 mai 2020]

Lors du premier Conseil municipal de la nouvelle mandature, le lundi 25 mai 2020, Joëlle Ceccaldi-Raynaud a été élue Maire de Puteaux, sans surprise.

La Maire d’une ville n’est en effet pas directement désignée lors de l’élection municipale. Celle-ci ne permet que de déterminer qui sont les conseiller·e·s municipaux, qui, eux, vont élire le Maire lors du premier conseil municipal. Concrètement, à Puteaux, la liste arrivée en tête obtient 22 élu·e·s en “bonus”, et les 21 postes restants sont attribués à la proportionnelle entre l’ensemble des listes. Ce qui donne une proportionnelle absolument biaisée : une liste ayant obtenu 50% des voix se retrouve avec 75% des élu·e·s.

Composition du nouveau Conseil municipal

A Puteaux, le nouveau Conseil municipal est donc composé de la manière suivante :

  • 36 élu·e·s de la liste menée par Joëlle Ceccaldi-Raynaud
  • 3 élu·e·s de la liste LREM
  • 3 élu·e·s de la liste EELV
  • 1 élu (moi) pour la liste du Printemps Putéolien

Peu de suspens donc quant à l’élection du Maire ! Mme Ceccaldi-Raynaud a remporté 36 voix, face à Emmanuel Canto qui était le seul autre candidat et qui a remporté 5 voix.

EPT POLD, CCAS, CAO… Les autres désignations

Les autres délibérations concernaient d’autres points d’installation du Conseil, par exemple l’élection des adjoint·e·s au Maire, l’approbation du Règlement intérieur du Conseil municipal ou encore la désignation des représentants du Conseil municipal au sein de différentes instances.

Cette année, contrairement au mandat précédent, l’opposition avait la possibilité d’avoir un représentant au Conseil territorial (l’équivalent des communautés d’agglomération au sein de la Métropole du Grand Pris). Ceci nécessitait un vote unanime des 7 conseillers d’opposition. Jusqu’au bout, un bras de fer a été engagé entre LREM et EELV pour ce poste, laissant présager la perte de ce poste au profit de la majorité. Heureusement, lors de l’appel à candidature, EELV a décidé de retirer la sienne, et l’opposition a donc pu envoyer un représentant au Territoire en la personne de Christophe Hautbourg.

A titre symbolique et en contrepartie, il a été convenu que chacune des deux autres listes ait un·e représentant·e dans les deux autres instances les plus importantes du Conseil municipal : le Conseil d’administration du CCAS (centre communal d’action sociale) et à la Commission d’Appel d’Offre. Une belle illustration de confiance et de solidarité au sein de l’opposition, dans un contexte où, vous le savez, il est très compliqué d’être opposant politique !

Mon regret sur ce Conseil vient du fait que LREM / EELV / le MoDem ont commis une erreur éthique en élisant Bouchra Sirsalane au Conseil d’Administration du CCAS, alors même que son historique rendait inacceptable cette nomination. Nomination qui d’ailleurs est actuellement contestée devant le préfet par Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Je défends depuis toujours une opposition éthiquement irréprochable, et j’ai donc été contraint de m’abstenir lors de ce vote.

En route vers la succession…

L’avantage à Puteaux, c’est que quoi que fasse l’opposition, la majorité fait pire. Et nous avons donc été surpris de constater que, contrairement à ce que laissait supposer l’ordre de la liste de la majorité, c’est Vincent Franchi, le fils de la Maire, qui a obtenu le poste de premier adjoint ! Et ce, alors qu’il est infiniment moins compétent que le numéro deux de la liste, Franck Cavayé, et que toutes les personnes l’ayant fréquenté émettent de gros doutes sur ses capacités à assumer la moindre responsabilité.

La succession est donc en bonne voie à Puteaux, et la charge de Maire devrait bien rester dans la famille Ceccaldi, indépendamment de l’incompétence de l’héritier. Une information intéressante – et inquiétante, lorsque l’on sait que Joëlle Ceccaldi-Raynaud a toutes les chances de devenir sénatrice l’an prochain.

Bonus House of cards

En bonus, je vous explique cette histoire de poste de sénatrice (merci à Catherine Pommeré sur Twitter pour avoir attiré mon attention là-dessus) :

  • Lors de la dernière élection sénatoriale, Joëlle Ceccaldi-Raynaud s’est présentée en quatrième position sur la liste de Philippe Pemezec. Cette liste a obtenu deux élu·e·s.
  • En mars, P. Pemezec a mené une liste aux municipales du Plessis-Robinson (dont il a été maire jusqu’en 2017), liste victorieuse dès le premier tour. Il a annoncé son intention de redevenir maire, non pas dès aujourd’hui, mais à l’horizon de mars 2021.
  • En mars 2021, en raison du non-cumul des mandats, il devra donc laisser sa place au 3ème de liste. Il s’agit de Georges Siffredi. MAIS ! Georges Siffredi est devenu il y a quelques jours président des Hauts-de-Seine, suite au décès de Patrick Devedjian. Il se trouve donc en situation de cumul, et devra donc choisir entre le Sénat et la présidence du 92.
  • Si Georges Siffredi est réélu lors des élections départementales de 2021 au poste de président du CD92, il est fort probable qu’il laisse à son tour sa place à sa suivante de liste… Qui n’est autre que Joëlle Ceccaldi-Raynaud !
  • Que fera alors notre Maire de cette proposition, elle que l’on dit sur le départ pour le Sénat depuis plusieurs années déjà ? Refusera-t-elle de siéger et conservera-t-elle son mandat de Maire ? Ou cèdera-t-elle à l’appel du Palais du Luxembourg, en laissant sa progéniture accéder au pouvoir à Puteaux ? Vous le saurez en suivant les prochains épisodes de “Puteaux, ton univers impitoyable” !

Le déconfinement dans les écoles de Puteaux : la suite

Je vous indiquais hier les mesures envisagées par la Mairie de Puteaux pour le déconfinement dans les écoles, ainsi que mes propositions pour améliorer la situation. Suite à la rencontre entre la mairie et les associations de parents d’élèves, voici quelques informations complémentaires.

  • Seuls les trois niveaux prioritaires au niveau national rentreront à l’école la semaine prochaine : grande section de maternelle, CP et CM2. Les autres classes élémentaires rentreront potentiellement en juin ; pour les autres niveaux de maternelle, il est possible que la rentrée n’ait lieu qu’en septembre.
  • Les enfants prioritaires seront accueillis 4 jours par semaine (ce que je préconisais hier), les non-prioritaires ne seront accueillis que 2 jours par semaine.
  • Les enfants socialement défavorisés ne seront pas prioritaires. C’est pour moi un véritable scandale : ces enfants sont en danger, physiquement autant que psychologiquement !
  • Les effectifs maximum en maternelle seront abaissés à 10, voire 8, par classe. C’est également l’une des propositions que je défendais.
  • Les élèves, y compris en maternelle, devront rester assis à leur table toute la journée, hors récréations et pauses méridiennes. Cela ne me semble pas une bonne idée…
  • Les parents dont les enfants pourront rentrer dans les écoles seront notifiés d’ici ce soir (jeudi 7 mai 2020).
  • Il n’y aura pas d’accueil en garderie le matin, mais l’accueil du soir sera maintenu pour les élèves autorisés à être à l’école.

Quelques améliorations donc, même si pour moi le gros écueil reste le cas des enfants issus de familles défavorisées. J’en parlais dans mon billet d’hier, mais il est insupportable que des enfants soient obligés de vivre dans des appartements exigus, potentiellement indignes, depuis deux mois, sans pouvoir faire partie des premiers à reprendre le chemin de l’école !

Le déconfinement dans les écoles de Puteaux

[Le déconfinement dans les écoles de Puteaux en deux phrases si vous ne souhaitez pas tout lire :

  • Les enfants de Puteaux rentreront à l’école à partir du 14 mai, par demi groupe de 15 élèves, et par demi-semaine. 70% des parents ont indiqué leur souhait de remettre leurs enfants à l’école.
  • Je propose que la rentrée soit réservée aux enfants prioritaires (cf. ma définition ci-dessous), sur des semaines entières, et que la mairie fournisse matériel et locaux suffisants.

Mais je vous encourage à lire tout le billet bien évidemment !]

Depuis deux mois, notre pays traverse une crise sanitaire, sociale, humaine et économique majeure. Le déconfinement qui débutera la semaine prochaine pose un certain nombre de questions, au premier rang desquelles celle de la rentrée à l’école.

Alors que le gouvernement a décidé de la réouverture des écoles au 12 mai sur tout le territoire, plusieurs centaines de maires d’Île-de-France, y compris Joëlle Ceccaldi-Raynaud tardivement, ont signé cette semaine une lettre ouverte s’opposant à cette réouverture généralisée. Celle-ci est en effet source d’une grande inquiétude, que ce soit chez les enseignants, chez le personnel des écoles et chez les parents d’élèves.

A l’heure où j’écris ces lignes (mercredi 6 mai), le nombre de personnes en réanimation en France va bientôt repasser sous la capacité maximale habituelle des hôpitaux. Si la situation repasse peu à peu sous contrôle, aucun traitement ni vaccin n’est encore à espérer avant plusieurs mois, la France est loin de l’immunité collective qui permettrait à chacun d’être protégé, et le virus reste un mystère sur beaucoup d’aspects.

En conséquence, la réouverture des écoles s’accompagne d’un “protocole sanitaire“, publié dimanche 3 mai, drastique. De l’avis de beaucoup d’enseignants, y compris à Puteaux, ce protocole est inapplicable en l’état. Entre la nécessité de remettre les enfants à l’école et l’urgence sanitaire, le chemin est étroit.

Déconfinement : ce qui est annoncé dans les écoles à Puteaux

  • 70% des parents ont annoncé leur souhait de remettre leur enfant à l’école, d’après un questionnaire transmis la semaine dernière.
  • La réouverture se fera sur la base du volontariat, à partir du 14 mai.
  • Les enfants seront accueillis par groupe de 15 maximum, en coupant la semaine en deux (un groupe les lundis / mardis, l’autre groupe les jeudis / vendredis).
  • En cas de besoin, les niveaux seront mixés (exemple : si 10 CE2 et 20 CM1 doivent aller à l’école les mêmes jours, un groupe comptera 10 CE2 et 5 CM1, l’autre 15 CM1) et les enfants ne retrouveront pas forcément leur enseignant habituel.
  • Des plateaux repas seront servis dans les classes.
  • Des repères seront matérialisés pour permettre la distanciation entre les élèves. Tous les gestes barrières devront être respectés à tout moment de la journée, entre enfants et avec adultes.
  • Des horaires décalés seront mis en place pour éviter les attroupements de parents devant l’école.
  • La température devra être prise chaque matin avant de se rendre à l’école, et sera contrôlée à l’entrée.
  • Aucun matériel collectif ne pourra être utilisé, et aucune activité collective ne pourra avoir lieu. De même, lors de la récréation, la distanciation entre élèves devra être respectée.
  • Enfin, tous les adultes porteront un masque tout au long de la journée.

On le comprend, l’école telle qu’elle s’annonce sera complètement différente d’auparavant. Il est important de préparer les enfants à cela, pour éviter tout choc à la rentrée.

Ces consignes (non exhaustives), on le comprend, seront difficilement applicables, notamment en école maternelle. Elles sont pourtant nécessaires si l’on part du principe que la rentrée à l’école sera générale, comme le souhaite le gouvernement, basée sur le volontariat des élèves. Et c’est sur ce point que Puteaux doit réagir.

Ce que je propose

J’ai transmis en début de semaine une liste de mesures complémentaires à Joëlle Ceccaldi-Raynaud, qui me semblent nécessaires à garantir les meilleures conditions de rentrée aux enfants et aux enseignants.

Tout d’abord, il est impératif d’en finir avec une absurdité dangereuse : les écoles ne doivent pas être rouvertes à tous les élèves la semaine prochaine ! A 15 élèves par classe, les mesures recommandées sont inapplicables. Et l’organisation choisie, par demi-semaine, est elle aussi aberrante. La volonté du gouvernement est avant tout économique, à savoir qu’un maximum de parents retourneront travailler à partir du 11 mai, mais c’est méconnaître les contraintes du monde du travail. Il sera très compliqué pour beaucoup de personnes de ne travailler que deux jours par semaine ! Cet entre-deux est donc un non sens total.

Les écoles ne doivent être rouvertes qu’à des enfants prioritaires : tout d’abord les enfants en situation fragile, notamment ceux habitant dans des logements vétustes et exigus. Plusieurs familles ont alerté le Printemps Putéolien à ce sujet : lorsque l’on vit à 3, voire 5, dans un 20m2, le déconfinement devient paradoxalement une priorité sanitaire. Ces enfants doivent revenir à l’école le plus rapidement possible. De même pour les enfants dont les parents sont indispensables à la vie en société : aux personnels actuels (soignants, enseignants, forces de l’ordre, ripeurs…) s’ajoutent notamment les personnels communaux, les commerçants, etc. Et enfin, les enfants dont les parents sont menacés de perdre leur emploi s’ils ne retravaillent pas rapidement.

Les autres enfants, et je l’écris à regret puisque les miens en font partie, ne doivent pas reprendre le chemin de l’école la semaine prochaine. Le “volontariat” prôné par le gouvernement n’a pas de sens. Seule cette règle permettra de véritablement restreindre le nombre d’élèves. L’objectif doit être de 5 à 10 élèves par classe maximum.

Cet accueil doit être fait non pas par demi-semaine, mais en semaine entière. Les enfants accueillis étant prioritaires, il est important de pouvoir les accueillir dans des conditions aussi proches que possibles de la normale.

Par ailleurs, la Mairie doit s’assurer que chaque école dispose de matériel individuel pour chaque enfant accueilli. A Puteaux, nous avons l’habitude de distribuer des fournitures à chaque rentrée. Il faut cette année distribuer suffisamment de matériel aux écoles directement, pour qu’elles puissent individualiser le matériel. De plus, il serait bon de réfléchir à donner de nouvelles fournitures aux enfants restant chez eux, notamment dans des familles défavorisées.

Enfin, la Mairie de Puteaux doit mettre tous ses équipements municipaux à disposition des écoles, afin de diminuer le nombre d’enfants présents dans nos gros établissements. En effet, comment imaginer accueillir raisonnablement plusieurs centaines d’enfants dans les écoles Pyramide, République, Jacotot… Y compris à demi-effectif ?

J’espère que ces éléments seront entendus par la Mairie de Puteaux, pour permettre de rouvrir les écoles dans les meilleures conditions possibles. Je regrette qu’à Puteaux les fédérations de parents d’élèves n’aient pas été associées aux décisions, n’étant contactées qu’après coup (ce matin) par la mairie. Cela aurait pu éviter plusieurs écueils.

Quoi qu’il en soit, je souhaite beaucoup de courage aux élèves, aux enseignants, aux personnels des écoles et aux parents pour cette rentrée, le mot est faible, compliquée !

Francis Poézévara 2015 - Tous droits réservés