Francis Poézévara

Conseiller municipal à Puteaux

Catégorie : La France, Le Monde (Page 1 sur 7)

Mon analyse des résultats des européennes 2019

Victoire du Rassemblement National ? Défaite de Macron ? Victoire d’EELV ? Défaite de LFI ? On lit beaucoup de choses sur les résultats des élections européennes de dimanche dernier. Voici mon analyse des résultats nationaux et à Puteaux.

Les européennes au niveau national

Les résultats aux européennes 2019 en France (source : Liberation.fr)

Les résultats aux européennes 2019 en France (source : Liberation.fr)

Le premier constat, évident, est que le score du Rassemblement National est beaucoup trop important. Jamais nous ne devrons nous y résigner, ce parti est l’ennemi de la République, et chaque voix obtenue est un échec de l’ensemble de la classe politique démocrate et républicaine. Quel que soit notre bord politique, le résultat de dimanche soir est donc obligatoirement, et avant tout, inquiétant.

Néanmoins, peut-on réellement parler de défaite de LREM et d’Emmanuel Macron ? Certes, comme le dit très justement Boris Vallaud, en essayant de faire de Macron une digue anti-RN, LREM n’a réussi qu’à faire du RN une digue anti-Macron.  Mais je suis convaincu que cela reste l’objectif premier du Président de la République : finir d’installer le clivage libéraux contre populistes comme seul clivage de la politique française (voire européenne). En cela, le résultat de dimanche soir constitue un succès pour LREM. Après avoir dynamité la gauche en 2017, voici qu’ils ont dynamité (ou plus exactement, phagocyté) la droite. Et installé un peu plus le match Macron vs. Le Pen qu’ils espèrent tant voir se reproduire en 2022, s’agissant du meilleur scénario pour une réélection.

Je n’aurai pas de mot suffisamment dur pour qualifier cette stratégie. Cette vision électoraliste à court terme est mortifère. Nous ne répéterons jamais assez qu’en installant l’extrême droite en seul opposant politique, en seule alternative, Emmanuel Macron programme son arrivée au pouvoir.

Pour contrer cette stratégie à vocation hégémonique de duo LREM / RN, le scrutin de dimanche a montré une voie. Le bon score des écologistes (même s’il faut savoir raison garder, il ne s’agit que de 13,5% à une élection européenne) vient en écho de la teinte verte qu’ont pris les différents programmes de gauche, Génération·s bien sûr, LFI, mais également des partis historiquement plus réservés sur ce sujets tels que le PS et le PCF.

La voie qui doit s’imposer, face aux libéraux et populistes, est celle de l’écologie et de la justice sociale. On en est loin, notamment parce qu’aujourd’hui les forces sont divisées entre de nombreuses chapelles, qui pour diverses raisons n’ont pas été conciliables dimanche. Mais ce n’est pas une fatalité. Nous voyons, chacun doit voir, le potentiel que cachent ces scores éclatés.

Il y a énormément de points communs entre les EELV qui refusent la vision ni-de-gauche-ni-de-gauche portée par certains, les Génération·s, les PS-PP qui se reconnaissent plus en Glucksman qu’en le social-libéralisme, les PCF qui ont dépassé une vision productiviste historique, les LFI qui reviennent d’un positionnement populiste voué à l’échec… Et tant de sympathisants, qui n’attendent que cela.

Il est temps de construire enfin cette maison commune, que l’on évoque chacun dans son coin depuis des années sans vraiment s’y atteler. Cette construction ne peut se faire derrière personne, autour de personne, mais bien ensemble. Bien sûr, la responsabilité de lancer cette dynamique incombe en premier lieu à EELV. Chacun devra faire preuve d’humilité, ce qui est souvent une gageure en politique. Mais notre responsabilité est là, et ne pas l’assumer serait condamner notre pays à voir se succéder les politiques injustes et dépassées des libéraux et les politiques fascisantes de l’extrême droite.

Au travail.

Les européennes à Puteaux

Résultats des élections européennes 2019 à Puteaux

Résultats des élections européennes 2019 à Puteaux

A Puteaux, les résultats sont également porteurs de messages intéressants. Tout d’abord, ils sont la confirmation que le Rassemblement National ne parvient pas à s’implanter dans notre ville. Absente du Conseil municipal, l’extrême droite ne perce pas plus aux scrutins nationaux. Je m’en réjouis !

Le grand enseignement est avant tout l’effondrement du parti de Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Les Républicains ne rassemblent que 13,8% des voix, sans doute le score le plus bas réalisé par le parti depuis plus de 20 ans. Alors que l’on estimait que la “machine électorale ceccaldiste” assurait 5 000 voix à chaque élection, seules 2 340 personnes ont glissé le bulletin de la majorité municipale dans l’urne. En y ajoutant les voix de l’UDI et de Debout la France, on atteint péniblement 19%.

Joëlle Ceccaldi-Raynaud ne s’y est pas trompée : ce résultat est un très mauvais présage pour elle. Oubliée l’annonce traditionnelle des résultats au micro devant un parterre conquis à la Mairie le soir des élections. Seuls les nombres de voix, sans aucun pourcentage, ont été annoncés, sans micro, dans l’entrebâillement d’une porte.

Ce résultat s’explique avant tout par le fait que LREM est désormais la première force de droite à Puteaux. L’étude des résultats détaillés le montre effectivement : c’est désormais l’électorat de droite qui constitue le socle du parti présidentiel, en résonance avec sa politique nationale. Avec 30,4% des voix, LREM est largement devant LR, même renforcé par l’UDI et DLF/CNIP. De quoi provoquer quelques nuits blanches à la mairie.

Le résultat de la gauche et des écologistes est l’autre surprise de ces élections européennes à Puteaux. Avec EELV frôlant les 15%, dépassant son score national, les forces de la gauche et de l’écologie totalisent plus de 35% des voix. Bien sûr, cela ne doit pas éclipser le fait que la ville est toujours majoritairement à droite, mais il faut y voir un signe d’espoir pour les années à venir.

Comme au niveau national, l’enjeu principal sera l’union ou la désunion de ces différentes forces. Mais l’avenir est prometteur !

Au travail (à nouveau).

Sénatoriales 2017 : en route vers l’union de la Gauche !

Mercredi, je vous annonçai mon départ du Parti Socialiste en vue de travailler à toute initiative d’union de la Gauche. Les élections sénatoriales du 24 septembre prochain sont l’occasion de poser la première pierre de cette maison commune.

Sénat

Historiquement, les partis déposent leurs listes en solitaire, chacun de leur côté. C’est le cas cette année encore du Parti Socialiste et d’EELV. J’ai cependant décidé de travailler avec des représentants du Parti Communiste, des EELV, des Divers Gauche à la constitution d’une liste d’union, en rassemblant toutes les sensibilités de la Gauche.

Cette liste communiste, socialiste et écologiste représente la seule chance d’envoyer un représentant de la Gauche au Sénat dans le département. Les sénatoriales sont en effet des élections un peu particulières en France, puisqu’il s’agit d’une élection au suffrage indirect : les électeurs sont l’ensemble des élus du département. Nous connaissons donc déjà pour la plupart leurs affinités. Avec 1750 électeurs sur 2345, la droite est en mesure de rafler l’immense majorité des sièges (7) à pourvoir.

Soutenue par les majorités des villes communistes du département (Bagneux, Gennevilliers, Nanterre, Malakoff), ainsi que par une partie des élus du PS et d’EELV, notre liste fait ainsi office d’irréductible village gaulois.

Au-delà de cette échéance, ce travail en commun représente pour moi surtout une première étape vers la constitution d’une maison commune de la gauche, dans l’espoir de porter à terme un projet de gouvernement porteur de justice sociale et de défense de l’écologie.

La composition de la liste “A gauche pour défendre les territoires et les services publics de la République” :

  1. Pierre Ouzoulias, PCF, Bourg-la-Reine
  2. Zahra Boudjemaï, DVG, Nanterre
  3. Francis Poézévara, ex-PS, Puteaux
  4. Carmelina de Pablo, ex-EELV, Montrouge
  5. Saliou Ba, DVG, Malakoff
  6. Brigitte Gonthier-Maurin, PCF, Sénatrice sortante
  7. Jean-Marc Feuillade, DVG, Antony
  8. (Suppléante) Marie-Hélène Amiable, PCF, Maire de Bagneux
  9. (Suppléant) Patrice Leclerc, PCF, Maire de Gennevilliers

Plus d’informations sur les sénatoriales dans les Hauts-de-Seine : voir l’article du Parisien de ce jour.

Second tour : le rassemblement plus que jamais nécessaire

Le premier tour de l’élection présidentielle a donc vu se qualifier Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Je regrette évidemment le score de Benoît Hamon, qui était le seul candidat à proposer une vision pour l’avenir, une transformation profonde de la société pour plus de justice sociale et d’écologie. Pour le second tour, je voterai sans hésitation Emmanuel Macron.

Pour la deuxième fois en quinze ans, la gauche se retrouve donc éliminée au premier tour de l’élection majeure. Alors qu’en 2002, le front républicain était né dès le lendemain, cette année certains s’interrogent. Et pourtant, le rassemblement de tous les républicains est plus que jamais nécessaire.

Les fractures dans notre société sont multiples et profondes. Fracture entre les partisans d’une extrême droite “normalisée”, mais dont les fondations racistes et xénophobes réapparaissent régulièrement, et les partisans d’une France apaisée, respectueuse de ses citoyens et tournée vers les autres. Fracture entre les partisans d’une Europe de paix et ceux d’un retour au nationalisme. Fracture, même, à gauche, entre les partisans d’un vote par défaut pour faire battre le Front National et ceux qui souhaitent ne pas légitimer la victoire d’un candidat libéral.

Je fais clairement parti des premiers : je voterai toujours pour celle ou celui qui fera battre les idées nauséabondes de l’extrême droite. J’avais d’ailleurs déjà fait un appel en ce sens en décembre 2015, lors des élections régionales. Mais j’entends ceux qui ne sont pas du même avis. J’essaierai activement, avant le 7 mai, de les convaincre.

Je regrette la cristallisation des crispations entre partisans d’un vote Macron et d’un vote blanc. Je regrette ces réactions irrationnelles, qui amènent à comparer les futurs abstentionnistes à des fascistes. Ce n’est pas en fracturant davantage que nous arriverons à combattre la gangrène FN.

Rassemblons-nous, d’abord le 1er mai place de la République à Paris, contre le Front National. Rassemblons-nous ensuite le 7 mai, pour consolider ce plafond de verre qui nous sépare du désastre. Rassemblons-nous, enfin, au lendemain du second tour, pour lutter en profondeur contre les causes de cet enracinement du FN.

Mais ne nous divisons plus. Ne nous fracturons plus. Ras-sem-ble-ment !

Elus à Puteaux, nous appelons à voter pour Benoît Hamon

Le premier tour de l’élection présidentielle aura lieu ce dimanche, après une campagne mouvementée, riche en rebondissements mais pauvre en débat de fonds. Aux côtés de plusieurs dizaines d’élus de notre département, Evelyne Hardy (Sans étiquette), Olivier Kalousdian (EELV) et moi-même avons signé l’appel des élus du 92 à voter pour Benoît Hamon. Vous en trouverez le texte intégral ci-dessous.

Dimanche 23 avril, dès le premier tour, je voterai Benoît Hamon.

Le 92 avec Benoît Hamon

Nous, élus des Hauts-de-Seine, soutenons Benoît Hamon et partageons le futur désirable proposé et fondé sur des transitions du monde du travail, pour lutter contre la pauvreté, l’urgence écologique, et pour l’approfondissement démocratique de notre République et de l’Europe.

Comme lui, nous souhaitons que les réalités quotidiennes vécues par nos concitoyens, comme le chômage, la précarité, le burn out ou les risques environnementaux,… soient au cœur de l’élection présidentielle. Benoît Hamon est le seul à proposer des solutions à la fois concrètes et efficaces

Comme lui, nous avons conscience qu’il est nécessaire de renouer avec l’esprit du Conseil National de la Résistance pour bâtir les nouvelles solidarités du XXIème siècle.

Bâtir ces nouvelles solidarités,

C’est voter pour de nouvelles protections sociales des individus face aux aléas de la vie. C’est l’objet du Revenu universel d’existence,

C’est voter pour un changement radical de modèle de développement afin de préserver l’environnement, la santé de tous et l’avenir de nos enfants,

C’est voter pour une 6ème République, afin que les aspirations citoyennes puissent être entendues et respectées,

C’est voter pour une Europe à la fois politique et sociale avec un nouveau traité qui renforce l’intégration au sein de la zone euro et respecte les aspirations des peuples européens.

Benoît Hamon est le seul candidat qui propose une vision anticipatrice pour notre pays et ses habitants.

Plus de 1 700 élus locaux, 172 députés et 53 sénateurs ont fait le choix de parrainer Benoît Hamon et font activement sa campagne. Ces élus issus du Parti Socialiste, d’Europe Ecologie Les Verts, du Parti Radical de Gauche notamment ont décidé de s’engager au service d’un projet collectif, aux côtés de nombreuses personnalités de la société civile afin de porter ce futur désirable.

Nous, élus des Hauts-de-Seine, appelons chacun à exercer un choix de conviction en votant pour Benoît Hamon les 23 avril et 7 mai prochains, pour le projet visionnaire qu’il porte pour la France et une Europe de progrès social.

Exemplarité en politique : réunion publique avec Eva Joly et Eric de Montgolfier à Puteaux

Exemplarité politique : Eva Joly et Eric de Montgolfier à Puteaux

Dans le cadre de la campagne présidentielle, je recevrai jeudi prochain deux anciens magistrats, hautes figures de la lutte contre la corruption, pour une réunion publique à Puteaux. Eva Joly et Eric de Montgolfier viendront débattre avec les citoyens de l’exemplarité en politique, thème au cœur de la campagne nationale, et dont Puteaux est un triste contre-exemple.

Ils seront accompagnés de deux témoins de la politique menée par la droite alto-séquanaise : Christophe Grégorio, vice-président de l’association des contribuables de Levallois-Perret, et Marie Brannens, conseillère municipale à Neuilly-sur-Seine.

Une grande partie de la réunion sera consacrée aux échanges avec le public ; n’hésitez pas à venir poser vos questions aux intervenants !

Rendez-vous jeudi 16 mars à 20h à l’école Jean Jaurès, située au 48 rue E. Eichenberger à Puteaux.

Retrouvez également l’événement sur Facebook

Page 1 sur 7

Francis Poézévara 2015 - Tous droits réservés