Francis Poézévara

Conseiller municipal à Puteaux

Étiquette : budget (Page 1 sur 3)

[Vidéo] Qui finance la piscine de Puteaux ?

En juillet, lors de la canicule, l’ensemble de la presse française a relayé une polémique au sujet de la piscine de Puteaux. En effet, au plus chaud de l’été, sans préavis, les non-Putéoliens ont été interdits d’accès et se sont retrouvés bloqués derrière les grilles de la piscine.

L’argument de la mairie : ce sont les Putéoliens qui financent la piscine. Je reviens dans une vidéo sur cette affirmation ; vous pourrez la retrouver sur ma chaîne Youtube.

Puteaux n’arrive pas à dépenser son budget 2016

Je suis intervenu hier, lors du Conseil Municipal de Puteaux dédié au budget, pour regretter que près de la moitié des investissements prévus par la ville dans son budget 2016 n’a pas été réalisée.

En préambule, je rappelle pour ceux qui nous écoutent en tribune le processus budgétaire en Conseil Municipal. Début mars, nous nous sommes exprimés sur le Rapport d’Orientation Budgétaire, qui fixe les grandes lignes de votre politique sur l’année à venir. J’avais alors regretté le peu de projets et de vision proposés, comme si vous étiez à court d’idées pour la fin du mandat.

Deuxième étape ce soir, avec le vote du Compte Administratif. Il s’agit de contrôler et de juger la manière dont vous avez dépensé l’argent de la commune l’année passée. Il est en particulier intéressant de le confronter au budget que vous nous aviez présenté il y a un an, afin de voir si vous avez réussi à tenir les engagements que vous aviez pris à l’époque.

La troisième étape aura lieu tout à l’heure, avec le vote du Budget, qui doit être une traduction chiffrée du Rapport d’Orientation budgétaire, et qui vous permet de nous indiquer comment vous comptez gérer la ville pour l’année à venir.

Deux principes doivent notamment attirer notre attention dans cette étude budgétaire. D’une part, les comptes doivent être équilibrés, puisqu’une commune n’est pas là pour épargner l’argent qu’elle prélève aux citoyens. D’autre part, le budget doit être sincère, c’est-à-dire que les dépenses et les recettes doivent être estimées au plus près de la réalité.

A Puteaux, ces deux principes sont particulièrement importants. Notre ville a en effet pour spécificité de gagner beaucoup d’argent, notamment grâce à La Défense. Alors que cela devrait être une opportunité exceptionnelle pour réaliser de grands projets et pour améliorer très concrètement la vie des Putéoliens, vous vivez cette spécificité comme une contrainte qui vous oblige à vous arranger avec la sincérité du budget pour tenter de l’équilibrer.

C’est un constat que nous faisons année après année. Et cette année encore, les sections du compte administratif présentent toutes un déséquilibre dans le même sens : moins de dépenses, plus de recettes, et c’est l’argent qui se retrouve à dormir dans les caisses de la ville.

Dans les dépenses de fonctionnement, qui concernent la gestion au quotidien de la commune, les charges à caractère générale sont légèrement en baisse, de même que les frais de personnel. Je ne m’en plaindrai pas, puisque cela fait des années que nous regrettons, tout comme la Cour Régionale des Comptes, que votre gestion de la ville soit insuffisamment efficace. Néanmoins, concernant les frais de personnel, se pose la question de savoir s’il s’agit d’une suppression de postes, ce qui n’est pas possible de vérifier puisque le formalisme de présentation de l’état du personnel a changé depuis l’an dernier.

Les recettes de fonctionnement sont, elles, en hausse de près de 2M€. Au passage, on peut regretter le fait que les cessions doivent être budgétées en investissement et réalisées en fonctionnement, le genre de « détails » à 50m€ qui rend le budget illisible pour un citoyen curieux. Autre montant illisible : les 2,875M€ mentionnés dans la ventilation croisée en tant qu’« autres produits exceptionnels opérations gestion » dans la fonction « Services généraux administration publique » (en page 13 des annexes). Pouvez-vous svp nous indiquer de quoi il s’agit ? De même, pouvez-vous svp nous rappeler pourquoi la taxe de séjour n’a pas été budgétée l’année passée ?

Evidemment, les plus gros écarts concernent comme chaque année la section d’investissement.
En termes de dépenses, la moitié des dépenses d’équipement n’a pas été réalisée. La moitié, cela correspond à 61M€. C’est-à-dire qu’il y a 1 350€ par habitant que la commune avait prévu d’investir et qu’elle n’a pas réussi à dépenser. 1 350€ par habitant, ça correspond à la moyenne des dépenses de fonctionnement réelles d’une ville comparable à la nôtre. Ce qui signifie que, chaque année, rien qu’en comptant ce que Puteaux n’arrive pas à dépenser, on pourrait faire vivre une deuxième ville comme la nôtre !

Vous le justifiez habituellement par les difficultés de planification d’un budget, notamment lorsqu’il y a des projets d’aménagements tels que celui des Bergères. C’est difficile, peut-être, mais d’une part en tant que Maire c’est votre rôle, je pourrais même dire votre métier puisque vous avez toujours été professionnelle de la politique, et d’autre part cela fait maintenant suffisamment d’années que l’on vous fait cette remarque pour que vous ayez eu le temps de réajuster vos prévisions.

Vous nous faites remarquer que les grands programmes sont compliqués à prévoir car leur résultat dépend des conclusions d’études. Mais cette année, 1,7M€ correspondent à des études qui n’ont même pas été lancées !

Même logique concernant les recettes d’investissement. Sans parler du produit des cessions, qui se réalise en fonctionnement, on note par exemple 13 millions d’euros de subventions d’investissement qui n’étaient pas budgétées ! A quoi correspond celle de 7 millions concernant les Bergères ? Pourquoi ces 13 millions d’euros n’étaient pas anticipés ?

Alors on peut effectivement se poser sur la sincérité de votre présentation budgétaire (ou de votre capacité d’anticipation). Ce qui est d’autant plus grave, c’est que cet argent que vous ne réussissez pas à investir pour améliorer le quotidien des Putéoliens n’est même pas investi financièrement ! D’après les montants que vous m’avez communiqués aujourd’hui, il apparaît que la ville ne possède presque plus de placements financiers (91000 euros), alors que nous disposons d’une trésorerie de 108M€. Pourquoi ne rien avoir replacé, alors que c’est autorisé quand il s’agit de recettes exceptionnelles, comme c’est le cas avec la cession des lots des Bergères par exemple ?

En conclusion, nous ne pouvons pas valider votre gestion de la ville. Evidemment, la grande richesse de Puteaux permet ces flottements sans qu’ils soient trop perceptibles auprès de la population… Après tout, nous ne sommes pas à quelques millions près. Mais nous sommes pour notre part convaincus que cette richesse donne plus de responsabilités que de droit. Nous voterons donc contre ce compte administratif.

Budget 2016 : présentation du rapport d'activité

COMPTE ADMINISTRATIF 2016

Subventions aux associations : quoi de neuf à Puteaux en 2016 ?

Ce week-end a eu lieu la fête des sports et des associations sur l’île de Puteaux. A cette occasion, je suis allé, accompagné d’élus et de membres de l’équipe Le Rassemblement, à la rencontre des bénévoles pour les informer sur les subventions distribuées par la ville.

Photo Twitter

Photo Twitter

L’accueil a été très bon : les associations sont très demandeuse de ce genre de communications, malheureusement inexistantes de la part de la mairie de Puteaux. Il s’agit pourtant d’informations publiques, puisqu’elles figurent sur le budget de la ville. Il est vrai que celui-ci est difficilement consultable, puisque seuls les sites de l’opposition publient les dossiers des conseils municipaux.

Et il existe une bonne raison pour laquelle Joëlle Ceccaldi-Raynaud refuse de communiquer : les subventions sont en chute libre, particulièrement cette année !

– 97 000 euros

de subventions pour les clubs de sport*.

– 210 000 euros

de subventions pour les associations non sportives.

Où obtenir des subventions ?

Devant la baisse importante des subventions accordées par la mairie de Puteaux les années sans élection, il reste trois possibilités d’obtenir des aides financières :

  • Le Conseil Départemental
    www.hauts-de-seine.fr
    Demande à déposer avant le 19 septembre 2016
  • Le Conseil Régional
    http://par.iledefrance.fr
  • La réserve parlementaire
    Le député de Puteaux, J.C. Fromantin, peut choisir des associations auxquelles l’Etat versera une subvention. Il préfère la plupart du temps donner aux associations neuilléennes, mais les associations putéoliennes peuvent néanmoins tenter leur chance :
    jcfromantin@assemblee-nationale.fr

Lire la suite

Puteaux Infos : Le scoop de Vincent Franchi

Encore beaucoup d’articles collectors dans le Puteaux Infos du mois d’avril. Et je ne parle même pas de la “tribune” de la majorité qui ressemble plus à un tract de mauvaise qualité digne du caniveau. Le véritable scoop se trouve à la page 9. Il s’agit d’une “Interview de Vincent Franchi”. Ce dernier, maire adjoint aux Finances (notamment), y parle de l’audit qui nous avait été présenté lors du Conseil municipal du 9 mars dernier.

Vincent Franchi parle de l'audit financier de Puteaux

Scoop : Vincent Franchi, l’adjoint aux Finances et le fils de la Maire, a donc finalement “envie” de parler des finances de la ville ! Souvenez-vous, lors du Conseil municipal (vidéo ci-dessous), il avait pourtant refusé de présenter le rapport d’orientation budgétaire. Trop de choses à lire.

Il est vrai qu’il est plus facile de valider un texte rédigé par d’autres plutôt que lire un texte rédigé par d’autres ! Question : lui a-t-on seulement demandé son avis avant de publier “l’interview” ?

Culture : Les projets de J. Ceccaldi pour Puteaux en 2016

Suite de mon intervention sur les priorités 2016 de la Mairie de Puteaux, concernant la culture.

Partie 5 : Culture

Le rapport :

Télécharger (PDF, Inconnu)

Mon intervention :

Verbatim :

Au niveau culturel, je remarque que le chantier le plus ambitieux dont vous nous aviez parlé, à savoir la création d’une résidence d’artiste au Moulin s’est transformée en simple atelier d’artiste. Je ne sais pas si c’est dû à une méconnaissance de ces dispositifs et s’il s’agit pour vous de la même chose, ou d’un retour en arrière et d’un manque d’ambition. Vous nous le direz.

Vous nous parlez de réaménagement du Palais des Médiathèques. Réaménagement, mais je suis sûr que vous avez hésité à mettre « restructuration ». Il est dommage de devoir réaménager un bâtiment si récent ; cela confirme les limites de sa conception initiale.

Le grand absent de votre politique culturelle est évidemment le Conservatoire. C’est logique, puisque vous avez décidé cette année d’en faire votre victime n°1.

Vous nous parlez de 3150 élèves, était-ce avant ou après votre décision – illégale, soit dit en passant – de mettre les non-Putéoliens à la porte en quadruplant leurs tarifs ? En théorie, je devrais le savoir, puisque voilà six mois que je vous demande différents chiffres quant à cet établissement. Mais il semble que vous préfériez être mise en demeure de me les communiquer suite à un recours juridique. D’accord.

Vous allez me dire que vous n’êtes pas totalement responsable du manque d’ambition de la politique culturelle de la ville. C’est vrai, il y a normalement un adjoint à la Culture qui devrait y travailler, et vous ne vous êtes certainement pas facilité la tâche en désignant à ce poste Vincent Franchi. Alors pour participer à l’amélioration de cette politique culturelle, je vous propose de mettre en place quelque chose de très simple. Pourquoi n’ouvririez-vous pas les salles de la ville aux artistes amateurs putéoliens, qu’ils s’agissent de groupes de musique, de compagnies de théâtre ou de danse locaux ? Ca ne nécessiterait pas d’investissement particulier, ça participerait au dynamisme et au rayonnement culturel de la ville, et, cerise sur le gâteau, cela vous permettrait, à Vincent Franchi et à vous-même, de connaître l’ensemble de ces artistes et donc de pouvoir les inviter à une nouvelle fête clientéliste. Que du positif.

La réponse de la Maire

“L’atelier” d’artiste est en fait bien une résidence d’artiste, il s’agit d’une erreur dans le dossier. Mme Ceccaldi a reconnu gêner l’accès au Conservatoire pour les non-Putéoliens, et nous a indiqué être la “seule responsable” (je cite !) du manque d’ambition de la politique culturelle de la ville. Quant à la proposition d’ouvrir les salles de la ville aux artistes amateurs putéoliens, la maire de Puteaux nous dit que “c’est déjà le cas”. Les jeunes groupes et les compagnies de théâtre apprécieront.

Page 1 sur 3

Francis Poézévara 2015 - Tous droits réservés