Francis Poézévara

Conseiller municipal à Puteaux

Étiquette : Ceccaldi (Page 2 sur 5)

Culture : Les projets de J. Ceccaldi pour Puteaux en 2016

Suite de mon intervention sur les priorités 2016 de la Mairie de Puteaux, concernant la culture.

Partie 5 : Culture

Le rapport :

Télécharger (PDF, Inconnu)

Mon intervention :

Verbatim :

Au niveau culturel, je remarque que le chantier le plus ambitieux dont vous nous aviez parlé, à savoir la création d’une résidence d’artiste au Moulin s’est transformée en simple atelier d’artiste. Je ne sais pas si c’est dû à une méconnaissance de ces dispositifs et s’il s’agit pour vous de la même chose, ou d’un retour en arrière et d’un manque d’ambition. Vous nous le direz.

Vous nous parlez de réaménagement du Palais des Médiathèques. Réaménagement, mais je suis sûr que vous avez hésité à mettre « restructuration ». Il est dommage de devoir réaménager un bâtiment si récent ; cela confirme les limites de sa conception initiale.

Le grand absent de votre politique culturelle est évidemment le Conservatoire. C’est logique, puisque vous avez décidé cette année d’en faire votre victime n°1.

Vous nous parlez de 3150 élèves, était-ce avant ou après votre décision – illégale, soit dit en passant – de mettre les non-Putéoliens à la porte en quadruplant leurs tarifs ? En théorie, je devrais le savoir, puisque voilà six mois que je vous demande différents chiffres quant à cet établissement. Mais il semble que vous préfériez être mise en demeure de me les communiquer suite à un recours juridique. D’accord.

Vous allez me dire que vous n’êtes pas totalement responsable du manque d’ambition de la politique culturelle de la ville. C’est vrai, il y a normalement un adjoint à la Culture qui devrait y travailler, et vous ne vous êtes certainement pas facilité la tâche en désignant à ce poste Vincent Franchi. Alors pour participer à l’amélioration de cette politique culturelle, je vous propose de mettre en place quelque chose de très simple. Pourquoi n’ouvririez-vous pas les salles de la ville aux artistes amateurs putéoliens, qu’ils s’agissent de groupes de musique, de compagnies de théâtre ou de danse locaux ? Ca ne nécessiterait pas d’investissement particulier, ça participerait au dynamisme et au rayonnement culturel de la ville, et, cerise sur le gâteau, cela vous permettrait, à Vincent Franchi et à vous-même, de connaître l’ensemble de ces artistes et donc de pouvoir les inviter à une nouvelle fête clientéliste. Que du positif.

La réponse de la Maire

“L’atelier” d’artiste est en fait bien une résidence d’artiste, il s’agit d’une erreur dans le dossier. Mme Ceccaldi a reconnu gêner l’accès au Conservatoire pour les non-Putéoliens, et nous a indiqué être la “seule responsable” (je cite !) du manque d’ambition de la politique culturelle de la ville. Quant à la proposition d’ouvrir les salles de la ville aux artistes amateurs putéoliens, la maire de Puteaux nous dit que “c’est déjà le cas”. Les jeunes groupes et les compagnies de théâtre apprécieront.

“Littérature au féminin” : le sexisme ordinaire à Puteaux [MAJ]

Le 8 mars dernier avait lieu la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes. A Puteaux, comme dans plusieurs autres villes, cette journée a été renommée improprement “Journée de la femme”.

Ce raccourci peut paraître anecdotique. Il le serait s’il n’était pas le symptôme d’un sexisme ordinaire à tous les niveaux de la ville. C’est ce que note l’association Osez le féminisme : Puteaux fait partie des mauvais élèves du département (cf. tableau ci-dessous).

Je ne reviens pas sur la polémique cartable rose / cartable bleu et cadeaux genrés à la rentrée pour les enfants putéoliens. La dernière invention sexiste de la municipalité se déroulera ce samedi à la médiathéque :

Sexisme à Puteaux : Littérature au féminin

La “littérature au féminin”. Comme le note une proche de l’opposition sur Twitter :

Twitter @catpom27

Qu’est-ce donc que la “littérature au féminin” ? Au vu du descriptif de l’événement sur le site de la mairie, on peut s’attendre à une définition sexiste du type littérature sentimentale, mièvre, bref l’inverse des livres de “bonhomme” ! Du genre que l’on peut lire en attendant que le pot-au-feu ait fini de mijoter.

La maire aurait-elle pour ambition de décrocher un nouveau prix pour Puteaux, celui de “ville amie des machos” ?


Mise à jour : la majorité de Mme Ceccaldi réagit à mon article de la plus belle manière. Voici donc un tweet qui pousse le sexisme encore un peu plus loin, de la part d’un élu UDI :

Métivier sexisme

Ou comment, implicitement, suggérer que les femmes ont une culture à part. Pour M. Métivier et ses collègues, les deux genres seraient-ils des continents différents, dans des hémisphères opposés ? Oui, si la “littérature au féminin” signifie “la littérature écrite par des auteures”, le sens le moins dégradant.

Mais il est vraisemblable que cela signifie plutôt “la littérature écrite pour des femmes”. Qui, si l’on transpose au Café de janvier, donne : “la littérature écrite pour des sud-américains”. Ce qui serait particulièrement discriminatoire en effet !

Education : Les projets de J. Ceccaldi pour Puteaux en 2016

Suite de mon intervention sur les priorités 2016 de la Mairie de Puteaux, concernant l’éducation.

Partie 4 : Education

Le rapport :

Télécharger (PDF, Inconnu)

Mon intervention :

Verbatim :

Nous sommes toujours prompts à dénoncer les absurdités de votre politique scolaire. La manière désastreuse dont vous avez détourné la réforme des rythmes scolaires, faisant des enfants putéoliens vos premières victimes, nous en donne régulièrement l’occasion. C’est pourquoi je souhaite insister ce soir sur un point positif, véritablement positif, présenté dans vos priorités : la construction d’une nouvelle école.

Je ne parle pas de celle qui va s’installer dans le quartier des Bergères. Non, celle-là va simplement permettre d’accueillir les enfants des milliers de nouveaux habitants qui rejoindront bientôt le quartier. Je parle de l’école du bas de Puteaux. Vous m’en voyez ravi. Depuis plusieurs années, nous déplorons les conditions d’accueil des enfants dans les établissements surchargés de la ville, et réclamons la construction d’une nouvelle école pour les décharger. Tout vient à point à qui sait attendre, je croise les doigts pour que l’ouverture annoncée à la rentrée 2018 soit respectée.

Bien sûr, ce n’est pas suffisant, et il faudrait revoir de fond en comble le projet éducatif territorial comme nous vous en faisions la remarque l’année passée, mais je préfère encourager vos bonnes initiatives.

Focus sur : la réforme des rythmes scolaires à Puteaux

Comme vous pouvez l’entendre dans la vidéo, j’accuse Mme Ceccaldi d’avoir détourné la réforme des rythmes scolaires. De quoi parle-t-on ?

La réforme des rythmes scolaires visait à adapter le temps scolaire au rythme de vie des enfants. Pour cela, les journées d’école devaient être raccourcies et les semaines allongées : ainsi, les enfants bénéficient d’un emploi du temps plus régulier, qui permet un équilibre entre repos et école. Et cela fonctionne : ainsi, à Paris par exemple, 81% des familles sont satisfaites de la nouvelle organisation.

A Puteaux, comme je l’avais dénoncé dès 2014, la mise en place de cette réforme se passe beaucoup moins bien. Et pour cause : la Mairie a obtenu des dérogations, normalement réservées aux communes en difficulté, pour passer outre les recommandations des experts. Elle a donc fait l’inverse de ce qui était recommandé : les journées sont toujours très intenses, et le déséquilibre hebdomadaire a été renforcé. Paradoxalement, les enfants ont un week-end plus long qu’auparavant (ils ne travaillent pas le vendredi après-midi), et leur semaine à l’école est donc encore plus dense ! Les enfants sont donc beaucoup plus fatigués, certains instituteurs ayant même besoin d’instaurer des temps de sieste en début d’après-midi en élémentaire.

Mme Ceccaldi-Raynaud a beau jeu d’invoquer la responsabilité du “gouvernement socialiste” : elle est bien la seule responsable de cette situation. Si elle avait appliqué la réforme sans demander de dérogation, Puteaux serait dans la même situation que Paris, avec une grande majorité de parents satisfaits, et, surtout, des enfants dont le bien-être serait respecté !

Petite enfance : Les projets de J. Ceccaldi pour Puteaux en 2016

Après la sécurité, et la solidarité, retrouvez mon intervention sur les priorités 2016 de la Mairie de Puteaux en termes de petite enfance.

Partie 3 : La petite enfance

Le rapport :

Télécharger (PDF, Inconnu)

Mon intervention :

Verbatim :

Décidément, vous aimez le terme « restructuration ». Cette année, la politique de la petite enfance, c’est « restructuration ». « Restructuration de la crèche des Deux Coupoles », « restructuration de la crèche des Cèdres ». Elles permettront d’augmenter le nombre de places en crèche. C’est une bonne chose. Mais leur attribution est toujours faite selon des critères au mieux obscurs.

Et pourquoi s’arrêter à des « restructurations » ? Vous indiquez dans le diagnostic petite enfance de la question 16 : « L’offre à destination des familles putéoliennes mérite d’être optimisée », ce qui est exact. Pourtant, dans les priorités de cette année, vous nous indiquez que, hormis deux restructurations de crèche, rien ne sera fait. Pourquoi ne pas suivre ce que vous indiquiez dans ce diagnostic ? Vous y parliez de moduler l’aide financière pour les gardes simples et les gardes partagées en fonction des ressources des familles. Moi ça me fait rêver ! Pourquoi ne le retrouve-t-on pas dans vos priorités 2016 ?

La réponse de la Maire :

Mme Ceccaldi-Raynaud indique qu’elle a d’autres projets en cours, mais qui ne sont pas des priorités parce qu’elles n’ont pas de fort impact budgétaire. Je regrette que la politique de la petite enfance puisse être tirée uniquement par les impératifs budgétaires. Parmi les autres projets prévus, Mme la Maire cite la suppression des crèches familiales : “les personnes qui vont dans ces lieux seront réorientés vers de vraies crèches”. Sans création de nouvelle crèche, cela signifie malheureusement vraisemblablement une perte sèche en nombre de places.

Elle conclut en revenant sur ce qu’elle vient de dire, précisant que ce qui n’est pas indiqué ne sera pas réalisé en 2016. Que croire alors ? Une navigation à vue sur un domaine aussi sensible me semble dommageable.

Recours : Abandon de la hausse des tarifs du Conservatoire !

Des parents d’élèves du Conservatoire témoignent quelques heures à peine après la publication de mon article sur le recours que j’ai déposé devant le Tribunal administratif : nous avons réussi à faire reculer Mme Ceccaldi sur les tarifs exorbitants qu’elle comptait imposer aux élèves non-Putéoliens !

La nouvelle leur est parvenue la semaine dernière, soit dix jours après que la Mairie a pris connaissance de ma saisie du Tribunal. Un coup de téléphone leur a annoncé qu’en raison d’une “erreur”, la moitié de leur règlement allait leur être remboursé. Soit exactement l’augmentation des prix que j’ai attaquée devant le Tribunal.

Un joli cadeau de Noël : il s’agit de remboursements de plusieurs centaines d’euros, pouvant aller jusqu’à 600€ !

Je remercie les parents d’élèves qui m’ont alerté de la situation : sans leur alerte, il aurait été beaucoup plus compliqué d’arriver à cette situation. Merci également à Me Alexandre Gabard, avec qui je remporte ici une seconde victoire après l’annulation du Règlement intérieur illégal en début d’année.

Cette victoire démontre que, même en étant dans l’opposition, il est possible d’agir concrètement. Et, en l’occurrence, de pouvoir faciliter l’accès de tous à la culture, et redonner du pouvoir d’achat aux familles.

Pour mémoire, l’arrêté pris par Mme Ceccaldi sur lequel elle est revenue ces derniers jours :

Arrêté-tarifs-Conservatoire

Francis Poézévara 2015 - Tous droits réservés