Francis Poézévara

Conseiller municipal à Puteaux

Étiquette : Conseil Municipal (Page 1 sur 5)

Un budget fragile, des mensonges… La suite du conseil municipal fleuve – Partie 2 [4 juin 2020]

Deuxième partie du Conseil municipal marathon du jeudi 4 juin 2020, consacré notamment à l’adoption du compte administratif 2019 et du budget primitif 2020 de Puteaux.

Compte administratif 2019 : Puteaux gagne toujours trop d’argent

Le Compte administratif correspond à l’étude des comptes de la commune pour l’année passée. Il s’agit de contrôler la gestion de la ville, notamment en le comparant au budget prévisionnel adopté l’année d’avant. A Puteaux, en 2019, comme tous les ans, la ville a gagné plus d’argent que prévu, et n’a pas réussi à dépenser tout ce qu’elle avait prévu.

Pour une entreprise, gagner plus d’argent ou dépenser moins est loin d’être un problème. C’est cela qui permet de faire du bénéfice. Pour une commune, le raisonnement n’est pas le même. Les communes n’ont en effet pas le droit de faire de profit, puisqu’elles se financent grâce à l’argent des contribuables. Chaque année, elles doivent donc présenter un budget équilibré : les dépenses doivent correspondre au centime près aux recettes.

Pour la majorité des communes de France, c’est un problème : les recettes ne couvrent souvent pas toutes les dépenses, et elles sont obligés de s’endetter pour se financer. A Puteaux aussi, c’est un problème, mais à l’envers : grâce à l’argent de la Défense, la mairie n’arrive pas à dépenser suffisamment vite son argent (et donc l’argent des contribuables). Résultat, chaque année, on s’aperçoit après coup que les recettes courantes ont été sous-évaluées (en 2019, on gagne 6 millions de plus que prévu), et que les dépenses courantes ont été gonflées (en 2019, on dépense 6 millions de moins que prévu).

Cette manière de tricher pose un problème de fond : cela signifie que Puteaux pourrait augmenter son niveau de service (par exemple en mettant en place un Revenu Minimum Social Garanti !), ou, si la majorité actuelle manque d’idées, à tout le moins baisser les impôts.

Mon intervention sur le compte administratif 2019 : 

Budget Primitif 2020 : la crise sanitaire fragilise les comptes de Puteaux

Le budget primitif correspond au budget prévisionnel de l’année à venir. Vous remarquerez que nous sommes en juin, et qu’il serait donc temps de s’intéresser au budget prévisionnel de 2020 !

Effectivement, contrairement à de nombreuses communes, Puteaux refuse chaque année de faire un budget prévisionnel en décembre de l’année précédente. D’habitude, nous nous retrouvons donc à examiner le budget prévisionnel en mars, alors qu’un quart de l’année est déjà écoulée. Cette année, en raison de la crise sanitaire, c’est en juin, après presque la moitié de l’année, que le budget prévisionnel est adopté ! C’est un problème récurrent à Puteaux, que l’on constate à chaque conseil municipal, et que l’on retrouve dans les rapports d’audit extérieurs du fonctionnement de la ville : nous sommes incapables de faire des prévisions. Un exemple : lorsque le Conservatoire a été construit, pour environ 40 millions d’euros, nous avons demandé à Joëlle Ceccaldi-Raynaud combien il nous coûterait en fonctionnement à l’année. Elle nous avait alors répondu : “comment voulez-vous qu’on le sache, il n’a pas encore ouvert !”.

Aucune vue prospective, aucune anticipation. Pour celles et ceux qui viennent d’autres communes, ou qui travaillent dans le secteur privé, c’est aberrant. D’autant que le budget de Puteaux est énorme, 400 millions pour 2020, plus de trois fois la moyenne des autres villes de 45 000 habitants. Mais profitant des larges revenus issus de la Défense, la mairie de Puteaux préfère se “laisser porter”, en se disant que de toute façon nous avons trop d’argent.

En 2020, ce sera un peu moins vrai. En effet, en raison notamment de la crise sanitaire, le budget ne trouve son équilibre que grâce aux excédents de l’année précédente. C’est d’autant plus inquiétant qu’en parallèle, le budget compte sur 48 millions d’euros de recettes grâce à la vente de terrains dans le quartier des Bergères, et que les années passées ces ventes ont régulièrement pris du retard. J’ai alerté Joëlle Ceccaldi-Raynaud sur ce sujet. Il faudra être particulièrement vigilant cette année sur l’exécution du budget : pour la première fois, Puteaux peut finir l’année dans le rouge.

Mon intervention sur le budget primitif 2020 :

Indemnisations des élu·e·s :

Début de mandat oblige, nous avons voté les indemnités que recevraient chaque élu·e·s. La maire de Puteaux s’est attribué le maximum prévu par la loi (4025€), rognant sur les indemnités des adjoints (1309€). Aucune indemnité n’a été attribuée aux conseillers municipaux sans délégation. A savoir : le mandat d’élu d’opposition est bénévole, et en raison des conseils municipaux placés en journée et des différents frais, il me coûte à titre d’exemple environ 1500€ par an. Une indemnité de 100€ par mois aurait donc été logique et juste ; elle a été rejetée par Joëlle Ceccaldi-Raynaud.

Commission d’appel d’offres : les mensonges de LREM

Souvenez-vous : le 25 mai, les élu·e·s LREM avaient souhaité bénéficier d’un élu au conseil de territoire (= communauté d’agglomération). Pour cela, ils avaient besoin du vote unanime des 7 conseillers de l’opposition, y compris du mien. Par solidarité, j’avais accepté de leur donner mon vote, afin d’éviter qu’un élu LR / Ceccaldi n’ait un conseiller supplémentaire (ils en possèdent déjà 6). En contrepartie, le groupe LREM avait proposé que chaque groupe ait un représentant dans une instance importante : Puteaux La Transition s’est ainsi retrouvé au Conseil d’Administration du CCAS, et je devais siéger à la Commission d’Appel d’Offres.

Las ! Quelques heures avant le conseil municipal, LREM change d’avis, et décide de m’écarter de cette commission pour y placer l’une de ses élu·e·s. Réalisant une alliance de circonstance avec EELV, le parti de la majorité gouvernementale est ainsi pris en flagrant délit de mensonge. Ce n’était malheureusement pas entièrement une surprise, mais cela constitue une entaille importante à la solidarité et la confiance qui auraient dû animer l’opposition pendant 6 ans.

Détail amusant : en apprenant cela, la majorité LR a tenté de m’instrumentaliser en me poussant à présenter ma candidature, vraisemblablement pour empêcher LREM d’obtenir cette place en commission. Parce que je pense que l’opposition doit être éthiquement irréprochable, contrairement aux agissements de certains de mes collègues, j’ai bien sûr refusé de me prêter à ce jeu.

Ma proposition de soutenir les restaurateurs rejetée

En fin de conseil, j’ai proposé à Joëlle Ceccaldi-Raynaud de soutenir les restaurateurs en les exonérant de taxes sur leurs terrasses, comme c’est le cas dans de nombreuses autres villes en France, y compris à Paris. Ma proposition a été refusée, la maire de Puteaux préférant les exonérer uniquement sur l’extension de leurs terrasses. En clair : leurs terrasses habituelles donnent lieu à des taxes, en revanche leurs extensions (autorisées en raison du Covid) sont exonérées.

Un cadeau très modeste pour la plupart des restaurateurs, qui n’ont pu étendre leur terrasse que des quelques mètres carrés. En revanche, un énorme cadeau au Saperlipopette!, qui a étendu sa terrasse sur l’ensemble du passage Mars et Roty, et pour l’Escargot, qui a bénéficié de la piétonnisation d’un bout de rue entier pour installer sa terrasse (le pont de la rue Sadi Carnot).

Dommage d’avoir refusé d’aider l’ensemble des commerçants et d’avoir préféré une aide ponctuelle à ces deux établissements uniquement !

Les enfants bientôt accueillis toute la semaine

J’ai répété en conseil ma demande d’accueillir l’ensemble des enfants volontaires en semaine entière, grâce à la mobilisation des équipements municipaux. Pour l’instant en effet, la plupart des enfants sont accueillis par moitié de semaines à l’école, obligeant les parents à se mettre en congé de leur travail la moitié de la semaine. J’ai proposé que la ville mobilise ses animateurs pour proposer à tous les enfants des ateliers culturels, sportifs ou de soutien scolaire sur le reste de la semaine. Cette demande a été entendue, et un large plan d’accueil est en préparation.

Un conseil municipal fleuve pour adopter le budget de Puteaux – Partie 1 [4 juin 2020]

Deuxième conseil municipal de la mandature après celui d’installation le 25 mai, les élu·e·s ont été réunis à nouveau jeudi 4 juin 2020, pour un conseil municipal marathon : démarrées à 9h30, les discussions ont duré jusqu’à 18h30 ! Le programme était particulièrement chargé, avec une quarantaine de questions à l’ordre du jour, et notamment des points très importants tels que le rapport d’orientation budgétaire et le budget. Résumé des débats.

Rapport d’égalité Femmes-Hommes : Puteaux, la ville genrée par excellence

Le premier point ayant donné lieu à des échanges importants est le rapport d’égalité Femmes-Hommes 2019. Vous le savez, Puteaux est une ville ultra-genrée, avec ses distributions de cartables roses et bleus ou autres parcs mi-chevaliers mi-princesses.

Cela n’a pas empêché l’équipe de Joëlle Ceccaldi-Raynaud de produire un rapport en papier glacé de plus de 60 pages sur l’égalité femmes-hommes. Beaucoup de communications pour peu d’actions véritables : on notera par exemple que la mairie met à son actif le fait que les “super-héroïnes ont eu le vent en poupe en 2019”, notamment grâce à Captain Marvel et Brie Larson (page 46) !

Vous pouvez consulter ce rapport ici

Retrouvez mon intervention sur le rapport d’égalite femmes-hommes dans la vidéo ci-dessous :

Rapport d’orientation budgétaire : un vide étonnant

Le Rapport d’orientation budgétaire est un passage obligé avant l’étude du budget. En temps normal, il est examiné 15 jours avant le vote du budget, mais, crise sanitaire oblige, nous avons examiné les deux lors de la même séance. Ce rapport est normalement l’occasion pour la majorité de présenter ses projets pour l’année à venir. L’étude du budget relève de la technique financière ; à l’inverse, les orientations budgétaires sont les lignes politiques fixées par une municipalité.

C’est donc normalement dans ce cadre que la Maire de Puteaux aurait dû nous présenter ses grands projets pour 2020, et que nous aurions dû défendre notre vision alternative de l’avenir de la ville. Or, et malgré le fait qu’il s’agisse d’une année électorale durant laquelle la mairie n’a donc qu’à piocher dans son programme pour faire son rapport d’orientation budgétaire, celui-ci est absolument vide cette année ! Il s’agit simplement d’une explication techniques des chiffres du budget, passant donc totalement à côté de son objectif. Seule, une page en fin de rapport (page 43) cite quelques projets de manière laconique :

Largement insuffisant donc pour permettre un débat de fond. C’est inquiétant, et pourrait bien être le signe d’une équipe municipale à bout de souffle. Le mandat de trop ?

Le rapport d’orientation budgétaire est disponible ici

Mon intervention sur le rapport d’orientation budgétaire en vidéo : 

Rapport d’activité 2019 : beaucoup de bruit pour rien

Le rapport d’activité correspond à un retour sur ce qui a été fait l’année écoulée, en termes de projets. L’équivalent technique / financier s’appelle le Compte administratif (cf. partie 2).

A Puteaux, il donne lieu chaque année lieu à un gros document (114 pages en 2020) très illustré, qui ressemble beaucoup au Puteaux Infos. Beaucoup de communication, beaucoup d’images, des pages vides… Un bon exemple est la double page consacrée aux “repères”, qui rappelle le nombre d’habitant·e·s et qu’on les appelle les… Putéoliennes et les Putéoliens ! Pas très utile. Mais tout est fait pour donner la sensation d’un bilan épais. Il résiste évidemment beaucoup moins à l’analyse du contenu.

On y apprend néanmoins beaucoup de choses sur la gestion de la ville, je vous encourage donc à en prendre connaissance si vous voulez avoir une bonne vision de la politique menée par la majorité de Joëlle Ceccaldi-Raynaud. On y découvre par exemple qu’une personne est en charge à la mairie de faire de “l’optimisation fiscale”. Donc à faire gagner de l’argent à la ville en en faisant perdre à l’Etat. Le principe même est contestable, mais sachant que cela a permis de faire économiser à la ville… 41 000€ en 2020, les économies ne couvrent sans doute même pas le salaire de cette personne !

On apprend également que 7 postes de policiers municipaux ont disparu en 2019, et qu’ils ont été remplacés par 13 opérateures de télésurveillance. Déconnecter la police municipale du terrain pour les mettre derrière les écrans, l’exact inverse de ce qui est recommandé par tous les spécialistes de la sécurité (et par le bon sens !).

On a également confirmation dans le rapport que le bilan en terme de “cadre de vie” et d’environnement est très maigre, malgré le fait qu’il s’agisse pour notre Maire – d’après ses dires – de la première de ses priorités. Est citée par exemple “l’actualisation de la maquette 3D de la ville” ; je ne suis pas certain que ça ait un grand impact sur notre cadre de vie ! Rien bien sûr sur le vélo, très peu de choses sur le développement durable…

La politique culturelle est également l’un de nos gros désaccords avec la majorité. Alors qu’un “musée virtuel” a été créé, j’ai rappelé la nécessité d’en installer un bien réel, qui remplacerait les micro-musées qui se multiplient dans notre ville, qui n’ouvrent que sur réservation et qui ne sont au final visités que par les écoles.

Un constat similaire au sujet des événements organisés par la mairie de Puteaux : en multipliant les petits événements, les petits rendez-vous, elle dilue l’intérêt des visiteurs, au point où par exemple les stands du marché des créateurs font perdre de l’argent aux commerçants qui s’y installent !

Bref, ce n’est pas une surprise, mais beaucoup est à revoir dans la gestion de Puteaux.

Accédez au rapport d’activité 2019 ici (attention, 28Mo) 

Mon intervention sur le rapport d’activité 2019 en vidéo :

Voici pour la première partie de ce conseil municipal fleuve. Dans la seconde, j’aborderai le vote du compte administratif 2019, du budget primitif 2020, ainsi que du représentant de l’opposition à la Commission d’Appel d’Offre. Restez connecté·e !

Joëlle Ceccaldi-Raynaud élue Maire de Puteaux [conseil municipal du 25 mai 2020]

Lors du premier Conseil municipal de la nouvelle mandature, le lundi 25 mai 2020, Joëlle Ceccaldi-Raynaud a été élue Maire de Puteaux, sans surprise.

La Maire d’une ville n’est en effet pas directement désignée lors de l’élection municipale. Celle-ci ne permet que de déterminer qui sont les conseiller·e·s municipaux, qui, eux, vont élire le Maire lors du premier conseil municipal. Concrètement, à Puteaux, la liste arrivée en tête obtient 22 élu·e·s en “bonus”, et les 21 postes restants sont attribués à la proportionnelle entre l’ensemble des listes. Ce qui donne une proportionnelle absolument biaisée : une liste ayant obtenu 50% des voix se retrouve avec 75% des élu·e·s.

Composition du nouveau Conseil municipal

A Puteaux, le nouveau Conseil municipal est donc composé de la manière suivante :

  • 36 élu·e·s de la liste menée par Joëlle Ceccaldi-Raynaud
  • 3 élu·e·s de la liste LREM
  • 3 élu·e·s de la liste EELV
  • 1 élu (moi) pour la liste du Printemps Putéolien

Peu de suspens donc quant à l’élection du Maire ! Mme Ceccaldi-Raynaud a remporté 36 voix, face à Emmanuel Canto qui était le seul autre candidat et qui a remporté 5 voix.

EPT POLD, CCAS, CAO… Les autres désignations

Les autres délibérations concernaient d’autres points d’installation du Conseil, par exemple l’élection des adjoint·e·s au Maire, l’approbation du Règlement intérieur du Conseil municipal ou encore la désignation des représentants du Conseil municipal au sein de différentes instances.

Cette année, contrairement au mandat précédent, l’opposition avait la possibilité d’avoir un représentant au Conseil territorial (l’équivalent des communautés d’agglomération au sein de la Métropole du Grand Pris). Ceci nécessitait un vote unanime des 7 conseillers d’opposition. Jusqu’au bout, un bras de fer a été engagé entre LREM et EELV pour ce poste, laissant présager la perte de ce poste au profit de la majorité. Heureusement, lors de l’appel à candidature, EELV a décidé de retirer la sienne, et l’opposition a donc pu envoyer un représentant au Territoire en la personne de Christophe Hautbourg.

A titre symbolique et en contrepartie, il a été convenu que chacune des deux autres listes ait un·e représentant·e dans les deux autres instances les plus importantes du Conseil municipal : le Conseil d’administration du CCAS (centre communal d’action sociale) et à la Commission d’Appel d’Offre. Une belle illustration de confiance et de solidarité au sein de l’opposition, dans un contexte où, vous le savez, il est très compliqué d’être opposant politique !

Mon regret sur ce Conseil vient du fait que LREM / EELV / le MoDem ont commis une erreur éthique en élisant Bouchra Sirsalane au Conseil d’Administration du CCAS, alors même que son historique rendait inacceptable cette nomination. Nomination qui d’ailleurs est actuellement contestée devant le préfet par Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Je défends depuis toujours une opposition éthiquement irréprochable, et j’ai donc été contraint de m’abstenir lors de ce vote.

En route vers la succession…

L’avantage à Puteaux, c’est que quoi que fasse l’opposition, la majorité fait pire. Et nous avons donc été surpris de constater que, contrairement à ce que laissait supposer l’ordre de la liste de la majorité, c’est Vincent Franchi, le fils de la Maire, qui a obtenu le poste de premier adjoint ! Et ce, alors qu’il est infiniment moins compétent que le numéro deux de la liste, Franck Cavayé, et que toutes les personnes l’ayant fréquenté émettent de gros doutes sur ses capacités à assumer la moindre responsabilité.

La succession est donc en bonne voie à Puteaux, et la charge de Maire devrait bien rester dans la famille Ceccaldi, indépendamment de l’incompétence de l’héritier. Une information intéressante – et inquiétante, lorsque l’on sait que Joëlle Ceccaldi-Raynaud a toutes les chances de devenir sénatrice l’an prochain.

Bonus House of cards

En bonus, je vous explique cette histoire de poste de sénatrice (merci à Catherine Pommeré sur Twitter pour avoir attiré mon attention là-dessus) :

  • Lors de la dernière élection sénatoriale, Joëlle Ceccaldi-Raynaud s’est présentée en quatrième position sur la liste de Philippe Pemezec. Cette liste a obtenu deux élu·e·s.
  • En mars, P. Pemezec a mené une liste aux municipales du Plessis-Robinson (dont il a été maire jusqu’en 2017), liste victorieuse dès le premier tour. Il a annoncé son intention de redevenir maire, non pas dès aujourd’hui, mais à l’horizon de mars 2021.
  • En mars 2021, en raison du non-cumul des mandats, il devra donc laisser sa place au 3ème de liste. Il s’agit de Georges Siffredi. MAIS ! Georges Siffredi est devenu il y a quelques jours président des Hauts-de-Seine, suite au décès de Patrick Devedjian. Il se trouve donc en situation de cumul, et devra donc choisir entre le Sénat et la présidence du 92.
  • Si Georges Siffredi est réélu lors des élections départementales de 2021 au poste de président du CD92, il est fort probable qu’il laisse à son tour sa place à sa suivante de liste… Qui n’est autre que Joëlle Ceccaldi-Raynaud !
  • Que fera alors notre Maire de cette proposition, elle que l’on dit sur le départ pour le Sénat depuis plusieurs années déjà ? Refusera-t-elle de siéger et conservera-t-elle son mandat de Maire ? Ou cèdera-t-elle à l’appel du Palais du Luxembourg, en laissant sa progéniture accéder au pouvoir à Puteaux ? Vous le saurez en suivant les prochains épisodes de “Puteaux, ton univers impitoyable” !

Bilan de l’Agenda 21 à Puteaux

Nous avons eu, lors du Conseil municipal du 4 avril 2019, une présentation du bilan de l’Agenda 21 à Puteaux. Un exercice compliqué pour la municipalité, puisque la ville de Puteaux est un (très) mauvais élève en matière d’écologie et de développement durable. Voici la vidéo et la retranscription de mon intervention sur le sujet.

Je suis assez impressionné par le rapport que vous nous avez transmis. Un document de 135 pages, relié, plastifié, est très beau, très bien conçu… Vraiment en termes marketing je pense que c’est une grande réussite. Est-ce que vous connaissez le terme d’écoblanchiment ? Ou peut-être sa traduction anglaise, “greenwashing” ? C’est exactement ce que vous faites avec ce document. L’écoblanchiment, c’est mettre beaucoup d’argent dans la communication pour se donner une image verte, écolo, pour masquer le manque de réalité de l’engagement écologique.

A quel point ne faut-il avoir aucun souci écologique pour sortir un document comme ça, certes sur papier recyclé, mais qui contrevient à tout bon sens ? J’espère que c’est au moins imprimé avec des encres végétales, mais quoi qu’il en soit cela reste une aberration anti-écologique. Plus que paradoxal puisque c’est le document qui est censé “greenwasher” votre politique, nous faire croire que vous vous souciez de l’environnement.

Remarque rapide sur votre éditorial, vous indiquez que Puteaux est un “territoire à énergie positive”, j’aurais aimé en savoir plus sur cet engagement, parce que sur le site des Territoires à énergie positive” bizarrement Puteaux n’apparaît pas. J’imagine qu’il s’agit d’un oubli de leur part, parce que je n’imagine pas que vous puissiez mentir en vous prévalant de cette appellation.

Concernant le fond du document, je pense que ce qui résume le mieux votre action, c’est encore les citations tarte-à-la-crème que vous avez étalées sur des doubles pages tout au long du document. En particulier celle de Confucius, “Celui qui déplace une montagne commence par déplacer de petites pierres”. Ou encore celle de Théodore Monod “Le peu qu’on peut faire, le très peu qu’on peut faire, il faut le faire”. A vrai dire c’est même plutôt “le très très peu que vous pouvez faire”, visiblement. On parle là de déplacer de tous petits cailloux plutôt que de petites pierres.

Sur la lutte contre le changement climatique : il y a contradiction. D’un côté, il y a le concret, les actions de la collectivité comme pour la piscine. Vous remarquerez au passage que l’action que vous mettez le plus en avant est celle pour laquelle nous avons milité au sein de cette assemblée pendant des années. De l’autre il y a le flou comme la “prise en compte d’une grille développement durable dans les constructions neuves” : ça pose beaucoup de questions. On sait que les promoteurs immobiliers et les investisseurs ont tout à gagner à vendre du rêve dans leur projet sans pour autant être concret en terme de développement durable. Ex : sur le nombre de stationnement prévus par logement… Or, en quoi une grille influence-t-elle quoi que ce soit ? Quels résultats donnent cette grille concrètement ? Cela dit j’aime beaucoup la dénomination “grille développement durable”. On connaît votre passion pour les grilles, je suis surpris que vous n’ayez pas encore inventé les “grilles solidarité”, “grilles dynamisme économique”, “grilles pour l’emploi”, “grilles culturelles et associatives”… Ca viendra peut-être.

1 390 tonnes de déchets collectés : on peut féliciter les agents municipaux pour leur investissement au quotidien à rendre notre ville plus belle. En particulier en ramassant ce dont nous ne voulons plus. Mais il faut une véritable politique de diminution des déchets. Cela passe évidemment par l’instauration d’une redevance incitative basée sur le poids des conteneurs. Il faut également améliorer la pédagogie autour du tri sélectif, si besoin en instaurant des sanctions lorsque le tri est mal réalisé, en particulier celui du verre. A l’inverse, proposer un enlèvement général des encombrants trois fois par semaine est une incitation à l’augmentation du volume des déchets. Globalement, il y a beaucoup à faire en termes de carotte sans pour autant s’interdire, à terme, d’utiliser le bâton.

Vous parlez d’améliorer la qualité de l’air. Effectivement cela doit être une de nos priorités, comme le démontre l’étude parue la semaine dernière sur la qualité de l’air aux abords des écoles et dont les conclusions sont assez mauvaises pour Puteaux. On peut au passage regretter que les sondes AirParif aient été retirées, avec des dernières données disponibles datant de 2014… Il ne saurait de toute façon être question d’une quelconque amélioration de la qualité de l’air tant que notre ville sera traversée par deux autoroutes ! Je pense au quai de Seine dans le bas de Puteaux et à l’avenue de Gaulle dans le haut de Puteaux. Ces voies sont de très fortes sources de pollution, en premier lieu parce qu’on y roule trop vite. Or, le rythme des feux fait qu’on s’y arrête aussi souvent. Résultat : un niveau élevé de particules fines issues des coups de freins. Ces voies doivent absolument être apaisées. Vous nous direz que ce sont des départementales. Mais je suis certain que vous pourriez trouver les mots pour convaincre votre fils de défendre le bien être des Putéoliennes et des Putéoliens.

Vous évoquez dans le rapport les pistes cyclables. Il faut du courage pour oser parler de piste cyclable à Puteaux, je le reconnais. Le vélo étant officiellement votre ennemi, en faire à Puteaux relève souvent du calvaire. Une unique station vélib dans toute la ville, aucun aménagement pour les vélos dans la ville à tel point que votre fierté est d’avoir mis en place deux “arbres à vélo” pour un total de 20 places, sur une ville de 46000 habitants, aucune action sérieuse pour améliorer l’accessibilité de la Défense… Une bonne illustration de votre politique est la piste qui s’arrêt subitement au milieu de nulle-part Quai Dion-Bouton. Pourtant tout le quai est devenu un axe très fréquenté par les vélos et piétons. La Ville peut financer des comptages comme le fait le département si elle veut en avoir le cœur net ! Il faudrait initier une grande réflexion pour rendre cet itinéraire agréable.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur votre politique en termes d’Agenda 21, et je regrette que vous ayez intégré ce sujet à un Conseil municipal déjà très dense avec l’étude du budget. Je ne ferai donc qu’évoquer le ridicule du montant du budget participatif, qui n’est d’ailleurs pas reconduit cette année, le nombre d’arbres dans Puteaux indiqué de manière biaisée sans tenir compte des arbres coupés, l’absurdité de se vanter de réduire l’intensité lumineuse des panneaux publicitaires anti-écolo que vous avez installés il y a plusieurs années, le quartier des Bergères qui est en contradiction totale avec les principes écologiques dont il se prévaut…

En conclusion, comme souvent, ce document indique une série d’initiatives mais ne présente aucune vue globale. On parle d’actions ponctuelles, dont certaines sont intéressantes, mais restent limitées. Aucun bilan des émissions/consommations qui permettrait d’évaluer l’impact réel des initiatives municipales. En l’état, on ne mesure pas l’efficacité de ce qui est annoncé. En un mot, il manque à votre politique une vision.

La politique culturelle à Puteaux

Lors du Conseil municipal du 4 avril 2019 à Puteaux, la municipalité nous a présenté le bilan de sa politique culturelle. Un exercice demandé par la Cour Régionale des Comptes, sur lequel je suis intervenu. Voici la vidéo et la retranscription de mon intervention.

En préambule, et comme nous allons discuter de l’agenda 21 dans quelques minutes, je souhaite revenir sur le format du bilan que vous nous fournissez ici. Je tire mon chapeau à l’équipe communication qui a conçu le document, parce qu’il n’y a presque pas de contenu et pourtant ils ont réussi à en faire sur 32 pages, à force de photos et de gestion des espaces vides. Mais avoir un support comme celui-là, ce n’est pas possible quand on a un souci ne serait-ce que léger du développement durable ! A vrai dire, le papier est d’un tel grammage et tellement laqué qu’au début j’ai cru qu’il s’agissait d’un faire-part. En plus le premier texte était cosigné Vincent Franchi et Michèle Rocchia, je m’attendais à une grande annonce.

Evidemment, point de tout cela. Le bilan débute par une flopée de chiffres vraiment forts et marquants… UN cinéma, UN conservatoire, UN palais de la culture… Vraiment très impressionnant ! Au passage, le lecteur attentif aura remarqué que vous n’êtes pas très à l’aise avec les chiffres, et c’est peut-être là la marque de fabrique de M. Franchi. Il suffit de comparer votre bilan de politique culturelle sur 2018 et le rapport d’activité 2018 dans le secteur culturel. On y retrouve le même genre d’encart, avec des chiffres un peu différents… On passe ainsi de trois salles de spectacles à deux salles de spectacle. Des 9 sites associés au palais de la culture à 10 sites associés, de trois sites muséaux à un site muséal, de 5 842 adhérents aux “pratiques culturelles et de loisirs” (sans que l’on sache vraiment ce que cela recouvre) à 2 864 adhérents à ces mêmes pratiques, ce qui fait presque 3000 adhérents supprimés d’un document à l’autre. De 37 spectacles en diffusion à 29 spectacles en diffusion. A vrai dire, le seul chiffre sur lequel vous semblez vous accorder est sur le nombre de personnes accueillies dans le cadre des manifestations culturelles, à savoir 82000, ce qui s’explique sans doute par le fait qu’il s’agit d’une estimation complètement grossière faite au doigt mouillé et qui n’a pas beaucoup plus de pertinence qu’un comptage du nombre de manifestants sur le Trocadéro par François Fillon. Cela peut vous sembler anecdotique, mais c’est un véritable indicateur de l’importance et du sérieux que vous attribuez à la culture.

Vous nous indiquez « Avec comme ambition d’être accessible à tous, nous avons le devoir de favoriser à tous l’accès aux richesses culturelles de notre ville. » C’est vrai, c’est votre devoir.

Mais aujourd’hui où est la diversité ? Sans doute pas dans la programmation ni dans le public. Prenez les tarifs du théâtre : ils restent élevés pour une scène municipale, et notamment les tarifs réduits, avec des réductions de 4€ environ, ne permettent pas aux gens qui n’en ont pas les moyens de s’initier à l’art du spectacle.
En ce qui concerne les pratiques sportives et aux loisirs, il n’y a tout simplement pas de tarif réduit applicable aux personnes en difficulté. Sans parler de la politique tarifaire discriminatoire du Conservatoire, “l’accès à tous” devient “l’accès aux Putéoliens uniquement”, et la “richesse culturelle” “richesse” tout court.
Quant à la programmation culturelle, c’est véritablement l’un des plus gros gâchis à Puteaux. Vous avez du personnel qui est qualifié, compétent, qui pourrait apporter une véritable vision culturelle à la programmation de la ville. Mais en imposant, activement ou passivement, vos goûts personnels au choix des spectacles programmés, vous étriquez l’offre culturelle.

Vous dites également « La ville encourage également les pratiques amateurs ».
Nous en avions déjà discuté le mois dernier, mais il n’y a absolument aucune politique d’encouragement des groupes et compagnies locaux. Aucun prêt de salle récurrent en dehors des élèves du Conservatoire, et même l’accès aux salles pour ces élèves reste compliqué. Comme vous l’indiquez dans le rapport, vous ne permettez en fait que d’intervenir en milieu scolaire. C’est bien, il faut le faire, mais favoriser la création va bien au-delà de ça ! Vous me permettrez de relever une coquille qui me semble être un lapsus assez révélateur de votre engagement, puisque vous annoncez “participer au développement de la création contemporaire”… Vous êtes simplement dans la juxtaposition de slogans, qui parfois même ne veulent rien dire (“La culture au coeur de la création” !!?), sans aucune volonté politique derrière.

Un mot sur le Théâtre de Puteaux, dont vous vantez la réhabilitation. Depuis son inauguration en novembre 2018, il vient de se dérouler une saison entière sans signalisation au théâtre de Puteaux. Pas d’indications de placement, d’orchestre, de balcon, de côté pair ou impair. Une grande partie du public attend à la mauvaise porte, ce qui demande une redirection après coup, fait perdre beaucoup de temps, et les spectacles commencent en retard de manière systématique. On regrettera aussi que l’ascenseur ne permettent pas d’atteindre le balcon, il y a à chaque spectacle des personnes âgées, non PMR mais se déplaçant difficilement, qui doivent monter des escaliers et dont le changement de place n’est pas possible.

En conclusion, comme toujours, vous devriez sans doute en faire moins en matière de communication, et laisser plus d’autonomie à vos personnels compétents. Cela permettrait à Puteaux d’avoir une véritable offre culturelle de qualité.

Page 1 sur 5

Francis Poézévara 2015 - Tous droits réservés