Francis Poézévara

Conseiller municipal à Puteaux

Étiquette : école (Page 1 sur 2)

Le déconfinement dans les écoles de Puteaux : la suite

Je vous indiquais hier les mesures envisagées par la Mairie de Puteaux pour le déconfinement dans les écoles, ainsi que mes propositions pour améliorer la situation. Suite à la rencontre entre la mairie et les associations de parents d’élèves, voici quelques informations complémentaires.

  • Seuls les trois niveaux prioritaires au niveau national rentreront à l’école la semaine prochaine : grande section de maternelle, CP et CM2. Les autres classes élémentaires rentreront potentiellement en juin ; pour les autres niveaux de maternelle, il est possible que la rentrée n’ait lieu qu’en septembre.
  • Les enfants prioritaires seront accueillis 4 jours par semaine (ce que je préconisais hier), les non-prioritaires ne seront accueillis que 2 jours par semaine.
  • Les enfants socialement défavorisés ne seront pas prioritaires. C’est pour moi un véritable scandale : ces enfants sont en danger, physiquement autant que psychologiquement !
  • Les effectifs maximum en maternelle seront abaissés à 10, voire 8, par classe. C’est également l’une des propositions que je défendais.
  • Les élèves, y compris en maternelle, devront rester assis à leur table toute la journée, hors récréations et pauses méridiennes. Cela ne me semble pas une bonne idée…
  • Les parents dont les enfants pourront rentrer dans les écoles seront notifiés d’ici ce soir (jeudi 7 mai 2020).
  • Il n’y aura pas d’accueil en garderie le matin, mais l’accueil du soir sera maintenu pour les élèves autorisés à être à l’école.

Quelques améliorations donc, même si pour moi le gros écueil reste le cas des enfants issus de familles défavorisées. J’en parlais dans mon billet d’hier, mais il est insupportable que des enfants soient obligés de vivre dans des appartements exigus, potentiellement indignes, depuis deux mois, sans pouvoir faire partie des premiers à reprendre le chemin de l’école !

Le déconfinement dans les écoles de Puteaux

[Le déconfinement dans les écoles de Puteaux en deux phrases si vous ne souhaitez pas tout lire :

  • Les enfants de Puteaux rentreront à l’école à partir du 14 mai, par demi groupe de 15 élèves, et par demi-semaine. 70% des parents ont indiqué leur souhait de remettre leurs enfants à l’école.
  • Je propose que la rentrée soit réservée aux enfants prioritaires (cf. ma définition ci-dessous), sur des semaines entières, et que la mairie fournisse matériel et locaux suffisants.

Mais je vous encourage à lire tout le billet bien évidemment !]

Depuis deux mois, notre pays traverse une crise sanitaire, sociale, humaine et économique majeure. Le déconfinement qui débutera la semaine prochaine pose un certain nombre de questions, au premier rang desquelles celle de la rentrée à l’école.

Alors que le gouvernement a décidé de la réouverture des écoles au 12 mai sur tout le territoire, plusieurs centaines de maires d’Île-de-France, y compris Joëlle Ceccaldi-Raynaud tardivement, ont signé cette semaine une lettre ouverte s’opposant à cette réouverture généralisée. Celle-ci est en effet source d’une grande inquiétude, que ce soit chez les enseignants, chez le personnel des écoles et chez les parents d’élèves.

A l’heure où j’écris ces lignes (mercredi 6 mai), le nombre de personnes en réanimation en France va bientôt repasser sous la capacité maximale habituelle des hôpitaux. Si la situation repasse peu à peu sous contrôle, aucun traitement ni vaccin n’est encore à espérer avant plusieurs mois, la France est loin de l’immunité collective qui permettrait à chacun d’être protégé, et le virus reste un mystère sur beaucoup d’aspects.

En conséquence, la réouverture des écoles s’accompagne d’un “protocole sanitaire“, publié dimanche 3 mai, drastique. De l’avis de beaucoup d’enseignants, y compris à Puteaux, ce protocole est inapplicable en l’état. Entre la nécessité de remettre les enfants à l’école et l’urgence sanitaire, le chemin est étroit.

Déconfinement : ce qui est annoncé dans les écoles à Puteaux

  • 70% des parents ont annoncé leur souhait de remettre leur enfant à l’école, d’après un questionnaire transmis la semaine dernière.
  • La réouverture se fera sur la base du volontariat, à partir du 14 mai.
  • Les enfants seront accueillis par groupe de 15 maximum, en coupant la semaine en deux (un groupe les lundis / mardis, l’autre groupe les jeudis / vendredis).
  • En cas de besoin, les niveaux seront mixés (exemple : si 10 CE2 et 20 CM1 doivent aller à l’école les mêmes jours, un groupe comptera 10 CE2 et 5 CM1, l’autre 15 CM1) et les enfants ne retrouveront pas forcément leur enseignant habituel.
  • Des plateaux repas seront servis dans les classes.
  • Des repères seront matérialisés pour permettre la distanciation entre les élèves. Tous les gestes barrières devront être respectés à tout moment de la journée, entre enfants et avec adultes.
  • Des horaires décalés seront mis en place pour éviter les attroupements de parents devant l’école.
  • La température devra être prise chaque matin avant de se rendre à l’école, et sera contrôlée à l’entrée.
  • Aucun matériel collectif ne pourra être utilisé, et aucune activité collective ne pourra avoir lieu. De même, lors de la récréation, la distanciation entre élèves devra être respectée.
  • Enfin, tous les adultes porteront un masque tout au long de la journée.

On le comprend, l’école telle qu’elle s’annonce sera complètement différente d’auparavant. Il est important de préparer les enfants à cela, pour éviter tout choc à la rentrée.

Ces consignes (non exhaustives), on le comprend, seront difficilement applicables, notamment en école maternelle. Elles sont pourtant nécessaires si l’on part du principe que la rentrée à l’école sera générale, comme le souhaite le gouvernement, basée sur le volontariat des élèves. Et c’est sur ce point que Puteaux doit réagir.

Ce que je propose

J’ai transmis en début de semaine une liste de mesures complémentaires à Joëlle Ceccaldi-Raynaud, qui me semblent nécessaires à garantir les meilleures conditions de rentrée aux enfants et aux enseignants.

Tout d’abord, il est impératif d’en finir avec une absurdité dangereuse : les écoles ne doivent pas être rouvertes à tous les élèves la semaine prochaine ! A 15 élèves par classe, les mesures recommandées sont inapplicables. Et l’organisation choisie, par demi-semaine, est elle aussi aberrante. La volonté du gouvernement est avant tout économique, à savoir qu’un maximum de parents retourneront travailler à partir du 11 mai, mais c’est méconnaître les contraintes du monde du travail. Il sera très compliqué pour beaucoup de personnes de ne travailler que deux jours par semaine ! Cet entre-deux est donc un non sens total.

Les écoles ne doivent être rouvertes qu’à des enfants prioritaires : tout d’abord les enfants en situation fragile, notamment ceux habitant dans des logements vétustes et exigus. Plusieurs familles ont alerté le Printemps Putéolien à ce sujet : lorsque l’on vit à 3, voire 5, dans un 20m2, le déconfinement devient paradoxalement une priorité sanitaire. Ces enfants doivent revenir à l’école le plus rapidement possible. De même pour les enfants dont les parents sont indispensables à la vie en société : aux personnels actuels (soignants, enseignants, forces de l’ordre, ripeurs…) s’ajoutent notamment les personnels communaux, les commerçants, etc. Et enfin, les enfants dont les parents sont menacés de perdre leur emploi s’ils ne retravaillent pas rapidement.

Les autres enfants, et je l’écris à regret puisque les miens en font partie, ne doivent pas reprendre le chemin de l’école la semaine prochaine. Le “volontariat” prôné par le gouvernement n’a pas de sens. Seule cette règle permettra de véritablement restreindre le nombre d’élèves. L’objectif doit être de 5 à 10 élèves par classe maximum.

Cet accueil doit être fait non pas par demi-semaine, mais en semaine entière. Les enfants accueillis étant prioritaires, il est important de pouvoir les accueillir dans des conditions aussi proches que possibles de la normale.

Par ailleurs, la Mairie doit s’assurer que chaque école dispose de matériel individuel pour chaque enfant accueilli. A Puteaux, nous avons l’habitude de distribuer des fournitures à chaque rentrée. Il faut cette année distribuer suffisamment de matériel aux écoles directement, pour qu’elles puissent individualiser le matériel. De plus, il serait bon de réfléchir à donner de nouvelles fournitures aux enfants restant chez eux, notamment dans des familles défavorisées.

Enfin, la Mairie de Puteaux doit mettre tous ses équipements municipaux à disposition des écoles, afin de diminuer le nombre d’enfants présents dans nos gros établissements. En effet, comment imaginer accueillir raisonnablement plusieurs centaines d’enfants dans les écoles Pyramide, République, Jacotot… Y compris à demi-effectif ?

J’espère que ces éléments seront entendus par la Mairie de Puteaux, pour permettre de rouvrir les écoles dans les meilleures conditions possibles. Je regrette qu’à Puteaux les fédérations de parents d’élèves n’aient pas été associées aux décisions, n’étant contactées qu’après coup (ce matin) par la mairie. Cela aurait pu éviter plusieurs écueils.

Quoi qu’il en soit, je souhaite beaucoup de courage aux élèves, aux enseignants, aux personnels des écoles et aux parents pour cette rentrée, le mot est faible, compliquée !

Neuf fermetures de classes à Puteaux en septembre 2020

Le Conseil Départemental de l’Education Nationale (CDEN) organisé par l’Académie de Versailles le 20 avril prochain va statuer sur les ouvertures et fermetures de classes dans les Hauts-de-Seine à la rentrée de septembre 2020.

A Puteaux, 2 classes vont ouvrir en maternelle, dans les deux nouvelles écoles de la ville, Bergères et Voltaire. En élémentaire, ce sont 5 classes qui ouvriront, dans les écoles Benoît Malon (1), Bergères (2), Parmentier (1) et Voltaire (1).

A l’inverse, 4 classes vont fermer en maternelle, dans les écoles Benoît Malon, Défense 2000, Marius Jacotot et Parmentier. En élémentaire, 5 classes vont fermer, dans les écoles Jean Jaurès, La Rotonde, Marius Jacotot, Pyramide et République.

On le voit, les ouvertures / fermetures vont se compenser en élémentaire, sur le plan comptable. La réaffectation de classes d’écoles très peuplées, comme Pyramide ou République par exemple, vers d’autres établissements est une bonne chose.

En revanche, en maternelle, notre commune va perdre deux classes ! Dans l’absolu, une fermeture de classe est toujours une mauvaise nouvelle, souvent justifiée par la logique comptable des gouvernements successifs (vous savez, la même logique que celle qui vise à fermer des lits en hôpitaux parce qu’on “n’en a pas besoin d’autant”). Elles se traduisent par une augmentation de l’effectif des autres classes (on ne perd pas une classe entière d’élèves d’une année sur l’autre), et donc de moins bonnes conditions pour les professeurs comme pour les élèves.

Dans le contexte actuel, les fermetures de classes sont d’autant plus scandaleuses qu’à la rentrée 2020, il faudra rattraper le “retard” lié au confinement ! Il faudra donc garantir aux enfants et aux enseignant·e·s les meilleures conditions d’enseignement possibles.

En tant que délégué des parents d’élèves de l’école Défense 2000, j’avais alerté la Mairie sur cette situation il y a plusieurs mois. Malheureusement, rien n’a été obtenu, alors que, particulièrement dans cette école, la fermeture d’une classe est un non-sens : il s’agit de l’un des plus petits établissements de la ville, ayant donc un environnement très bénéfique pour les enfants. De plus, cette suppression de classe impacte directement le poste de directrice, qui perdra sa décharge hebdomadaire.

J’appelle tous les parents d’élèves des écoles concernées à se mobiliser. Par ailleurs, je relancerai de mon côté la Maire de Puteaux pour lui demander quelles actions fortes elle pense mettre en place pour éviter ces fermetures.

[Vidéo] La carte scolaire à Puteaux

Lors du Conseil municipal du 21 février 2019, je suis longuement intervenu sur la nouvelle carte scolaire de Puteaux. Les secteurs des différentes écoles primaires (écoles maternelles et élémentaires) de la ville seront en effet redécoupés à la rentrée 2019 afin d’inclure deux nouveaux établissements : l’école des Bergères et l’école Voltaire.

Je reviens sur cette nouvelle carte en vidéo. Abonnez-vous à ma chaîne Youtube Francis décode pour rester au courant de mes nouvelles publications !

En bonus, voici les documents que m’a envoyé Mme Ceccaldi-Raynaud :

Carte scolaire élémentaires Puteaux Carte scolaire maternelles Puteaux

Fichiers à télécharger :

Rentrée à Puteaux, vive les cadeaux !

Après deux mois de vacances, les enfants putéoliens faisaient leur rentrée hier. Comme beaucoup d’autres parents, j’ai vécu pour ma part ma première rentrée en tant que papa. Il s’agissait évidemment d’un moment personnel fort, pour ma fille comme pour moi ; politiquement, néanmoins, c’est plutôt la journée de samedi qui m’a marqué !

Deux jours avant cette rentrée, en effet, j’ai été invité, comme les milliers de parents d’élèves putéoliens, à la traditionnelle grande distribution des cartables.

Rentrée : distribution des cartables à Puteaux

Distribution des cartables pour les maternelles de Puteaux

A-t-on le droit, en tant que parent, de ne pas soutenir cette grande distribution ? Je le prends, ce droit, et je vous explique pourquoi.

1. Parce que je crois en la compétence de nos enseignants.

Je ne pense pas que Mme Ceccaldi-Raynaud, et encore moins M. Franchi (!), soient à même de définir la liste des fournitures nécessaires à telle ou telle classe. Je pense que c’est à l’enseignant de la définir, en fonction de ses méthodes de travail. Offrir les mêmes fournitures à tous les élèves de toutes les écoles est un non-sens. Une dotation à chaque école permettant de mieux cibler les besoins serait largement bénéfique.

2. Parce que l’objectif de la cérémonie est de clientéliser un électorat.

Il serait intéressant que les fournitures soient distribués aux enfants dans les écoles, à leur arrivée, par leur enseignant. Celui-ci pourrait ainsi leur expliquer ce qui en sera fait durant l’année, et les écoliers auraient ainsi une bonne surprise en arrivant le jour de la rentrée. Pourquoi n’est-ce pas fait ainsi ? Parce que le cadeau n’est pas réellement pour l’enfant. Il s’agit de toucher en priorité les parents, en leur montrant à quel point la ville est “généreuse” et à quel point la Maire “fait bien son travail”. Il faut donc en faire une grosse cérémonie.

Cadeaux de rentrée pour les maternelles à Puteaux

Contenu du cartable offert aux Putéoliens dont les enfants entrent en maternelle.

3. Parce qu’il ne s’agit pas de cadeaux : il s’agit d’achats réalisés avec nos impôts.

Chaque année, une partie des impôts payés par les Putéoliens est allouée directement à ces achats de “cadeaux”. Ce n’est donc pas la mairie qui offre les sacs, feutres, tubes de colle, mais les parents. Et quitte à offrir quelque chose à ma fille pour son année scolaire, je préfèrerais pouvoir le choisir moi-même. Que mes impôts soient plutôt versés aux écoles, investis dans leur rénovation, ou dirigés vers les familles les plus démunies pour subventionner l’achat de toutes les fournitures pour leurs enfants !

4. Parce que rose pour les filles, bleu pour les garçons…

Les goûts et les couleurs. Mais pourquoi ne pas varier un peu ? Laisser le choix à l’enfant ? Plutôt que l’enfermer dès son plus jeune âge dans un conformisme sexiste absolu ?

Cartables roses Puteaux

Vous avez dit cliché ?

En conclusion, je suis allé, comme de très nombreux Putéoliens, chercher les fournitures de ma fille à la Mairie ce samedi 2 septembre. Si ces cadeaux, des feutres, des crayons de couleur, de la peinture, avaient été offerts par des grands-parents, cela aurait été parfait. Mais offerts par une municipalité, qui est censée mener une politique globale de moyen et long terme, porter une vision, c’est tout à fait inapproprié.

Je vous souhaite à toutes et à tous, enfant et parents, une très bonne première semaine de rentrée !

Page 1 sur 2

Francis Poézévara 2015 - Tous droits réservés