Francis Poézévara

Conseiller municipal à Puteaux

Étiquette : gauche

Hémiplégik, la chaîne YouTube qui essaie de comprendre ce qu’est la Gauche

Qu’est-ce que la Gauche ? Le clivage Gauche-Droite a-t-il toujours un sens ? Pour répondre à ces questions, j’ai décidé de lancer une chaîne de vidéos YouTube de vulgarisation politique : Hémiplégik (pour comprendre pourquoi ce nom, c’est ici !).

Je vous propose trois vidéos pour bien commencer :

Qu’est-ce que la Gauche ?

Dans cet épisode, je reviens sur les définitions usuelles, afin d’essayer de trouver celle qui sera utilisée tout au long des vidéos suivantes. Pour connaître ma définition de la Gauche, c’est ici :

Pourquoi dit-on la Gauche et la Droite ?

Retour historique sur l’origine des deux mots. Avant d’approfondir l’étude du fond politique, il est en effet bon de se rappeler pourquoi nous utilisons le mot Gauche et pas un autre. Cela date de la Révolution française, et pour en savoir plus c’est là :

Pourquoi la Gauche est-elle rouge ?

En France, la Gauche est souvent représentée par le rouge et ses dérivés, la Droite par un dégradé de bleus. Pourquoi cette répartition ? La réponse en vidéo :

Voici donc les premiers épisodes vidéos de ma chaîne Youtube de vulgarisation politique. Si le contenu vous intéresse, n’hésitez pas à vous abonner à ma chaîne, et à activer les notifications pour être prévenus de mes futures publications !

Puteaux : comment voter pour la Primaire à gauche ?

Le premier tour de la primaire à gauche aura lieu le dimanche 22 janvier prochain, de 9h à 19h. Le second tour est prévu la semaine suivante, le dimanche 29.

Qui peut voter à la Primaire ?

Tout électeur inscrit sur les listes électorales avant le 31 décembre 2016 peut voter dans la ville où il est inscrit. En cas d’inscription au cours de l’année 2016, il vous sera demandé votre récépissé d’inscription.

Comment voter ?

Pour pouvoir voter, il est nécessaire de se rendre au bureau de vote de la Primaire qui vous a été attribué (cf. ci-dessous), muni d’une pièce d’identité et de votre récépissé d’inscription si vous vous êtes inscrits sur les listes électorales dans le courant de l’année 2016. Il vous sera demandé de signer une charte d’adhésion aux valeurs de la gauche et de payer un euro par tour, pour nous aider à financer la primaire.

Où voter ?

Trois bureaux de vote seront installés à Puteaux.

Pour le bas de Puteaux, vous devrez vous rendre à l’école Jean Jaurès, située dans la rue du même nom, en face du fleuriste et du fast-food. Deux bureaux seront installés dans l’école, et vous voterez dans l’un ou l’autre en fonction de votre adresse.

Pour le haut de Puteaux, vous devrez vous rendre à l’espace Jules Verne, rue Marcelin Berthelot, en face de la place des Marées.

Attention, aucun vote par procuration n’est possible, il vous faut impérativement vous rendre dans le bureau de vote auquel vous êtes rattaché. Si vous n’êtes pas sûrs, vous pouvez vous rendre à l’adresse suivante : où voter ?.

Voir la carte ci-dessous :

Comment aider à l’organisation de la Primaire ?

Si vous souhaitez participer à l’organisation de la primaire, en aidant à tenir un bureau de vote ou à dépouiller les votes, vous pouvez dès à présent écrire à Francis Poézévara, Responsable de l’organisation de la Primaire à Puteaux : francis@poezevara.com

Merci pour votre engagement, et rendez-vous dimanche 22 janvier pour le premier tour !

Primaire de gauche : les bureaux à Puteaux

Les dimanches 22 et 29 janvier 2017, tous les électeurs de gauche sont invités à participer à la deuxième Primaire citoyenne, afin de déterminer quel candidat représentera la gauche au premier tour de l’élection présidentielle. A Puteaux, comme en 2011, trois bureaux de vote seront mis en place : deux à l’école Jean Jaurès pour le bas de Puteaux, un à l’espace Jules Verne pour le haut de Puteaux.

L’élection est ouverte à tous, il suffit d’être inscrit comme électeur/électrice. Vous pourrez voter dans le bureau auquel est rattachée votre adresse sur la liste électorale pour les élections républicaines (voir carte ci-dessous). Celui-ci est indiqué sur votre carte d’électeur.

  • Bureau A – Ecole Elémentaire Jean Jaurès – 128, rue Jean Jaures 92800 Puteaux
    Votent au bureau A tous les électeurs des bureaux 1 à 8 pour les élections “classiques”.
  • Bureau B – Ecole Elémentaire Jean Jaurès – 128, rue Jean Jaures 92800 Puteaux
    Votent au bureau B tous les électeurs des bureaux 9 à 19 pour les élections “classiques”.
  • Bureau C – Espace Jules Verne – 4, rue Marcelin Berthelot 92800 Puteaux
    Votent au bureau C tous les électeurs des bureaux 20 à 32 pour les élections “classiques”.

Pour plus de clarté, voici une carte vous permettant de définir le bureau de vote dans lequel vous devrez vous rendre, dimanches 22 et 29 janvier, pour pouvoir voter pour la Primaire de gauche :

Par ailleurs, si vous souhaitez aider à tenir les bureaux de vote, n’hésitez pas à me contacter, soit en laissant un commentaire ci-dessous, soit en utilisant le formulaire présent sur ce blog, soit en m’envoyant un mail à francis – arobase – poezevara.com.

Des 35h à la retraite à 60 ans…

C’est dans l’air du temps : la Droite tape, tape et retape sur les 35h, ainsi que l’âge légal de départ à la retraite de 60 ans. On nous raconte que la spécificité française, c’est de ne pas travailler, de faire grève un jour sur deux, de ne jamais être content, etc. Mais en fait, la vraie spécificité française, c’est de croire qu’on est plus nuls, plus paresseux, moins productifs qu’ailleurs.

Il est temps de tordre le coup à tous les arguments simplistes et archi-faux utilisés par l’UMP !

Constat 1 : le temps de travail, en France, est cohérent avec le modèle européen.

On n’arrête pas de nous le rabâcher : “les Allemands bossent plus et mieux que nous, si on était un peu moins fainéants, la vie serait plus belle, etc.”. Et pourtant : selon l’OCDE, le nombre d’heures annuelles travaillées est plus faible en Allemagne qu’en France. Autrement dit : sur un an, on bosse plus de ce côté du Rhin. Mais les Allemands ne sont pas les seuls. Idem pour la Belgique, la Norvège et les Pays-Bas… Lorsque l’on compare la situation dans les différents pays du monde, on se rend compte d’une chose : le modèle est européen, et non français.

Constat 2 : bosser plus ne sert à rien, il faut bosser mieux.

La Grèce est le pays de l’OCDE où l’on travaille le plus. On voit où en est le pays aujourd’hui. Bosser énormément n’est donc pas la solution aux problèmes économiques. Dur pour le MEDEF ! Pressuriser l’employé ne sert à rien. On s’en doutait !
La vraie solution, c’est de bosser “mieux”. Encore quelque chose qu’on entend souvent : la productivité en France, “pfff, quelle blague !”. Surprise ! En terme de productivité, nous nous plaçons en 5è position de l’OCDE, devançant notamment le Royaume-Uni et l’Allemagne. Voilà une des raisons pour lesquelles les 35h ne sont pas un “boulet” pour la France.

Constat 3 : le faux débat de la retraite à 60 ans.

“On vit plus vieux, alors il faut qu’on bosse plus longtemps”. Voilà un constat ultra-simpliste qu’on entend environ cinq fois par jour en ce moment… En fait, le problème n’est pas là. Repartons du début : il va manquer des sous pour payer les retraites d’ici quelques temps.
Une fois ceci posé, la question est : où peut-on trouver des sous pour faire fonctionner le système ? Mathématiquement, on a trois solutions. Soit on diminue la somme d’argent allouée aux retraites. Soit on augmente la contribution des employés. Soit on augmente le nombre de personnes qui payent.

La première solution, c’est celle préconisée par la droite. Payons moins les Français, et pour cela, diminuons leur temps de retraite ! Et s’ils meurent entretemps, c’est tout bénèf ! Une bonne canicule, et on n’en parle plus !

La deuxième solution est déjà plus applicable. Pourquoi ne pas faire payer un peu plus les sur-riches ? Plutôt que leur faire des cadeaux comme le fait gouvernement actuellement… C’est sympa pour eux, certes, mais préjudiciable pour le bien commun ! Donc voilà une première partie de réponse au problème des retraites.

La troisième solution met le doigt sur LE vrai problème rencontré par la France. Si le taux d’emploi des 25-54 ans est plutôt bon par rapport à la moyenne européenne, nous sommes très mal placés en ce qui concerne l’emploi des moins de 25 ans et des plus de 55 ans. Et si on s’attaquait à ce problème avant de parler de recul de l’âge légal de départ en retraite ?

Oui il y a des raisons de se battre pour nos retraites, non la fausse solution proposée par le gouvernement n’est pas acceptable !

Pour plus d’infos, lire l’article initial.

Francis Poézévara 2015 - Tous droits réservés