Francis Poézévara

Conseiller municipal à Puteaux

Étiquette : Francis Poézévara (Page 1 sur 2)

Un conseil municipal fleuve pour adopter le budget de Puteaux – Partie 1 [4 juin 2020]

Deuxième conseil municipal de la mandature après celui d’installation le 25 mai, les élu·e·s ont été réunis à nouveau jeudi 4 juin 2020, pour un conseil municipal marathon : démarrées à 9h30, les discussions ont duré jusqu’à 18h30 ! Le programme était particulièrement chargé, avec une quarantaine de questions à l’ordre du jour, et notamment des points très importants tels que le rapport d’orientation budgétaire et le budget. Résumé des débats.

Rapport d’égalité Femmes-Hommes : Puteaux, la ville genrée par excellence

Le premier point ayant donné lieu à des échanges importants est le rapport d’égalité Femmes-Hommes 2019. Vous le savez, Puteaux est une ville ultra-genrée, avec ses distributions de cartables roses et bleus ou autres parcs mi-chevaliers mi-princesses.

Cela n’a pas empêché l’équipe de Joëlle Ceccaldi-Raynaud de produire un rapport en papier glacé de plus de 60 pages sur l’égalité femmes-hommes. Beaucoup de communications pour peu d’actions véritables : on notera par exemple que la mairie met à son actif le fait que les “super-héroïnes ont eu le vent en poupe en 2019”, notamment grâce à Captain Marvel et Brie Larson (page 46) !

Vous pouvez consulter ce rapport ici

Retrouvez mon intervention sur le rapport d’égalite femmes-hommes dans la vidéo ci-dessous :

Rapport d’orientation budgétaire : un vide étonnant

Le Rapport d’orientation budgétaire est un passage obligé avant l’étude du budget. En temps normal, il est examiné 15 jours avant le vote du budget, mais, crise sanitaire oblige, nous avons examiné les deux lors de la même séance. Ce rapport est normalement l’occasion pour la majorité de présenter ses projets pour l’année à venir. L’étude du budget relève de la technique financière ; à l’inverse, les orientations budgétaires sont les lignes politiques fixées par une municipalité.

C’est donc normalement dans ce cadre que la Maire de Puteaux aurait dû nous présenter ses grands projets pour 2020, et que nous aurions dû défendre notre vision alternative de l’avenir de la ville. Or, et malgré le fait qu’il s’agisse d’une année électorale durant laquelle la mairie n’a donc qu’à piocher dans son programme pour faire son rapport d’orientation budgétaire, celui-ci est absolument vide cette année ! Il s’agit simplement d’une explication techniques des chiffres du budget, passant donc totalement à côté de son objectif. Seule, une page en fin de rapport (page 43) cite quelques projets de manière laconique :

Largement insuffisant donc pour permettre un débat de fond. C’est inquiétant, et pourrait bien être le signe d’une équipe municipale à bout de souffle. Le mandat de trop ?

Le rapport d’orientation budgétaire est disponible ici

Mon intervention sur le rapport d’orientation budgétaire en vidéo : 

Rapport d’activité 2019 : beaucoup de bruit pour rien

Le rapport d’activité correspond à un retour sur ce qui a été fait l’année écoulée, en termes de projets. L’équivalent technique / financier s’appelle le Compte administratif (cf. partie 2).

A Puteaux, il donne lieu chaque année lieu à un gros document (114 pages en 2020) très illustré, qui ressemble beaucoup au Puteaux Infos. Beaucoup de communication, beaucoup d’images, des pages vides… Un bon exemple est la double page consacrée aux “repères”, qui rappelle le nombre d’habitant·e·s et qu’on les appelle les… Putéoliennes et les Putéoliens ! Pas très utile. Mais tout est fait pour donner la sensation d’un bilan épais. Il résiste évidemment beaucoup moins à l’analyse du contenu.

On y apprend néanmoins beaucoup de choses sur la gestion de la ville, je vous encourage donc à en prendre connaissance si vous voulez avoir une bonne vision de la politique menée par la majorité de Joëlle Ceccaldi-Raynaud. On y découvre par exemple qu’une personne est en charge à la mairie de faire de “l’optimisation fiscale”. Donc à faire gagner de l’argent à la ville en en faisant perdre à l’Etat. Le principe même est contestable, mais sachant que cela a permis de faire économiser à la ville… 41 000€ en 2020, les économies ne couvrent sans doute même pas le salaire de cette personne !

On apprend également que 7 postes de policiers municipaux ont disparu en 2019, et qu’ils ont été remplacés par 13 opérateures de télésurveillance. Déconnecter la police municipale du terrain pour les mettre derrière les écrans, l’exact inverse de ce qui est recommandé par tous les spécialistes de la sécurité (et par le bon sens !).

On a également confirmation dans le rapport que le bilan en terme de “cadre de vie” et d’environnement est très maigre, malgré le fait qu’il s’agisse pour notre Maire – d’après ses dires – de la première de ses priorités. Est citée par exemple “l’actualisation de la maquette 3D de la ville” ; je ne suis pas certain que ça ait un grand impact sur notre cadre de vie ! Rien bien sûr sur le vélo, très peu de choses sur le développement durable…

La politique culturelle est également l’un de nos gros désaccords avec la majorité. Alors qu’un “musée virtuel” a été créé, j’ai rappelé la nécessité d’en installer un bien réel, qui remplacerait les micro-musées qui se multiplient dans notre ville, qui n’ouvrent que sur réservation et qui ne sont au final visités que par les écoles.

Un constat similaire au sujet des événements organisés par la mairie de Puteaux : en multipliant les petits événements, les petits rendez-vous, elle dilue l’intérêt des visiteurs, au point où par exemple les stands du marché des créateurs font perdre de l’argent aux commerçants qui s’y installent !

Bref, ce n’est pas une surprise, mais beaucoup est à revoir dans la gestion de Puteaux.

Accédez au rapport d’activité 2019 ici (attention, 28Mo) 

Mon intervention sur le rapport d’activité 2019 en vidéo :

Voici pour la première partie de ce conseil municipal fleuve. Dans la seconde, j’aborderai le vote du compte administratif 2019, du budget primitif 2020, ainsi que du représentant de l’opposition à la Commission d’Appel d’Offre. Restez connecté·e !

Résultats de l’élection municipale 2020 à Puteaux

Alors que l’actualité post-électorale a été bouleversée par la pandémie de SARS-CoV-2, je prends quelques minutes de mon temps confiné pour revenir en détail sur les résultats de l’élection municipale de 2020 à Puteaux.

Résultats municipales 2020 Puteaux

Un résultat dans la lignée de 2014

A la lecture des résultats définitifs, la première constatation est qu’ils constituent tout sauf une surprise : il s’agit à quelques détails près des résultats de 2014, auxquels il faut enlever les scores des listes FN et Ceccaldi-père, bien entendu.

Joëlle Ceccaldi-Raynaud est ainsi largement réélue dès le premier tour, améliorant même ses scores de 2014 (56%) et de 2015 (61%). Derrière, la liste LREM héritière de la liste divers droite “Puteaux en Mouvement” de 2014 fait toujours entre 10% et 20%, de même que l’attelage EELV / MoDem qui repartait cette année sans l’étiquette officielle du parti de François Bayrou mais avec sa section locale. Derrière, la liste de gauche, que je menais, ne parvient toujours pas à dépasser les 10%, se rapprochant même de la barre fatidique des 5%.

Peu de surprises à l’annonce du résultat, donc. Mais le diable réside toujours dans les détails, et nous pouvons tirer quelques autres enseignements de ces résultats.

Pour les comparaisons entre 2014 et 2020, se reporter à la notice en fin d’article*.

1 – Un clientélisme plus fort que le coronavirus

Nous le craignions quelques jours avant le scrutin : l’abstention massive liée à la peur de l’épidémie a largement favorisé Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Une observation que l’on retrouve sur le graphique ci-dessous. Celui-ci représente, en ordonnées, le score de J. Ceccaldi, et en abscisses le taux de participation, le tout bureau de vote par bureau de vote.

Comme vous le voyez, la participation est largement plus forte dans les bureaux les plus favorables à la Maire sortante que dans ceux qui lui sont plus défavorables. C’est ce que j’ai représenté par la droite en rouge. C’est bien l’une des forces du système Ceccaldi : celui d’aller chercher ses électeur·trice·s pour les faire voter. Alors que l’électorat de l’opposition est plus touché par les fluctuations de participation, ce qui a un impact encore plus grand cette année.

2 – Des logements sociaux “ceccaldisés” à outrance

Nous en faisons régulièrement le constat : à Puteaux, le parc de logement social est la première des “mines d’or” électorales sur lesquelles repose la famille Ceccaldi. Sur le graphique ci-dessous, représentant le score de J. Ceccaldi-Raynaud par bureau de vote, j’ai indiqué en rouge ceux correspondant aux grandes résidences HLM de Puteaux.

Le résultat est incroyable (pour qui ne connaît pas Puteaux) : 11 des 12 meilleurs résultats de Joëlle Ceccaldi-Raynaud correspondent aux grandes résidences HLM de Puteaux. Résidences qui votent donc pour la Maire sortante entre 70% et 80% ! Des bureaux qui, pourtant, sur les élections nationales, votent plutôt à gauche ou Front National. Et des habitant·e·s qui ont pourtant beaucoup de reproches à faire à la mairie lorsqu’on les interroge en porte-à-porte.

3 – Une opposition dans le dur

Au-delà des résultats de J. Ceccaldi, dont nous avons maintenant l’habitude, je vais m’attarder sur l’opposition. Le premier constat, que je fais très humblement, est que l’opposition est à nouveau électoralement inexistante à Puteaux. Si Joëlle Ceccaldi perd 1000 voix entre 2014 et 2020, en raison de l’abstention, l’opposition en perd pour sa part plus de 2000, alors qu’elle en possédait moins initialement. Le résultat est donc là, amer : aucune de nos trois listes n’a dépassé les 15%.

Ironiquement, Facebook me rappelait il y a quelques jours le constat que je faisais au lendement de l’élection de 2014. Constat qui est toujours d’actualité, peut-être même plus qu’alors :

4 – La force des étiquettes

En rentrant dans le détail des résultats de l’opposition, un constat contre-intuitif s’impose. Alors que le monde politique est chambardé depuis 2017, et à l’heure où tout le monde proclame le “nouveau monde”, le schéma ancien perdure, peut-être même plus fort que jamais. Ainsi, le principal facteur de décision des électeur·trice·s est toujours l’étiquette des partis politiques, étiquettes qui sont pourtant si décriées.

Ainsi, la liste LREM, qui a mené une campagne très dynamique, sans doute d’ailleurs, je le reconnais, la meilleure campagne de ces élections, ne parvient qu’à rassembler 15% des suffrages. Si ce score représente une amélioration par rapport au score de Puteaux en Mouvement en 2014 (qui faisait alors moins de 14%), et permet à En Marche d’arriver deuxième, il est bien en deçà de ce que permettaient d’envisager les derniers résultats nationaux. De mon point de vue, cette liste a pâti de la défiance (le mot est faible) actuelle envers le gouvernement, et du caractère repoussoir de son étiquette.

Derrière, la liste EELV / MoDem, même si elle réalise un moins bon résultat qu’en 2014 (13,3% contre 15,6% à l’époque), est portée par la dynamique nationale pour EELV. La comparaison entre les deux campagnes, à 6 ans d’écart, est éclairante : en 2014, la liste Puteaux Pour Vous avait fait une campagne très dynamique, et elle était portée par un acteur reconnu ayant une très forte notoriété locale, Christophe Grébert. En 2020, à l’inverse, elle était portée par un nouvel arrivant, et n’a presque pas fait campagne (constituée in extremis fin février, avec un programme paru quelques jours avant l’élection). Mais en plaçant intelligemment le logo EELV sur les affiches et les bulletins de vote, la casse est limitée à 2,3 points.

Enfin, la liste du Printemps Putéolien, que j’ai conduite, a été la seule à refuser de s’enfermer derrière une étiquette, adoptant un logo fédérateur plutôt qu’une logique partisane. Et ce alors que nous étions soutenus par des partis aussi importants que le Parti Socialiste ou La France Insoumise. Grosse erreur stratégique dont nous avons pris conscience durant les derniers jours de campagne ! Les logos ont encore de beaux jours devant eux, et nous aurions dû accepter cette règle qui nous semblait archaïque. Avec un résultat de 6,7%, nous perdons 2 points par rapport à 2014.

5 – L’ancrage local : une force d’appoint

Le débat agite depuis longtemps les experts de science électorale : quelle est le poids de l’étiquette et quel est celui de l’ancrage local dans une campagne municipale ? D’après le constat 4, nous avons vu que l’étiquette pesait très lourd. Quant à l’ancrage local, son importance est mesurée mais non négligeable.

Un moyen de vérifier cette affirmation consiste à étudier plus précisément les résultats de ma liste, le Printemps Putéolien, bureau de vote par bureau de vote, et de regarder les résultats dans les bureaux où elle possède un ancrage fort (personnalité active et reconnue).

Dans le graphique ci-dessous, en rouge le résultat de la liste de gauche en 2014, et en bleu celui de 2020 :

On le voit, les scores sont globalement moins bons partout (malheureusement !), sauf à quatre endroits :

  • Bureau 21, qui est mon bureau de vote ainsi que celui de mon numéro 3, Laurent Giblot, et de Nadine Jeanne, élue sortante,
  • Bureau 22, qui fait partie de la même résidence,
  • Bureau 2, qui est celui de ma numéro 2, Anna Fryde,
  • Bureau 14, qui est celui de plusieurs personnes de ma liste, et notamment d’Evelyne Hardy, élue sortante.

Sur ces bureaux, nous réalisons un score moyen de quatre points supérieur à celui du reste de la ville (ce qui fait beaucoup, vu que le résultat global n’est pas haut !).

Si l’on fait le même travail pour la liste Ensemble pour Puteaux (LREM), on voit que le bureau de la tête de liste (Emmanuel Canto) – bureau 14 – a un score significativement plus élevés que le reste de la ville :

Je ne connais malheureusement pas assez les personnes de son équipe pour pouvoir détailler plus, mais je suppose qu’il se trouve parmi eux des personnalités reconnues dans les bureaux 15, 25 et 33, qui enregistrent de fortes progressions et un bon score. Le bureau de sa numéro 2, le bureau 4, a quant à lui un résultat en augmentation modérée.

En ce qui concerne la troisième liste d’opposition, EELV / MoDem, elle présente la particularité, comme je le disais précédemment, de ne pas jouer sur l’ancrage local, mais de miser sur l’étiquette. Ce qui est vérifié par le graphique suivant :

On voit ainsi que ni le bureau 20 de la tête de liste (Vincent Dubail), ni celui de sa numéro 2 (le 30), ni de son numéro 3 (le 11) ne sont particulièrement en augmentation.

6 – Perspectives

Ces constats sont intéressants, d’une part par curiosité intellectuelle, mais également parce qu’ils permettent de tracer des perspectives électorales à Puteaux. Comme j’aime à le répéter, l’alternance à Puteaux ne peut avoir lieu qu’avec un alignement des planètes. Au vu des constats précédents, ces planètes sont :

  • Un affaiblissement de la machine électorale – clientéliste de la famille Ceccaldi (par exemple avec le retrait de Joëlle Ceccaldi-Raynaud),
  • Une conjoncture nationale, et son jeu de vases communicants pour les étiquettes, favorable (par exemple sous une majorité nationale LR),
  • Un fort ancrage local de l’opposition.

Si nous n’avons pas de prise sur les deux premiers axes, il nous appartient, à nous tou·te·s qui nous réclamons de l’opposition, élu·e·s ou non, de travailler au troisième. Cela passe par du travail, en assistant au Conseil municipal de manière régulière d’une part (la base, mais qui n’a pas été assurée par tou·te·s lors du mandat qui s’achève), mais aussi en s’engageant au-delà du Conseil aux côtés des citoyen·ne·s, notamment dans la vie associative de la ville (même remarque).

La marge de progression est grande, mais nous pouvons travailler dès à présent, et sur le long terme, à la rétrécir. Je le souhaite, pour les Putéolien·ne·s et pour notre ville.

* Note méthodologique : les bureaux de vote ayant été modifiés entre 2014 et 2020, avec notamment la création d’un nouveau bureau au Palais de la culture et avec le redécoupage des bureaux existants, les résultats passés sont inexacts, calculés de manière approchée d’après le nouveau redécoupage.

Elections municipales 2020 à Puteaux : histoire d’une campagne

Ce soir à minuit, la campagne du premier tour de l’élection municipale 2020 à Puteaux s’achèvera. Ayant fait le choix de ne pas la suivre en direct sur ce blog, privilégiant le site officiel, je vais néanmoins tenter de résumer ces mois de travail et d’actions intensives.

Du côté de la gauche et des écolos, tout a commencé il y a un peu plus de deux ans et demi, lorsque les deux élu·e·s ex-MoDem ont quitté le groupe du Rassemblement. A l’époque, avec des représentant·e·s de tous les partis de gauche (de PS à EELV, en passant par le PCF et Génération·s) et des citoyen·ne·s de sensibilité de gauche mais sans “étiquette”, nous avons entamé des discussions sur l’avenir de Puteaux, en vue de construire une véritable alternative à la majorité actuelle.

Naissance du Printemps Putéolien

Ces discussions de fond se sont poursuivies pendant plusieurs mois. Puis, mi-2019, nous avons décidé de lancer officiellement Le Printemps Putéolien. Cela s’est déroulé le 20 juin 2019, 50 ans jour pour jour après l’accession de Charles Ceccaldi-Raynaud au pouvoir. Une soirée un peu hors du temps, au cours de laquelle l’ensemble de l’opposition municipale, citoyenne non encartée ou représentant des partis allant de… LREM à LFI, s’est retrouvée pour discuter écologie, solidarité et démocratie. Tout juste pouvait-on regretter l’absence des élu·e·s du groupe “Puteaux Futur” (ex-Modem) et des responsables EELV locaux. Une belle soirée de démocratie, qui a permis d’acter des points communs mais aussi des divergences. Suite à cette soirée, nous avons décidé de mettre en place avec les membres fondateurs du Printemps Putéolien une Grande Enquête, dont l’objectif était de demander aux Putéolien·ne·s leur avis sur la ville, leur quotidien, sur ce qui fonctionnait et ne fonctionnait pas. Le succès a été retentissant, puisque cette enquête est devenue la plus grande enquête indépendante de la mairie menée à Puteaux : plus de 500 personnes ont répondu au questionnaire, en ligne, sur les marchés ou en porte-à-porte.

A la rentrée de septembre 2019, suite à l’analyse des résultats, il est apparu que de nombreux·ses Putéolien·ne·s étaient en attente de changement, notamment pour plus d’écologie, plus de solidarité et plus de démocratie, comme nous nous y attendions. L’équipe du Printemps Putéolien a donc décidé de lancer une liste pour l’élection municipale. Avec une particularité : nous avons choisi dans un premier temps de ne pas désigner de tête de liste, considérant que le fond, idées, valeurs et propositions, valait mieux que les questions de personnes.

LREM ayant lancé sa campagne en août, et étant sur un positionnement politique différent de celui du Printemps Putéolien, nous avons proposé à l’ensemble de l’opposition de gauche de se joindre au mouvement, pour incarner une véritable alternative au duel entre les deux droites qui se profilaient. C’est ainsi que les militant·e·s LFI locaux nous ont rejoint, alors que trois des quatre militants EELV locaux ont fait un choix différent : ils trouvaient plus stratégiques d’avoir une tête de liste EELV garantie plutôt que passer par une élection ouverte, avec incertitude de la remporter. Un militant EELV décide néanmoins de poursuivre le travail débuté avec nous (et se retrouvera plus tard suspendu pour cela, mais c’est une autre histoire !).

Première campagne pour la désignation de notre tête de liste

Tout au long du mois de novembre, le Printemps Putéolien a donc été à la rencontre des habitant·e·s de la ville, pour les informer de notre démarche et leur permettre de participer. En parallèle, nous avons lancé une série d’ateliers de réflexion programmatique, ouverts également.

Puis, le 3 décembre, nous avons organisé la soirée de désignation de notre tête de liste. La soirée s’est déroulée en deux temps : tout d’abord les participant·e·s ont débattu sur les qualités nécessaires à la future tête de liste, puis chacun·e a pu se présenter au suffrage. Anna Fryde et moi-même nous sommes présenté·e·s, et j’ai eu le privilège d’être élu avec un peu plus de 60% des voix.

Le mois de décembre a ensuite été très chargé : en parallèle de la poursuite de la construction du programme, nous avons organisé la dernière ligne droite de la campagne, de janvier à mars. Documents à distribuer, charte graphique, signes de reconnaissance, site Internet, financement… Toutes ces réflexions qui ne sont pas forcément visibles mais qui occupent une bonne partie du temps de campagne.

La dernière ligne droite, de janvier à mars 2020

En janvier, la véritable campagne a commencé, par une action importante : le Printemps Putéolien a organisé une collecte des cartes de voeux anti-écologiques de la Mairie de Puteaux. Une belle réussite, qui nous a valu le soutien de nombreux·ses Putéolien·ne·s et qui a retenti hors des frontières de Puteaux, dans différents médias. Nous avons également sélectionné les propositions phare que nous allions défendre tout au long de la campagne, au nombre de sept, sur le thématiques, évidemment, de l’écologie, de la solidarité et de la démocratie, auxquelles nous avons ajouté l’égalité femmes/hommes. Des propositions impactantes, de fond, dont aujourd’hui avec le recul je continue d’être très fier !

Côté “petite politique”, j’ai été invité, au même titre qu’Emmanuel Canto (candidat LREM), par Vincent Dubail (EELV) et Bouchra Sirsalane (MoDem), à discuter d’alliances aux premier voire second tours. N’étant pas un grand fan des tractations secrètes, j’ai proposé que cette réunion soit ouverte au public. Nous avons donc vécu une nouvelle belle soirée de discussions, au cours de laquelle j’ai tendu la main à tou·te·s ceux·celles qui partagent nos valeurs. LREM a confirmé le fait que sa campagne était lancée et qu’il était compliqué de tout changer si près de l’élection, et EELV a annoncé qu’ils proposeraient une charte d’union de premier tour basée sur l’écologie. Quelques jours après, EELV et le MoDem annonçaient finalement la constitution d’une liste commune, réglant la question du périmètre d’union au premier tour.

Février a débuté sur les chapeaux de roue par l’inauguration de notre local de campagne ! Il s’agissait de la première fois depuis 2008 qu’une liste d’opposition disposait d’un local. L’intérêt d’un tel lieu est triple : d’une part il permet de ne plus dépendre du bon vouloir de la mairie pour disposer d’un lieu de réunion, d’autre part il permet d’établir des permanences pour rencontrer les Putéolien·ne·s dans un lieu fixe, et enfin pour des raisons logistiques, puisqu’il permet de centraliser le matériel nécessaire à une campagne (tracts, affiches, etc.).

La campagne a ensuite gagné en intensité. Nous avons continué à présenter notre projet aux Putéolien·ne·s, sous forme d’un livret détaillé, et nos principales proposition, sous la forme originale de tracts ensemencés. Le principe : ces tracts zéro déchet peuvent être plantés dans de la terre pour laisser place à des fleurs des champs. Nous avons lancé ce concept lors d’un happening original, puisque nous avons végétalisé des places de parking en plein centre de la ville.

Porte-à-porte, distribution de tracts, permanences, collage d’affiches : le quotidien des militant·e·s en campagne ! Bien sûr, tout cela demande de l’énergie, mais la conviction de se battre pour des idées et des valeurs fortes permet beaucoup. Je suis particulièrement fier de la bienveillance avec laquelle le Printemps Putéolien a fait campagne, en se plaçant toujours dans la proposition, en martelant ses idées et ses valeurs avant tout. Et ce, malgré des attaques parfois violentes venues de la majorité mais aussi d’une liste d’opposition pourtant sur le papier proche de nous.

Afin de récolter l’avis des Putéolien·ne·s sur nos propositions phare, toujours dans notre démarche de démocratie participative, nous avons mené une votation sur les marchés de Puteaux. Plus de 150 personnes se sont arrêtées pour donner leur avis sur quatre idées : le Revenu Minimum Social Garanti, qui a remporté les suffrages, la piétonnisation des quartiers par un système de super-blocks, qui suivait de très près, la création de deux forêts urbaines et d’un Conseil municipal de citoyen·ne·s tiré·e·s au sort.

Les résultats de cette votation ont été annoncés lors du dernier grand événement de notre campagne avant le premier tour : un Meeting – Concert qui s’est déroulé à l’école Jean Jaurès mardi 10 mars. Encore une première à Puteaux : nous avons souhaité mêler la politique à la convivialité et la culture, en découpant la soirée en un temps de débats de fond et un temps de concert de jazz. Près de cent Putéolien·ne·s sont venu·e·s assister aux échanges, ce qui a fait de cette soirée la plus grande réunion publique d’une liste d’opposition de la campagne !

Quelques jours avant cette soirée, une de nos actions faisait encore parler d’elle dans les médias. A l’occasion de la journée international des droits des femmes, le dimanche 8 mars, nous avons en effet choisi de rendre hommage aux femmes de l’Histoire, à qui les villes de France ne dédient que 2% de leurs noms de rues. Nous avons donc apposé de fausses plaques dans les rues de Puteaux, puis, en une chorale improvisée, nous avons entonné l’hymne des femmes (ou hymne du MLF). Moment émouvant, puisque plusieurs passantes ont repris le refrain en choeur avec nous, parfois en larmes !

Continuons l’histoire !

Il y aurait évidemment bien d’autres instants à raconter sur ces derniers mois. Une campagne municipale est en effet riche de centaines d’anecdotes, d’actions et de réflexions par milliers. A quelques heures de la fin de campagne officielle pour le second tour, je retiens surtout le plaisir que j’ai eu à faire cette première partie de campagne avec une équipe talentueuse et bienveillante.

Merci également à vous tou·te·s pour votre accueil et vos encouragements, dans les rues de Puteaux, sur les marchés, en porte-à-porte… C’est aussi cela qui nous permet de poursuivre chaque jour le combat face à la famille régnante !

Désormais, c’est à vous d’aller voter pour choisir qui sera présent au second tour de l’élection municipale. Notre équipe est d’ores et déjà prête pour cette dernière ligne droite !

La politique culturelle à Puteaux

Lors du Conseil municipal du 4 avril 2019 à Puteaux, la municipalité nous a présenté le bilan de sa politique culturelle. Un exercice demandé par la Cour Régionale des Comptes, sur lequel je suis intervenu. Voici la vidéo et la retranscription de mon intervention.

En préambule, et comme nous allons discuter de l’agenda 21 dans quelques minutes, je souhaite revenir sur le format du bilan que vous nous fournissez ici. Je tire mon chapeau à l’équipe communication qui a conçu le document, parce qu’il n’y a presque pas de contenu et pourtant ils ont réussi à en faire sur 32 pages, à force de photos et de gestion des espaces vides. Mais avoir un support comme celui-là, ce n’est pas possible quand on a un souci ne serait-ce que léger du développement durable ! A vrai dire, le papier est d’un tel grammage et tellement laqué qu’au début j’ai cru qu’il s’agissait d’un faire-part. En plus le premier texte était cosigné Vincent Franchi et Michèle Rocchia, je m’attendais à une grande annonce.

Evidemment, point de tout cela. Le bilan débute par une flopée de chiffres vraiment forts et marquants… UN cinéma, UN conservatoire, UN palais de la culture… Vraiment très impressionnant ! Au passage, le lecteur attentif aura remarqué que vous n’êtes pas très à l’aise avec les chiffres, et c’est peut-être là la marque de fabrique de M. Franchi. Il suffit de comparer votre bilan de politique culturelle sur 2018 et le rapport d’activité 2018 dans le secteur culturel. On y retrouve le même genre d’encart, avec des chiffres un peu différents… On passe ainsi de trois salles de spectacles à deux salles de spectacle. Des 9 sites associés au palais de la culture à 10 sites associés, de trois sites muséaux à un site muséal, de 5 842 adhérents aux “pratiques culturelles et de loisirs” (sans que l’on sache vraiment ce que cela recouvre) à 2 864 adhérents à ces mêmes pratiques, ce qui fait presque 3000 adhérents supprimés d’un document à l’autre. De 37 spectacles en diffusion à 29 spectacles en diffusion. A vrai dire, le seul chiffre sur lequel vous semblez vous accorder est sur le nombre de personnes accueillies dans le cadre des manifestations culturelles, à savoir 82000, ce qui s’explique sans doute par le fait qu’il s’agit d’une estimation complètement grossière faite au doigt mouillé et qui n’a pas beaucoup plus de pertinence qu’un comptage du nombre de manifestants sur le Trocadéro par François Fillon. Cela peut vous sembler anecdotique, mais c’est un véritable indicateur de l’importance et du sérieux que vous attribuez à la culture.

Vous nous indiquez « Avec comme ambition d’être accessible à tous, nous avons le devoir de favoriser à tous l’accès aux richesses culturelles de notre ville. » C’est vrai, c’est votre devoir.

Mais aujourd’hui où est la diversité ? Sans doute pas dans la programmation ni dans le public. Prenez les tarifs du théâtre : ils restent élevés pour une scène municipale, et notamment les tarifs réduits, avec des réductions de 4€ environ, ne permettent pas aux gens qui n’en ont pas les moyens de s’initier à l’art du spectacle.
En ce qui concerne les pratiques sportives et aux loisirs, il n’y a tout simplement pas de tarif réduit applicable aux personnes en difficulté. Sans parler de la politique tarifaire discriminatoire du Conservatoire, “l’accès à tous” devient “l’accès aux Putéoliens uniquement”, et la “richesse culturelle” “richesse” tout court.
Quant à la programmation culturelle, c’est véritablement l’un des plus gros gâchis à Puteaux. Vous avez du personnel qui est qualifié, compétent, qui pourrait apporter une véritable vision culturelle à la programmation de la ville. Mais en imposant, activement ou passivement, vos goûts personnels au choix des spectacles programmés, vous étriquez l’offre culturelle.

Vous dites également « La ville encourage également les pratiques amateurs ».
Nous en avions déjà discuté le mois dernier, mais il n’y a absolument aucune politique d’encouragement des groupes et compagnies locaux. Aucun prêt de salle récurrent en dehors des élèves du Conservatoire, et même l’accès aux salles pour ces élèves reste compliqué. Comme vous l’indiquez dans le rapport, vous ne permettez en fait que d’intervenir en milieu scolaire. C’est bien, il faut le faire, mais favoriser la création va bien au-delà de ça ! Vous me permettrez de relever une coquille qui me semble être un lapsus assez révélateur de votre engagement, puisque vous annoncez “participer au développement de la création contemporaire”… Vous êtes simplement dans la juxtaposition de slogans, qui parfois même ne veulent rien dire (“La culture au coeur de la création” !!?), sans aucune volonté politique derrière.

Un mot sur le Théâtre de Puteaux, dont vous vantez la réhabilitation. Depuis son inauguration en novembre 2018, il vient de se dérouler une saison entière sans signalisation au théâtre de Puteaux. Pas d’indications de placement, d’orchestre, de balcon, de côté pair ou impair. Une grande partie du public attend à la mauvaise porte, ce qui demande une redirection après coup, fait perdre beaucoup de temps, et les spectacles commencent en retard de manière systématique. On regrettera aussi que l’ascenseur ne permettent pas d’atteindre le balcon, il y a à chaque spectacle des personnes âgées, non PMR mais se déplaçant difficilement, qui doivent monter des escaliers et dont le changement de place n’est pas possible.

En conclusion, comme toujours, vous devriez sans doute en faire moins en matière de communication, et laisser plus d’autonomie à vos personnels compétents. Cela permettrait à Puteaux d’avoir une véritable offre culturelle de qualité.

[Vidéo] Le budget participatif

En 2018, Puteaux organise son premier budget participatif. Il s’agit d’une somme, ici 150 000€, réservée pour mener des projets proposés par les habitants.

Les idées ont été déposées au mois de juin, puis la Mairie les a étudiées cet été. Elle en a sélectionné vingt, pour lesquelles les Putéoliens ont voté en septembre. Les résultats de ce vote seront publiés d’ici à la fin de l’année et présentés en Conseil municipal, probablement à la mi-décembre.

Dans la vidéo ci-dessous, issue de mon blog vidéo Francis décode, je dissèque ce budget participatif afin de déterminer s’il s’agit d’une véritable volonté de démocratie participative ou d’un effet d’affichage pré-électoral.

Page 1 sur 2

Francis Poézévara 2015 - Tous droits réservés